Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mars 2013 1 11 /03 /mars /2013 08:53

laviesecreteLorsque Laszlo, jeune noble hongrois, arrive à Paris en 1866 pour travailler comme médecin assistant à la Salpêtrière, il est jeune, plein de fougue et d'ambition, et un peu naïf. Depuis son adolescence, il est amoureux de sa belle cousine Nichole qui vit à Paris et qu'il espère bien revoir et, si possible, conquérir. Mais il n'est qu'un soupirant parmi d'autres, dépourvu des ressources. Lothar, un jeune homme de bonne famille, prend le provincial sous son aile. A sa façon, puisqu'il l'entraîne dans des endroits malfamés, l'initie à l'alcool et au sexe grâce à Stacia, jeune prostituée qui, le jour, sert de cobaye aux expériences du professeur Charcot. Laszlo s'éprend de la jeune femme qui est atteinte de syphilis. Persuadé qu'il est lui aussi condamné, il sombre de plus en plus dans la déchéance. Quand il compre qu'il ne lui reste rien et que Stacia le trompe avec Lothar, il tue la jeune femme. C'est à cet instant qu'il découvre une partie de lui-même qu'il ne soupçonnait pas : la vue du sang, encore chaud, jaillissant de la gorge tranchée de Stacia lui procure un plaisir étrange et inconnu...

 

Ce récit n'est pas un roman fantastique comme le Dracula de Bram Stocker pourrait le prétendre mais plutôt un roman psychologique. Le Comte n'est pas le vampire effrayant ou magnifique qui se repaît de ses victimes dans les rues sordides des villages de Transylvanie ou des grandes villes d'Europe. Composé d'une manière presque identique au roman de Bram Stocker, l'auteur nous propose donc le journal intime du Comte, et uniquement du Comte. Il n'y a que lui qui communique par le biais d'un journal étalé dans le temps, et à aucun moment une autre personne de son entourage ne vient étayer l'histoire.

Étudianten médecine à Paris pendant sa jeunesse, il s'éprend d'une jeune prostituée manipulatrice, Stacia. Cette histoire d'amour se termine tragiquement par le meurtre de la femme. Lazslo fuit la capitale française pour retrouver son pays, la Hongrie, et reprendre les rennes du domaine, son frère aîné étant mort pendant la guerre. Mais ses vieux démons le pourchassent, et l'envie de chair fraîche devient irrésistible.

Sousla forme d'un journal, avec un vocabulaire soutenu et un style se donnant des airs bourgeois, ce roman nous trace plutôt la carte de la psychologie d'un aristocrate hongrois face à ses tourments. Atteint d'une maladie mentale heureusement rare, ce Comte Dracula est un psychopathe qui découvre ses pulsions meurtrières auprès des jeunes femmes. Son journal qui commence à Paris et se termine en Hongrie nous livre tous les secrets qu'il tente d'enfouir comme ses envies de faire couler le sang. Bien sûr, il n'est pas le meurtrier bête qui tranche à tour de bras, mais plutôt un homme instruit qui combat sa pathologie du mieux qu'il peut sans pouvoir ni vouloir y renoncer complètement. Après les premiers assassinats dans son village, les paysans libèrent des vieilles traditions ancestrales, un vampire rôde et s'attaque aux belles jeunes filles. Le mythe du vampire des Carpates est né.

Le roman est long et bien écrit, mais subit quelques longueurs parfois qui peuvent rebuter plus d'un lecteur. Malgré tout, le récit est soigné et extrêmement bien mené. L'auteur nous fait découvrir une des facettes de ce Comte Dracula, bien loin des sentiers battus maintes fois utilisés. Dracula, ce prédateur, n'est pas un vampire mais un loup.

Partager cet article

Repost 0
Published by Skritt - dans Fantastique
commenter cet article

commentaires

Les lectures du moment

Le silence des agneaux
Thomas Harris
lesilencedesagneaux.jpg

Les sites à visiter