Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juillet 2011 2 12 /07 /juillet /2011 19:47

livresansnomUn serial killer surnommé The Bourbon Kid, des flics cinéphiles, un chasseur de primes sosie d'Elvis, une bombe sexuelle amnésique, des moines experts en arts martiaux, une pierre précieuse qui stoppe la rotation de la Lune… et un livre sans nom dont les lecteurs décèdent tous les uns après les autres. Un concentré de culture pop, un livre délirant dont on ne connaît pas l'auteur, un buzz énorme !

 

Avant de commencer cette chronique, je tiens à remercier Livraddict et Le Livre de Poche pour ce partenariat.

En ouvrant le colis, en sortant le livre de son enveloppe, c’est avec une certaine impatience que je désirai attaquer sa lecture. Tout d’abord, la couverture est attirante, sombre, laissant présager une histoire prenante, glauque, un thriller passionnant, d’autant que ce roman fait partie des meilleurs ventes actuellement. Ensuite, le mystère posé par son auteur au moment de sa mise en ligne, qui a souhaité rester anonyme – lui évitant les rencontres avec le public pour des dédicaces, mais en même temps lui faisant faire une croix sur ses droits – font du Livre sans nom, un roman particulier.

Pour l’anecdote, en plaçant dans une discussion que je lisais ce livre, on m’a demandé si le titre du roman était inexistant, un livre sans nom. Je rétorque qu’il s’intitule comme ça, surprise, la personne me réponds « Sans nom ». Imaginez la conversation :

-         J’ai commencé le Livre sans nom.

-         Ah, il n’a pas de nom !

-         Non, c’est ça son titre, le Livre sans nom.

-         Sans nom ?

-         Non, le Livre sans nom. Le titre du roman c’est Le Livre sans nom.

-         Ah, ok, Le Livre sans nom, drôle de titre. Et c’est de qui ?

-         … On ne sait pas !

-         Ton livre, il n’a pas de nom, et personne ne l’a écrit.

-         Il a été publié de manière anonyme.

-         Un livre qui n’a pas de nom, écrit par personne, il existe au moins ton livre, ou c’est du flan ton histoire.

-         Ce n’est pas grave, passons à autre chose.

Un conseil, si vous voulez vous faire des amis, ne parlez surtout pas de ce livre, à moins de passer pour fou. Je m’éloigne du sujet, alors place à la critique…

 

Le roman est un mélange entre thriller et fantastique. La ville de Santa Mondega, non cartographiée, inconnue mais réputée pour sa criminalité, a la particularité d’être le seul point du globe terrestre à pouvoir observer une éclipse de lune tous les cinq ans. Il y a cinq ans, un vrai massacre perpétré par le Bourbon Kid a eu lieu. Et apparemment, la Pierre de Lune, un bijou bleu, conférant à son porteur invincibilité et immortalité, en serait la cause. Un détective du nom de Somers ayant perdu sa famille pendant ce massacre, mena une enquête qui à l’époque n’avait abouti à rien.

Mais la prochaine éclipse a lieu dans quelques jours. La Pierre de Lune a disparu, des moines sont à sa recherche pour la ramener sur son île, Somers est persuadé que le Bourbon Kid est revenu, et tous les malfrats sont sur le coup. Jusque là, rien de bien grave, vous me direz, mais c’est sans compter que la ville est le repaire de vampires, de loups-garous, et surtout du Seigneur des Ténèbres.

Pour ma part, je trouve que le mélange n’a pas pris, c’est lourd, il est impossible à s’imaginer ce genre de situation, c’est nul en fait. Le roman, du début à la fin, c’est règlement de compte à OK Corral, ça tire partout, ça saigne, ça gicle, ça meurt, et c’est grossier, rien de plus.

La ville infestée de vampires, de monstres en tout genre, je n’ai pas vu de schtroumpfs, mais sait-on jamais, fait de Santa Mondega un lieu assez improbable, à moins de lire des romans de la série des Royaumes Oubliés. C’est une sauce contemporaine que nous avions l’habitude de trouver dans la Fantasy et les navets à la Donjons et Dragons. Et je comprends mieux l’anonymat de son auteur qui n’a pas osé le publier sous son nom.

Bien sûr, il faut prendre ce roman au second degré, avec son humour noir. C’est cynique et critique à souhait.

Un point encore plus improbable est la possibilité d’arrêter la course de la lune pour qu’elle reste au-dessus de la ville, la plongeant pour toujours dans l’obscurité. Admettons que la lune puisse stopper sa course, on a l’esprit ouvert, on s’imagine, et hop, la lune est là, plantée au-dessus de la ville, à attendre. Mais l’auteur veut nous faire gober que parce que la lune s’arrête alors c’est une éclipse éternelle. Faut-il rappeler que pour faire une éclipse, il faudrait que le soleil passe juste derrière la lune, mais peut-être que l’auteur a tout prévu, en plus d’arrêter la lune, la terre s’arrête de tourner – plongeant l’autre face dans la nuit éternellement, faisant pour les autres des journées à rallonge. Puisque nous sommes dans le ridicule, poussons-le jusqu’au bout, des journées de travail sans fin pour les uns, les programmes de la nuit pour l’éternité pour les autres, c’est complètement débile.

Les personnages sont caricaturés au maximum, et on tourne le spectacle à la dérision dans la scène où Batman sert à boire au bassiste de Kiss. L’enquête est pathétique, c’est survolé, sans aucun intérêt. Le seul point qui rattrape le tout est l’écriture, facile à lire, fluide, et heureusement sans fioriture. Et les références au cinéma sont nombreuses et plairont certainement aux passionnés de Tarentino, encore que là, ce serait plutôt Mel Brooks. Vous avez même l’impression de vous regarder une énième diffusion de Last Action Hero, on rigole un peu, mais ça reste nul.

Ce n’est pas un roman, c’est un navet. Un livre que vous pouvez vous autoriser à lire sur votre natte de plage, à la mer, entre deux baignades, et puis que vous oublierez sur le sable, l’offrant ainsi à un touriste qui l’utilisera pour caler sa table en plastique, lui permettant de doser correctement dans ses verres le liquide jaune au goût d’anis, au rythme du chant des cigales. Un roman qui vous fera sourire, rire parfois, mais que vous ne garderez pas en mémoire comme un bon roman, un roman tout court même.

Je remercie, quand même – oui, ce n’est pas de leur faute, c’est moi qui l’ai voulu, non ! -, Livraddict et Le Livre de Poche.

---

logo liv

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Skritt 31/08/2011 19:10


Non, en effet, je n'ai pas trop aimé, et je ne lirais pas la suite...
Je ne t'oublie pas pour le prochain lecteur qui ne s'est malheureusement pas encore manifesté, mais j'espère que ça ne tardera pas...


Cacahuète 31/08/2011 13:50


Je n'avais pas lu en détail ta note avant d'avoir lu le livre... je n'avais fait que la survoler ! et lol ! en effet ! tu n'as pas du tout, mais alors pas du tout aimé !!!!!

normalement, je n'aime pas du tout ce qui est du domaine du surnaturel, histoires de vampires et tout et tout, mais j'ai trouvé qu'ici, c'était bien fait, j'ai lu ce livre au 3ème degré, ce qui
fait que je suis passée complètement au dessus des incohérences que tu as noté ! qui certes, sont absoluement vraies, mais j'ai pris ce livre comme de la pure fiction, et j'ai ma foi, bien aimé
!

mon avis : http://mamemoir.canalblog.com/archives/2011/08/31/21905281.html

Un grand grand merci à toi pour ce prêt, j'avais trés envie de le lire !
Je suppose que tu ne vas pas lire la suite ?!?!!!! ^^


Skritt 13/07/2011 09:58


Je crois que tu as raison, c'est trop gros et ça manque d'originalité...


Frankie 12/07/2011 20:15


Ouh la, oui, tu n'as vraiment pas aimé ! :D J'avais bien accroché. Bien sûr certaines scènes sont improbables mais c'est de la fiction ! :) Le reproche que je lui ferais c'est d'utiliser trop de
références à Tarantino et autres et par conséquent de ne pas être original.


Les lectures du moment

Le silence des agneaux
Thomas Harris
lesilencedesagneaux.jpg

Les sites à visiter