Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 décembre 2014 1 01 /12 /décembre /2014 08:49

labyrinthes02.jpgUne grande aventure mystico-exotique menée par un trio d’auteurs touchés par la grâce divine...
Dans certains cercles élégants, on aime s’adonner au spiritisme. Une manière comme une autre pour de riches oisifs ou des scientifiques en quête d’irrationnel de mettre un peu de mystère dans leur vie ! Si ce n’est qu’un certain jour de 1913, une des séances de la comtesse Isadora tourne mal, ou plutôt trop bien, puisqu’un esprit terriblement puissant rend soudain visite aux apprentis médiums. Et pas n’importe quel esprit, puisqu’il s’agit de l’esprit d’un dieu. D’un dieu qui souffre. Et qui les enjoint de le rejoindre en Argentine. Effrayés mais fascinés par la perspective de l’aventure, le professeur Ariane et ses amis font aussitôt leurs bagages. Sans s’imaginer qu’ils vont mettre à jour un nouvel ordre divin parfaitement insoupçonné, au sein duquel toute vie humaine ne vaut pas plus que celle d’un enfant perdu dans un labyrinthe...

 

labyrinthes02planche.jpgCe deuxième tome démarre quelques années après le premier opus. Le professeur s'est allié à un autre scientifique pour mener à bien des expériences qui ont pour objectif de ramener à la vie des animaux morts. Mais un jour, le médecin du village amène un marin sans famille qui vient de décéder.

Cet album se déroule après la première guerre mondiale. On y retrouve une partie de l'équipe de la première partie. Le professeur paraît comme un homme intègre, passionné de physique et de mystères non résolus, mais garde une humanité qu'il ne veut pas perdre.

Le scénario est bien construit, sans beaucoup de rapports avec l'album précédent, mais possède une métaphore puissante menant le professeur au-delà de ce qu'il pouvait espérer. Quel est la part de réalité, de rêve, ou de mort... pour l'instant, seul le lecteur peut en juger et s'imaginer quelle serait réellement l'histoire de ce professeur Ariane.

Le graphisme est fidèle au premier album, avec toujours autant de détails dans les décors et les personnages permettant de s'imprégner de l'univers du professeur plus facilement.

Le récit est passionnant mené par un graphisme à la hauteur. Mystère et mythologie sont les maîtres mots de cette bande dessinée. C'est intéressant et le troisième album promet d'être encore plus passionnant.

Repost 0
30 novembre 2014 7 30 /11 /novembre /2014 08:13

labyrinthes01.jpgUne grande aventure mystico-exotique menée par un trio d’auteurs touchés par la grâce divine...
Dans certains cercles élégants, on aime s’adonner au spiritisme. Une manière comme une autre pour de riches oisifs ou des scientifiques en quête d’irrationnel de mettre un peu de mystère dans leur vie ! Si ce n’est qu’un certain jour de 1913, une des séances de la comtesse Isadora tourne mal, ou plutôt trop bien, puisqu’un esprit terriblement puissant rend soudain visite aux apprentis médiums. Et pas n’importe quel esprit, puisqu’il s’agit de l’esprit d’un dieu. D’un dieu qui souffre. Et qui les enjoint de le rejoindre en Argentine. Effrayés mais fascinés par la perspective de l’aventure, le professeur Ariane et ses amis font aussitôt leurs bagages. Sans s’imaginer qu’ils vont mettre à jour un nouvel ordre divin parfaitement insoupçonné, au sein duquel toute vie humaine ne vaut pas plus que celle d’un enfant perdu dans un labyrinthe...

 

labyrinthes01planche.jpgCe premier tome de Labyrinthes nous fait découvrir les personnages, l'époque et l'ambiance de cette dernière. Passionnés de spiritisme, un groupe d'amis s'adonnent à ce genre de loisirs en présence du Professeur Ariane. Après une possession de la comtesse Isadora par un esprit, le groupe se rend en Argentine pour résoudre le mystère.

Ce tome de cette histoire étalée sur quatre albums nous présente une ambiance presque pesante entre les membres du groupe, dans une époque de guerre, la naïveté d'un Professeur qui souhaite découvrir et donner au monde des avancées scientifiques. Le scénario est bien construit et les différents personnages sont réalistes. L'insouciance bourgeoise est dans une bonne partie de l'album assez marquante. L'ambiance est parfois lourde mais dans les moments calmes et doux de l'histoire, on ressent une certaine menace invisible.

Le graphisme est bien travaillée, les cases sont fournies et sont d'un grand réalisme. Les couleurs sont typiques des colorisation des années 90, mais l'ensemble reste vraiment très contemporain. Le travail est beau et rend un premier album vraiment intéressant.

Ce premier tome est une réussite et promet largement une suite bien passionnante.

Repost 0
28 novembre 2014 5 28 /11 /novembre /2014 08:41

graine4.jpgAu crépuscule de sa vie, Merlin livre une partie d'échecs contre le Chevalier Noir. L'enjeu de cette rencontre est la perpétuation de la croyance en Faërie dans le coeur des hommes. Le Chevalier Noir analyse la stratégie de Merlin et s'interroge : pourquoi échanger une Tour et un Fou contre sa Reine Noire, la Morrydwen ? Pourquoi préserver ce pion blanc ? Ignorant tout des forces à l'oeuvre, Igguk affronte un Géant de pierre. Quel est son rôle sur cet échiquier ?

 

grainedefolie04p.jpgCe quatrième et dernier tome de la saga est le dénouement le plus inattendu que j'ai eu à lire. On y retrouve dès le début deux joueurs d'échecs qui écrivent l'histoire de Faerie par leur jeu. L'un des deux joueurs est ni plus ni moins Merlin l'enchanteur.

Le dénouement le plus inattendu parce que le scénario jusqu'à maintenant était tellement bizarre, nébuleux et mauvais qu'il était impossible de s'attendre à une histoire plus compréhensible et plus passionnante. Ce dernier volet est épique, tragique aussi mais surtout porteur d'une morale magnifique. C'est dommage car combien de lecteurs ne seront pas arrivés à cet album tellement déçus des précédents. Certainement parce que le scénario était de Civiello lui-même et qu'enfin il a fait appel à Thomas Mosdi pour finir proprement.

Le graphisme quant à lui est toujours fidèle au grand talent de Civiello. Les planches sont belles, entraînantes. Le souffle redonné par le scénario sont bien portés par des scènes de combat sanglantes et réalistes.

C'est le meilleur album de la saga, indéniablement, mais qu'est ce qu'elle est décevante cette saga.

Repost 0
27 novembre 2014 4 27 /11 /novembre /2014 08:31

will.jpgLe journal de six enfants vivant à la résidence des Bonheurs. Pas facile de bien s'entendre, de ne pas se fâcher... Heureusement, Will le génie est là pour leur faire comprendre comment fonctionnent les Fridas, ces drôles de bêtes qui les accompagnent !

 

Ce court roman destiné aux enfants de primaire se déroule autour d'un groupe d'amis de dix ou onze ans qui découvrent une lampe contenant un génie. Le génie qui ne sait pas faire grand chose leur avoue que des monstres attachés à chaque personne se nourrissent d'émotions jusqu'à en devenir grosse et noire si c'est des émotions négatives.

Le roman se lit vite et très facilement. Le vocabulaire est compréhensible par les enfants. Le roman est assez bien construit. Il se passe à la première personne, mais chaque chapitre correspond à un enfant différent à chaque fois, sans utiliser un style différent pour une rapidité de lecture accrue. Ainsi l'enfant s'imprègne facilement et rapidement du personnage et peut se comparer sans problème. Le parcours de Will avec les enfants du roman est intéressant et amène le lecteur jusqu'à la morale de l'histoire sans accroc. C'est très linéaire mais la morale est différente par rapport aux histoires pour enfants habituelles, actuelle et surtout d'une grande utilité.

Le roman est illustré de quelques dessins, bien faits, mais représentant des enfants plus adolescents que des enfants de primaire. Il aurait été apprécié quelques illustrations supplémentaires.

En somme, un court roman qui se lit vite et avec beaucoup de plaisir.

Je remercie Babelio et Pourpenser pour ce partenariat.

---

babelio

Repost 0
Published by Skritt - dans Petite enfance
commenter cet article
26 novembre 2014 3 26 /11 /novembre /2014 08:27

graine3.jpgAutour du Grand Arbre qui se dessèche doucement, d'innombrables corbeaux volent en tous sens, entament une danse macabre, et se fondent pour former un corps encapé de noir : la Morrydwen, symbole de guerre et de mauvais présages...

 

grainedefolie03planche.jpgCe troisième tome voit Igguk confronter la Morrydwen. Il s'en déroule un duel de sorcières. Il est difficile de réaliser un résumé de ce troisième volet tant le scénario paraît toujours autant nébuleux. Au fur et à mesure que l'histoire avance, on n'arrive pas à comprendre la présence de tel personnage, les allusions qui sont faites. Le scénario est vraiment mal défini et très mal construit.

Le graphisme est toujours beau mais on sent que Civiello peine à faire de cet album un bon album. La Morrydwen est belle de réalisme mais certaines planches sont un peu bizarrement travaillées.

En somme, cet album est le plus mauvais de la série. C'est difficile d'en arriver à ce niveau de médiocrité quand on apprécie le travail et le talent de Civiello.

Repost 0
25 novembre 2014 2 25 /11 /novembre /2014 08:13

campeurs02.jpgAvec Les Campeurs, revivez les joies de la communion avec la nature, de la tente qui s’envole à la moindre rafale de vent et de la promiscuité après l’apéro.. bref, à vous le rire avec un grand AIR ! Qu’ils soient adeptes de l’indémodable canadienne, de la caravane tout équipée ou du camping-car difficile à manoeuvrer, rien ne pourra entamer l’enthousiasme de ces bédouins modernes, pas même des sanitaires collectifs plus que douteux, pour se dorer la pilule au bord de la piscine et s’éclater en boîte avec des Hollandais (et plus si affinités). Si à la moindre chaleur, vos pieds ne peuvent résister à l’appel de la tong, si pour vous convivialité rime avec vacanciers bronzés ou si quand votre chien aboie, la caravane passe, alors ne cherchez pas plus loin : rejoignez Les Campeurs et ce sera tous les jours l’été !

 

campeurs02planche.jpgCe deuxième tome sur les campeurs édité par Bamboo est une série de gags humoristiques sur les campeurs, comme nous avons pu le voir au cinéma avec Franck Dubosc. Cet album est une série de clichés aussi pitoyables les uns que les autres. Déjà qu'en faire un film, c'est gros, mais là... c'est un peu n'importe quoi. Les campeurs de cette bande dessinée n'ont qu'une chose en tête apparemment, reluquer les belles hollandaises. C'est un peu mysogine et surtout dénigre les beaufs qui font du camping.

Le graphisme est correct et bien adapté à ce genre humoristique, mais le scénario et les gags qui se succèdent ne me semblent pas adapté au public visé, les jeunes qui n'y verront qu'un ramassis de mauvaise foi et d'obsédés.

Un mauvais album de chez Bamboo qui au lieu de sortir des albums de qualité s'est enfoncé dans la quantité médiocre.

Repost 0
24 novembre 2014 1 24 /11 /novembre /2014 08:39

L’homme est identique à ce qu’il était à l’aurore de l’humanité. Il n’a accompli aucun progrès, c’est-à-dire autre que technique.

 

Desbrugères, Didier - Le Délégué

Repost 0
Published by Skritt - dans Citations
commenter cet article
23 novembre 2014 7 23 /11 /novembre /2014 08:32

nexus.jpg2040. Le monde est plus que jamais en proie aux dérives technologiques. Les agences gouvernementales sont déterminées à éradiquer toutes les recherches scientifiques pouvant constituer un danger pour l'humanité. Parmi ces menaces : NEXUS, une nano-drogue qui permet à ses consommateurs de connecter leurs cerveaux. Kade, un jeune et brillant biologiste, considère cette drogue comme un immense progrès pour la société, offrant des possibilités de communication illimitées. À l'aide d'une poignée d'amis, et malgré l'illégalité d'une telle entreprise, il parvient à l'améliorer. Mais ses recherches attisent bientôt les convoitises... Des couloirs universitaires aux coulisses du pouvoir ; du siège d'une agence d'élite de Washington à un laboratoire secret de Shanghai ; des fêtes clandestines de San Francisco aux marchés illicites de biotechnologie de Bangkok, en passant par un monastère bouddhiste, Nexusmet en scène avec brio notre univers au bord de l'implosion.

 

Dans moins de trente ans, une nouvelle drogue permet à ceux qui l'ingèrent de pouvoir communiquer entre eux par l'esprit. Mais un groupe de jeunes pirates de l'informatique détournent ce Nexus 3 pour l'améliorer et permettre de communiquer de manière illimité, de contrôler l'autre aussi. Malheureusement, les services secrets comptent s'approprier cette nouvelle version pour éviter qu'elle ne se propage et devienne incontrôlable.

Ce roman de science-fiction est une vision de l'auteur par rapport aux dernières découvertes technologiques et scientifiques. Alors qu'actuellement, il est possible d'informer le cerveau d'influx nerveux par des électrodes implantées, il sera peut-être alors possible de le faire uniquement en s'injectant un produit. Est ce que cette vision est crédible ? Pour ma part, cela pourrait être une nouvelle avancée, mais rien de bien innovant finalement. On y découvre aussi des personnes génétiquement modifiés s'appelant d'eux mêmes des posthumains. Serons nous supplantés par une nouvelle race d'humains génétiquement supérieur. Découvrirons-nous l'horreur d'être indiens, juifs ou noirs dans des périodes de génocides de masse ? L'homme étant ce qu'il est, alors oui, si sa vision est juste, il faut sacrément s'inquiéter.

L'histoire quant à elle est assez lente, parfois un peu molle, et sans rebondissements. Le roman s'éternise de temps en temps sur des détails sans intérêt et finalement, il faut attendre le dernier quart du roman pour avoir un peu d'actions, mais le mal est fait, rien ne se passe. Le roman est un conflit politique entre les services secrets américains, chinois, thaïlandais et des personnes comme un jeune pirate informatique, une posthumaine et une agent génétiquement modifiée.

Le roman est assez ennuyeux, avec un faible intérêt. Il ne révolutionnera pas son genre.

Je remercie Babelio et Presses de la cité pour ce partenariat.

---

babelio

Repost 0
Published by Skritt - dans Science-Fiction
commenter cet article
22 novembre 2014 6 22 /11 /novembre /2014 08:05

courseapied.jpgDe nombreux joggeurs débutants rêvent de courir un jour un marathon. Mais même sans envisager cet objectif mythique, la course à pied est un sport qui présente beaucoup d'avantages : une bonne condition physique et un moyen d'évacuer le stress ne sont que quelques-uns des multiples bénéfices qu'elle procure. Ce livre s'adresse aux coureurs de tous niveaux. Il aide le débutant à devenir un coureur à part entière et il contient toutes les informations nécessaires pour ceux qui veulent aller plus loin. La manière d'élaborer son entraînement, des programmes détaillés, l'utilisation du cardiofréquencemètre, des conseils alimentaires spécifiques et bien plus encore... Le tout vous permettra de réaliser vos objectifs.

 

Ce manuel est uniquement dédié à la course à pied et particulièrement la course sur route sur une petite distance jusqu'au marathon. Il y est proposé des cycles d'entrainement pour tout type de coureur pour les trois épreuves majeures de la course à pied en ville, le 10km, le semi et le marathon. Les autres aspects du sportif sont survolés. L'auteur aborde la nutrition ou les blessures sans entrer en profondeur dans ces différents sujets accentuant principalement l'ouvrage sur les entainements. De plus, à aucun moment il n'est question des étirements ou des moyens de récupération.

Ce manuel est réellement intéressant et apporte des bases solides pour les débutants ou les coureurs qui ne sont pas en club, mais malheureusement son apport est très limité par les choix de l'auteur à se cantonner uniquement aux cycles d'entrainement.

Repost 0
21 novembre 2014 5 21 /11 /novembre /2014 08:29

graine2.jpgDans un Moyen Âge où le christianisme annihile toute autre croyance, le monde de Faërie meurt sous l'impulsion de forces démoniaques. Pour le sauver de la destruction, la Reine des fées confie à Igguk Plitchwook, «la mémoire des Elfes», la mission de rechercher le Coeur de Cristal. Pour cet alchimiste elfique, il s'agit là du début d'extraordinaires péripéties.

 

grainedefolie02planche.jpgCe deuxième tome entraîne Igguk dans les entrailles de la terre, au tertre de la Reine, où loge le cerbère qui protège d'immenses trésors.

Ce second opus est franchement en dessous de la moyenne. Le scénario est vraiment de plus en plus nébuleux. Il donne la sensation que Civiello s'est inspiré de plusieurs histoires, à fait ensuite un mélange, et nous propose ce mix. Il a un arrière goût de quelque chose, mais sa trame est complètement perdue dans des méandres compliqués. Encore une fois, nous sommes subjugués par le talent d'illustration de Civiello.

En parlant de texte, j'avais été choqué de temps en temps par le vocabulaire utilisé, mais ce deuxième épisode est encore plus anachronique. Il y a des expressions qui n'ont rien à faire dans un univers tel que celui-ci. Le choix des auteurs à ce niveau est vraiment contestable et fait perdre le peu de crédibilité que cette saga pouvait avoir.

C'est pas très bon, mais on continue la saga car le travail de Civiello est carrément époustouflant.

Repost 0

Les lectures du moment

Le silence des agneaux
Thomas Harris
lesilencedesagneaux.jpg

Les sites à visiter