Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juin 2011 5 17 /06 /juin /2011 08:12

leconsdumalJack Branch est un fils de bonne famille, professeur dans le petit lycée de Lakeland, Mississippi. très impliqué dans son métier, soucieux de justice dans un pays encore marqué par la guerre de Sécession, il se prend d'affection pour un élève taiseux et renfrogné du nom d'Eddie Miller. Eddie se tient à l'écart de la communauté, résigné, écrasé par le poids de son ascendance:il est le fils du "tueur de l'étudiante", mort en prison quinze ans plus tôt. Le mal se donne-t-il en héritage? Peut-on sauver les gens d'eux-mêmes?

Pour libérer Eddie de son fardeau, Jack lui suggère de mener une enquête sur son père. Le maître et l'élève découvrent peu à peu un monde où le bien et le mal se confondent, chargé de violence et de mirages:un monde de ténèbres.

 

Avant de commencer cette chronique, je tiens à remercier Libfly et Seuil pour ce partenariat.

Les Leçons du Mal décrivent un professeur, M. Branch, d’une petite ville du Sud des Etats-Unis qui se remémorent ses premières années d’enseignement au lycée. Ses élèves viennent pour la plupart des quartiers défavorisés et l’un d’eux retient plus particulièrement son attention, Eddie Miller, le fils d’un tueur. M. Branch enseigne cette année-là le Mal et donne à sa classe un devoir à réaliser sur une personnalité, Eddie entreprend alors un travail sur son père.

J’avoue avoir été quelque peu déçu par le début de ce roman, peut-être parce que je m’attendais à lire une histoire bien plus palpitante. Un auteur au succès international, un titre aguicheur et une magnifique couverture m’auront certainement trompé, mais n’avais-je pas placé la barre trop haute.

La lecture était facile et rapide et j’ai trouvé l’écriture bien maniée. L’auteur n’hésite pas à donner énormément de détails, sans aucune lourdeur.

L’histoire se déroule très tranquillement jusqu’au premier tiers sans rythme, presque sans intérêt, le temps que les personnages prennent leur place progressivement, sans brutalité. C’est peut-être ce que l’auteur a choisi, un retraité qui raconte le temps de ses premières classes, son amour inconditionnel pour son métier et ses élèves, ses cours établis sur l’année jusqu’au devoir final sur le Mal et ce qu’il implique pour un certain élève, fils d’un tueur connu.

A partir de la moitié de la deuxième partie, c’est à dire dés le début du deuxième tiers, le roman prend plus de rythme, les faits s’enchaînant rapidement, donnant une sensation d’ivresse au lecteur. Il est indéniable que, malgré cette tranquillité d’esprit que fait preuve M. Branch, les événements nous entraînent dans un tourbillon. Et dés qu’un tourbillon vous a appâter, vous ne pouvez plus vous en sortir, il faut aller jusqu’au bout, pour savoir. Vous pouvez prévoir ou imaginer une fin, cette dernière vous surprendra quoique vous pensiez jusqu’à la dernière ligne.

Un thriller au démarrage un peu difficile mais qui finit réellement par prendre une ampleur suffisante pour vous empêcher de le refermer tant que l’ultime page n’est pas lue.

Je remercie Libfly et Seuil.

---

logo-libflybis

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Les lectures du moment

Le silence des agneaux
Thomas Harris
lesilencedesagneaux.jpg

Les sites à visiter