Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 janvier 2015 3 21 /01 /janvier /2015 08:54

decalogue06.jpgUn livre aussi envoutant que mystérieux qui porte le nom de ''Nahik'' contiendrait les dernières volontés du prophète Mahomet. Cet ouvrage serait susceptible de bouleverser entièrement les fondements de notre civilisation. C’est le destin de ce livre dangereux que vous invitent à suivre les auteurs du ''Décalogue''.

 

Decalogue6planche.jpgCe sixième épisode remonte dans le temps, lorsque deux familles quittent l'Egypte pour les Etats-Unis. Le livre qui appartient à l'un d'elle est donné à l'autre au détriment involotaire d'une enfant. La famille se retrouve vingt ans plus tard avec en toile de fonds Nahik.

Le scénario dans cet album est de loin le plus pauvre de la série. Il me paraît assez linéaire sans réel rebondissement. Les personnages sont assez typiques malheureusement sans côté sombre. Ils sont prévisibles. L'histoire est finalement sans grand intérêt et cet épisode ne propose toujours pas d'explications sur son créateur.

Le graphisme quant à lui est plutôt bien réalisé. Il faut apprécier les différents décors, tantôt sur un paquebot, tantôt dans le salon d'une maison bourgeoise. Les personnages sont assez bien réalisés mais sans être parfois bien travaillés.

Dans l'ensemble cet album est plutôt moyen sans grand apport pour la saga. Dommage.

19 janvier 2015 1 19 /01 /janvier /2015 08:31

Il y avait quelque chose de répétitif dans les fins du monde en Terre de Fangh : elles n'arrivaient jamais, finalement.

 

Lang, John - La Couette de l'Oubli

Published by Skritt - dans Citations
commenter cet article
17 janvier 2015 6 17 /01 /janvier /2015 08:11

decalogue05.jpgUn livre aussi envoutant que mystérieux qui porte le nom de ''Nahik'' contiendrait les dernières volontés du prophète Mahomet. Cet ouvrage serait susceptible de bouleverser entièrement les fondements de notre civilisation. C’est le destin de ce livre dangereux que vous invitent à suivre les auteurs du ''Décalogue''.

 

Decalogue5planche.jpgDans ce cinquième tome, nous nous retrouvons lors du génocide des arméniens puis quelques années plus tard lorsque dans l'allemagne nazie d'avant guerre, un groupe d'arméniens oeuvre pour venger leur peuple. Un jeune rescapé pendant le génocide est recruté pour séduire la fille d'un criminel de guerre.

Ce cinquième tome est différent des précédents albums de la saga. Ici, les personnages sont au centre de l'histoire, Nahik n'apparaissant que légèrement pour appâter. A aucun moment, malheureusement, ses secrets ou une partie sont révélées. Ce qui dommage, puisque la série s'appuie principalement sur ces secrets révélés au compte goutte.

Le graphisme est pour sa part assez correct sans être exceptionnel. Il y a plusieurs ambiances qui se succèdent dans cet album et le graphisme arrive assez bien à les représenter.

Cet album est en somme assez moyen. Son style scénaristique présente une coupure assez nette dans la série. En espérant que le prochain album soit différent pour éviter au lecteur l'ennui.

15 janvier 2015 4 15 /01 /janvier /2015 08:59

dark1.jpgL’action débute quelque part en Syrie, alors qu’on exhume une étrange tombe templière scellée de plomb, et dont certains ossements paraissent n’être pas humains. Simultanément, à Paris se produisent des meurtres d’une sauvagerie choquante…

 

dark1planche.jpgCe premier tome d'une courte série dans un genre particulier et peu commun dans la bande dessinée. Dans le Paris d'aujourd'hui, une série de meurtres horribles sont perpétrés alors qu'une tombe est découverte au moyen-orient.

L'histoire démarre rapidement et ne laisse pas de répit jusqu'à la dernière page. Nous poursuivons les personnages dans les dédales sous la capitale, avec comme fonds une enquête policière. Le mélange est assez bon et est très prenant, mêlant thriller et horreur.

Le graphisme est bien travaillé, mais de temps en temps, certaines cases semblent être des retouches de photos plus que des illustrations dessinées. Le niveau est inégal tout au long de cette bande dessinée, ce qui est dommage, car les zones sombres, les moments de terreur sont les mieux dessinées, laissant le lecteur toujours dans le doute.

L'album est bien travaillé, donnant à la bande dessinée, une courte saga que les lecteurs n'auront pas l'habitude de lire. Mais le grahisme étant de niveau différent d'une page à l'autre, le ressenti final est bon au niveau scénaristique mais très mitigé pour le reste.

14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 08:43

asterixtraviata.jpgPrès de Condate (Rennes), Pompée, ennemi juré de César, essaie de lever discrètement une armée contre l’empereur. Mais voilà qu’il se fait voler son casque et son glaive... et, comble du malheur, ces deux objets ont été offerts à Astérix et Obélix comme cadeaux d’anniversaire. Le préfet de Condate, ami de Pompée, dépêche donc en urgence Latraviata, une tragédienne de théâtre grimée pour l’occasion en Falbala. Car qui mieux que la belle saurait en effet séduire les irréductibles et reprendre possession de ces armes ? Celle ci, et cela n’a pu échapper à la sagacité de notre préfet, a le pouvoir de mettre Obélix dans un état second. Une stratégie, qui espère-t-il, saura en outre provoquer la discorde entre les deux inséparables amis. Mais le hic, et hic il y a, intervient sous un jour inédit puisque débarquent les parents d’Astérix et Obélix. Un petit bout de voile est levé, ces deux irréductibles galopins ont des parents et, quels parents ! Des mères protectrices qui décident arbitrairement qu’il est temps pour leurs rejetons de se marier au grand dame de nos deux amis et, des papas qui, à l’image de leur fils, refusent de plier sous le joug de l’autorité romaine et se retrouvent au fond d’un cachot.

 

asterix31planche.jpgDans cet album écrit et dessiné par Uderzo, les mères d'Astérix et Obélix arrivent au village pour souhaiter l'anniversaire de leurs grands enfants. Et pour fêter cet anniversaire comme il se doit, Falbala est au rendez-vous.

Cet album est fidèle graphiquement aux albums de la série. Le graphisme est bien travaillé et Uderzo ne perd pas l'enthousiasme de ses débuts. A ce niveau là, il n'y a rien à redire.

En revanche, le scénario est mauvais. Tout d'abord, nous assistons à la venue des mères des deux héros se comportant comme des mamas infernales, ne souhaitant qu'une seule chose, que leurs petits se marient. L'histoire est bancales dès les premières pages et manque d'intérêt. Oui, l'album est même mauvais. Les parents d'Astérix et Obélix sont inutiles, Falbala et la Traviata sont d'un vide affligeant et les scènes d'amoureux transis sont d'une lourdeur ahurissante. Uderzo ne voulant pas s'associer à un nouveau scénariste depuis le décès de son ami Goscinny, on ressent depuis quelques albums une grosse perte de puissance. On pourrait même se demander si un ou deux albums de l'après Goscinny ne serait effectivement pas de lui, car lorsque le dessinateur Uderzo s'y met, c'est carrément nul.

13 janvier 2015 2 13 /01 /janvier /2015 08:16

worldwarzLa guerre des zombies a eu lieu, et elle a failli éradiquer l'ensemble de l'humanité. L'auteur, en mission pour l'ONU - ou ce qu'il en reste - et poussé par l'urgence de préserver les témoignages directs des survivants de ces années apocalyptiques, a voyagé dans le monde entier pour les rencontrer, des cités en ruine qui jadis abritaient des millions d'âmes jusqu'aux coins les plus inhospitaliers de la planète. Jamais auparavant nous n'avions eu accès à un document de première main aussi saisissant sur la réalité de l'existence - de la survivance - humaine au cours de ces années maudites. Prendre connaissance de ces comptes rendus parfois à la limite du supportable demandera un certain courage au lecteur. Mais l'effort en vaut la peine, car rien ne dit que la Ze Guerre mondiale sera la dernière.

 

Le livre n'est pas un roman, mais un récit de témoignages recueillis par un survivant auprès d'autres survivants pendant l'épidémie, la guerre qui s'ensuivit contre Zack, les zombies, puis la reconstruction.

Le récit s'étale dans l'ordre chronologique de l'histoire. Du début de l'épidémie, jusqu'à la fin de la guerre, quand l'humanité est sauvée. L'auteur prétend avoir voyagé dans le monde entier pour recueillir ces témoignages de gens qui ont combattu et survécu à l'épidémie.

On y trouve des moments forts, où l'homme, la femme, l'enfant, se sacrifie pour d'autres, mais aussi des moments de tous les jours et surtout, les erreurs qui ont été faites, pour apprendre au début, par bétise parfois.

Le récit est intéressant, mais finalement, il y a trop de témoignages pour pouvoir retenir les témoignages les plus poignants et les plus marquants. C'est dommage parce que l'auteur s'évertue tout de même à proposer énormément de possibilités.

En somme, c'est bien écrit, fluide, très rafraîchissant, dans le sens "évasion dans un monde post-apocalyptique", avec de l'action, des moments où des abrutis font le B-A et quelques instants d'émotion. C'est bien, mais c'est trop long. Dommage.

9 janvier 2015 5 09 /01 /janvier /2015 08:08

histoiresecrete07.JPG3000 ans avant notre ère, un chaman remet à 4 frères et sœurs 4 cartes d'ivoire possédant chacune un pouvoir immense. Mais la règle est claire : en aucun cas les quatre cartes ne doivent être utilisées en même temps, et chaque frère et sœur ne devra avoir en sa possession qu'une seule carte.
Mais bien vite, cette règle va être violée, d'abord par vengeance, ensuite par envie de pouvoir...
1600 ans plus tard, en Egypte, la guerre est ouverte entre les deux frères Dyo et Erlin pour le contrôle des cartes, Dyo s'étant allié au pharaon, Erlin protégeant quant à lui les Hébreux persécutés.
Générés par le pouvoir des cartes, les pires fléaux vont alors ravager l'Egypte...

 

histoiresecrete07planche.jpgSeptième tome de la série et fin du premier cycle. Nous nous retrouvons lors de la première guerre mondiale pendant laquelle les archontes s'affrontent une nouvelle fois. Les uns pour stopper cette guerre horrible, les autres pour peut-être créer une paix durable, mais la guerre tournant en leur défaveur, ils recherchent celui qui pourra accomplir leurs rêves.

Cet album est à la hauteur du cycle, mauvais. On prend les mêmes et on recommence. L'histoire est d'un brouillon lamentable, parfois sans queue ni tête, c'est frustrant.

Le graphisme est fidèle et comme d'habitude déçoit énormément. C'est d'une laideur parfois que l'on se demande quelle a été la ligne directrice, la politique commerciale de Pécau. Quel but ? Sortir un album tous les deux mois, pour vendre sans réel souci de qualité.

Pour ma part, la série s'arrête ici, c'est trop mauvais pour donner l'envie de continuer.

6 janvier 2015 2 06 /01 /janvier /2015 08:55

histoiresecrete06.jpg3000 ans avant notre ère, un chaman remet à 4 frères et sœurs 4 cartes d'ivoire possédant chacune un pouvoir immense. Mais la règle est claire : en aucun cas les quatre cartes ne doivent être utilisées en même temps, et chaque frère et sœur ne devra avoir en sa possession qu'une seule carte.
Mais bien vite, cette règle va être violée, d'abord par vengeance, ensuite par envie de pouvoir...
1600 ans plus tard, en Egypte, la guerre est ouverte entre les deux frères Dyo et Erlin pour le contrôle des cartes, Dyo s'étant allié au pharaon, Erlin protégeant quant à lui les Hébreux persécutés.
Générés par le pouvoir des cartes, les pires fléaux vont alors ravager l'Egypte...

 

Dans ce sixième épisode, nous nous retrouvons au début de la période de pouvoir de Napoléon Bonaparte à Toulon. L'un des Archontes le soutient alors qu'un autre essaye de le détruire. Encore une fois, nous nous rendons compte que les grands personnages de l'histoire n'ont été que des marionnettes.

Le scénario est assez confus, même très brouillon. Il est difficile d'arriver à suivre l'histoire car tout le monde ne connaît pas par coeur les faits relatés et quelles sont les différents pouvoirs en place au moments des événements. Ce défaut ou cette omission de l'auteur à ne pas expliquer l'histoire donne une difficulté au lecteur devenant épuisante.

Le graphisme est vraiment moyen et les personnages sont mêmes brouillons aussi. Certaines cases sont d'une mocheté décevante. Nous sommes au sixième album et la série est finalement d'un très mauvais niveau.

5 janvier 2015 1 05 /01 /janvier /2015 08:29

Janvier 2015

 

Le dernier loup-garou de Glen Duncan

L'agent 212 8. Pas de panique de Daniel Kox et Raoul Cauvin

Airborne 44 1. Là où tombent les hommes de Philippe Jarbinet

Airborne 44 2. Demain sera sans nous de Philippe Jarbinet

Ultimate Metallica de Ross Halfin

Tintin 11. Le secret de la Licorne de Hergé

Le décalogue 7. Les conjurés de Giroud et Gillon

Le décalogue 8. Nahik de Giroud et Rollin

Le silence des agneaux de Thomas Harris

 

Mes lectures en 2014

Mes lectures en 2013

Mes lectures en 2012

Mes lectures en 2011

Published by Skritt - dans Le blog - sa vie
commenter cet article
2 janvier 2015 5 02 /01 /janvier /2015 08:44

ledernierloupJake Marlowe est un loup-garou, le dernier de son espèce. Pourchassé par des tueurs fanatiques qui ont juré de lui trancher la tête, protégé contre son gré par une organisation secrète désireuse de vivre au grand jour, Jake a décidé d'arrêter de fuir. La prochaine pleine lune sera sa dernière. "Va où tu peux, meurs où tu dois". Mais pour le vieux loup-garou suicidaire et blasé, rien ne va se dérouler comme prévu. Le dernier loup-garou, traduit en quinze langues, est le premier tome d'une trilogie qui, notamment par l'humour et l'émotion - sans oublier une pincée de sexe ! -, dépoussière, voire dynamite, le mythe du lycanthrope.

 

Jack est apparemment le dernier loup-garou existant sur terre. C'est un loup-garou différent, plus cérébral que les autres membres de sa race. Mais sa nature le rattrape trop souvent. Il est poursuivi par un groupe qui chasse les chimères, les loups-garous mais aussi les vampires, mais il se rend compte que les vampires tentent de le sauver pour des raisons inconnues.

Ce roman arrivent à point nommé. Après la mode des romans de vampires et puis des zombies, enfin les loups-garous sont au rendez-vous. L'auteur vogue sur la vague et nous produit ici un roman qui se veut original.

Le personnage est loin du type même du loup-garou, individuel et violent, il pense, réfléchit, écrit son journal intime, et refuse presque la violence.

Le roman décrit une histoire assez pauvre dans son contenu. Il y a peu de choses qui se déroulent et les rebondissements sont rares. Le personnage principal est ennuyeux, sans vraiment de fonds intéressant. L'histoire est assez lente et tourne beaucoup en rond.

L'écriture quant à elle est très correcte, presque trop littéraire. Malheureusement, le style ne colle pas du tout avec le genre qui se veut assez violent à plusieurs égards. En somme, le style est trop bien pour un roman de loup-garou nous éloignant ainsi de l'histoire, ne nous permettant pas de nous impliquer dans l'histoire.

FInalement, le roman est certes bien écrit, mais l'histoire est ennuyante.

Je remercie Babelio et Folio pour ce partenariat.

---

babelio

Published by Skritt - dans Fantastique
commenter cet article

Les lectures du moment

Le silence des agneaux
Thomas Harris
lesilencedesagneaux.jpg

Les sites à visiter