Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 septembre 2014 7 21 /09 /septembre /2014 08:53

spirou46-copie-1.jpgSpirou, ennemi public n° 1. Spirou, rejeté par tous ses amis. Spirou, poursuivi de toutes parts.Spirou, recherché par toutes les polices. Spirou, l'homme à abattre. À vue. Spirou apparaît aux yeux du monde comme le plus dangereux des malfaiteurs. Pourquoi Spirou est-il poursuivi sans relâche? Pourquoi Spirou ne peut-il compter que sur lui-même pour sauver sa peau? De quoi Spirou est-il coupable? Pourquoi Spirou fait-il peur? Ni un rêve, ni un cauchemar, ni un film, la nouvelle histoire de Spirou est bien réelle. Et c'est bien votre personnage préféré qui est ainsi chassé et pourchassé dans cet album surprenant et haletant de bout en bout.

 

planchespirou46.jpgDans cet énième album de Spirou et Fantasio, Spirou est recherché, traqué par des tueurs. Les médias le décrivent comme un malfaiteur dangereux. Pourquoi, qu'a t-il fait ?

Le scénario de cet album est bien écrit, extrêmement bien réalisé. Spirou et Fantasio destiné à la jeunesse, que nenni, Tome et Janry nous propose ici un thriller digne des bandes dessinées plus... sérieuses. Ce Spirou et Fantasio nous propose ici une histoire passionnante et haletante de la première à la dernière case.

Le graphisme est particulièrement soigné et la mise en page recherché nous permet de nous imprégner dans ce thriller. Les pages sont bordées de noir et l'ambiance est sombre.

Dans ce scénario, un peu de violence, du sang et surtout un dénouement assez glauque. Ce thriller au goût de science-fiction est intéressant, mais se prête t-il bien à l'univers de Spirou et Fantasio. Nous avons l'habitude d'une série composée d'enquêtes gentilles et d'humour bon enfant. Cet album est loin des sentiers battus et pourra désharçonner les habitués.

Repost 0
17 septembre 2014 3 17 /09 /septembre /2014 08:40

meilleurduchat.jpgplanchemeilleurchat.jpgCette bande dessinée est un recueil des meilleurs gags du chat, la création de Philippe Geluck. Le dessin est simple, limite grossier, mais l'humour est présent, la critique omniprésente. Autant vous dire immédiatement que cette bande dessinée donne le meilleur de la série et qu'aucun gag, ni même une case, n'est à éloigner. La sélection a été certainement  rude pour proposer ici un album d'une grande qualité et le résultat est réellement à la hauteur des espérances d'un best of. Cette album est tellement bon qu'il ne serait pas possible pour le décrire de proposer tel ou tel gag ou de le citer tellement la tâche serait fastidieuse. L'album complet, dans son entier, devrait être cité comme exemple. En somme, vous l'aurez compris, si vous voulez découvrir le chat ou que vous le connaissez déjà, cet album est parfait pour passer un excellent moment de lecture. A lire absolument...

Repost 0
6 septembre 2014 6 06 /09 /septembre /2014 08:38

rani2.jpgPiégée par son demi-frère, Jolanne se retrouve condamnée à mort. Mais, elle réussit à s'évader et fête ses 18 ans dans les bras de Craig, le séduisant espion anglais. Cependant, l'inspecteur Laroche la retrouve et abat son amant. Jolanne est alors contrainte de se joindre à des brigands dont elle ne partage guère le goût pour la maraude. Il lui reste à apprendre que la vengeance a un prix. Le sang va couler et les passions se déchaîner !

 

rani2planche.jpgDans ce deuxième album de Rani, la jeune Jolanne de Valcourt vient d'être condamnée à mort lors d'un jugement expéditif. Lors de transfert dans une cage, son compagnon est un brigand qui se fait appeler l'Ange Noir. Elle arrive à s'échapper avant de tomber sur Craig Walker, l'espion venu chercher dans le précédent numéro la stratégie française pour la prochaine bataille à venir.

Dans cet album, on en apprend un peu plus sur la jeune Jolanne, qui vient de fêter ses dix-huit ans. Son caractère s'affirme un peu plus en nous montrant une jeune femme avec des principes et qui ne se laisse pas faire par des concurrentes. Le scénario permet de la découvrir toujours aussi sensuelle et pleine de ruse afin de s'en sortir des difficiles situations. Bien sûr, nous avons droit à la pause glamour et à l'action qui s'impose dans le cas de l'histoire d'une héroïne, jeune et belle.

Le dessin est bien soigné et les couleurs sont bien réalisés. Je regrette seulement que certains détails ne sont pas plus travaillés. La couverture est très belle, et le promontoire rocheux sur la droite pourrait même faire penser à un western, bien que cela se déroule en France et en hiver. Drôle de choix donc...

En somme, cet album est bien construit et est intéressant. Une série qu'il faut continuer à suivre.

Repost 0
3 septembre 2014 3 03 /09 /septembre /2014 08:06

crannibales4.jpgBienvenue chez les Ducroc, une famille à l'appétit dévorant !
Le père, bonne fourchette, résiste rarement aux petits plats cuisinés par Madame, un fin cordon bleu, passée maître dans l'art de vous arranger aux petits oignons.
Chairs de leur chair: Betty, l'aînée, une pulpeuse jeune fille et une future croqueuse d'hommes; Popol, un enfant difficile qui ne finit jamais son assiette; Bébé, qui fait ses dents et, dernier arrivé, Hanka, un réfugié vietnamien, dont la maigreur désole sincèrement sa famille d'adoption.
Ajoutons à cela un chien qui fait disparaître les restes, un voisin suspicieux, un facteur, des prêcheurs, des représentants en aspirateurs et toute une foule de quidams qui ne font que passer (par le four) mais restent quand même à dîner (comme plat principal).
Découvrez les délicieuses aventures au quotidien de cette famille anthropophage en dégustant ce premier recueil de gags bien relevés !

 

crannibales04planche.jpgDans ce quatrième album des Crannibales, nous retrouvons donc la famille Ducroc, une famille cannibale. Le thème de cet album est la manière d'agrémenter son repas, en somme,si vous êtes un peu cannibale, cet album vous aidera à trouver des astuces pour cuisiner vos amis. Ce qui diffère des précédents albums sont les gags qui s'étendent sur plusieurs pages, beaucoup plus nombreux. On apprécie l'humour qui, malgré le fait que les auteurs en sont à leur quatrième album, ne tarit pas et surtout, quelques coutumes commencent à s'installer comme la planche habituelle consistant à essayer d'attraper Hanka, le fils adopté.

En somme, un très bon album qui donne réellement envie de continuer à lire les albums suivants.

Repost 0
1 septembre 2014 1 01 /09 /septembre /2014 08:41

12travaux.jpgLes Irréductibles Gaulois seraient des dieux ! Telle est la rumeur qui court dans les couloirs du Sénat, à Rome, pour expliquer l’inexplicable : l’impuissance de l’armée Romaine face à Astérix et ses amis. Des dieux ?

Impossible, martèle César. Exaspéré, l’Empereur met les Gaulois au défi d’accomplir avec succès douze épreuves que seuls d’authentiques dieux pourraient réussir. S’ils y parviennent, César promet de s’incliner devant ces Gaulois dignes d’Hercule et ses 12 travaux. Mais s’ils échouent, la colère de Jules César sera terrible !

 

Planche12travaux.jpgCet album est l'adaptation du deuxième dessin animé réalisé par les Studios Idéfix et le dernier par Goscinny et Uderzo. Il a la particularité de ne pas être tiré d'un album précédent mais ce dessin animé est tiré d'un scénario original utilisant de précédentes créations comme l'indien Oumpah-pah. Ce n'est donc pas un album de bande dessinée habituel.

Dans cet album, César propose aux Gaulois de prouver qu'ils sont des Dieux en effectuant 12 travaux en comparaison aux 12 travaux d'Hercule. C'est Astérix et Obélix qui s'y collent et vont devoir affronter douze épreuves afin de prouver à César qu'ils sont aussi forts que des Dieux.

Cet album, assez original, paraît encore plus bourré d'anachronisme que les albums de la saga, ce qui en fait un scénario extrêmement différent par rapport aux albums habituels. Les auteurs ont tout d'abord pensé à réalisé un dessin animé mettant en scène leurs personnages dans différentes aventures sans en avantager une par rapport aux autres, d'ailleurs, les douze travaux se déroulent un peu partout, reprenant les pays visités dans les albums précédents.

Je ne trouve pas le scénario de cet album exceptionnel, les auteurs s'éloignant de la bande dessinée pour le dessin animé, mais mon avis est plus que mitigé puisque l'idée est intéressante et semble pouvoir fournir matière à un album différent et mieux construit.

En somme, un album pour ceux qui auront apprécié le dessin animé, les autres pourront passer leur chemin.

Repost 0
30 août 2014 6 30 /08 /août /2014 08:13

malouines1.jpgMai 1982. L'Argentine et les Royaumes-Unis se disputent la souveraineté des Iles Malouines dans une guerre sans pitié. Dans cet enfer glacé, à 1000 kilomètres de leurs côtes, les Faucons, surnom des pilotes argentins, découvrent, pour la première fois de leur histoire, la guerre aérienne. A bord d'appareils obsolètes, manquant cruellement d'expérience et d'équipement, ils vont mener la vie dure à la flotte britannique, signant une des pages les plus héroïques de l'histoire de l'aviation. Les récits qui suivent sont inspirées de témoignages de pilotes argentins qui ont survécu à la guerre.

 

Planchemalouines1.jpgDans cette bande dessinée dont le thème est la guerre des Malouines, nous sommes dans la peau d'un pilote argentin qui, petit, rêvait d'être un pilote d'exception, et qui aujourd'hui, est un pilote avec ses peurs et ses rares joies.

Le sujet est sensible et se place incontestablement du côté des argentins. Ce ne sont pas les meilleurs pilotes, et de plus, ils n'avaient pas d'équipements pouvant rivaliser avec ceux des anglais, mais cette bande dessinée nous démontre quel courage ils avaient et avec quelle ingéniosité ils sont arrivés à combattre les anglais.

Cette bande dessinée est un hommage aux soldats et pilotes argentins pendant la guerre des Malouines. Bien sûr, les auteurs n'hésitent pas à entâcher un peu leur image en parlant des séquestrations et disparitions des citoyens mais l'ensemble est assez convaincant.

Le scénario est bien construit mais trop de flashback avec son enfance perturbe l'histoire alors que nous nous attendons à voir plus de combats aériens.

Le graphisme est magnifique et réaliste. Les couleurs sont superbes mais, il faut un mais, il me semble que les cases manquent de rythme et ne donne pas toute l'importante requise au scénario.

Finalement, une bande dessinée destinée au amoureux de l'aviation mais qui pour ravir les autres sans plus.

Repost 0
29 août 2014 5 29 /08 /août /2014 08:58

sangdudragon1.jpgMessieurs ! Je vous présente ma dernière prise : deux elfes de la mythique forêt de Scissy. Ca vous laisse pantois, n'est-ce pas ? On dirait presque des humains... Mais observez bien leurs oreilles... Oui ! Vous ne rêvez pas, elles trahissent leur appartenance à ce peuple immortel qui vit aux abords de ce bon vieux Mont-Saint-Michel. C'est d'ailleurs en ce lieu saint que nous commencerons cette aventure...

 

Dans ce premier album de cette saga éditée par Soleil Celtic, nous partons derrière MacPlanchesangdragon1.jpglaw, M. Thorne et le Capitaine à la recherche d'une carte dans un monde invisible aux humains mais qui leur est ouvert grâce à une elfe retenue prisonnière.

Ce premier tome ouvre les portes d'une grande aventure mêlant piraterie et magie, elfes et coups de canon. Ce premier scénario permet de découvrir un univers proche du nôtre existant au-delà des brumes contenant magie et monstres, fées, elfes et korrigans. Alors voilà le tableau. Piraterie et elfes se croisent au début du 18ème siècle en Bretagne. La sauce aurait pu être insipide mais les auteurs ont réussi leur pari et le mélange prend bien et laisse rêveur.

Autre moint positif de ce premier album est le dessin bien réalisé, l'album contenant quelques planches magnifiques. Les personnages sont bien reconnaissables et rapidement nous pouvons les reconnaître sans même lire le texte. Enfin, la couverture est tout simplement sublime nous faisant voguer vers l'aventure.

Ce premier album de cette saga est réussi et promet une suite passionnante.

Repost 0
24 août 2014 7 24 /08 /août /2014 08:07

asterix23.jpgPuisqu’il est impossible de soumettre les Irréductibles Gaulois à la paix romaine par l’usage de la force, Caius Saugrenus, jeune conseiller de César, propose de faire d’eux des décadents, plus préoccupés par l’argent que par les combats contre les Romains.

Envoyé en mission au camp de Babaorum, Saugrenus achète au prix fort les menhirs d’Obélix. Pour répondre à la demande, celui-ci se lance dans la production de masse et devient bientôt l’homme le plus riche et le plus important du village. La jalousie s’installe et les Gaulois n’ont plus entre eux que des rapports régis par l’appât du gain. Les Romains passent des journées tranquilles, le plan démoniaque ourdi par Saugrenus est un succès. Ou du moins le croient-ils…

 

asterix23planche.jpgDans cet album, un conseiller de César pense avoir trouver la parade à la potion magique. Il souhaite rendre les gaulois décadents grâce à l'argent. Il se rend dans le camp retranché de Babaorum où il décide d'acheter tous les menhirs qu'on voudra bien lui amener. Obélix devient riche et suscite la jalousie.

Obélix devient dans cet album le personnage principal et c'est sa bêtise, gentille bêtise, qui est le sujet du scénario. Grâce aux sersterces des romains, les gaulois ne s'occupent plus des romains, voulant toujours amasser de plus en plus d'argent pour devenir l'homme le plus important du village. Les gaulois se ridiculisent tout au long des pages faisant de cet album un des moins bons de la saga.

Il y a en revanche dans cet album quelques dessins représentant eux-mêmes les auteurs, transportant un Pierre Tchernia ivre. On y trouve aussi Laurel et Hardy mais aussi Jacque Chirac dans le rôle de Saugrenus.

Quelques cases sont typiques de cet album comme Obélix habillé différemment, empaqueté tel un cadeau.

Dans l'ensemble, le scénario n'est pas très bon, mais les quelques cases à rechercher pour les caricatures et les disputes bêtes et sans méchanceté des gaulois font qu'il reste un divertissement comme un autre.

Repost 0
23 août 2014 6 23 /08 /août /2014 17:00

ducobu5.jpgLa vie à l'école n'est pas un long fleuve tranquille. Pour certains, l'année scolaire est même plutôt celle de tous les dangers ! Que serait une classe sans son cancre ? Un peu comme un potage sans sel. Du sel, l'élève Ducobu en apporte assurément dans le quotidien de ses copains de classe. Avec lui, les cours ne manquent pas de saveur et sont de perpétuelles récréations. Bien sûr, il y a toujours Léonie, la surdouée à qui on ne la fait pas et pour qui, le savoir ne se partage pas. Bien sûr, il y a toujours l'instituteur dont l'index s'avère plus menaçant que jamais... Notre sympathique cancre a cependant fait son choix. Les réponses ou la vie ?

 

Plancheducobu5.jpgDans ce cinquième album, notre ami Ducobu nous fait découvrir ses nouveaux sentiments pour les élèves étrangères. Ils tombent amoureux des nouvelles élèves alors que Léonie n'attend qu'une chose, qu'il lui dévoile sa flamme. Dans cet album, l'accent est quand même mis sur la remise en question des connaissances de la meilleure élève et de l'instituteur Latouche. Nous y trouvons un gag sur le premier avril, le fameux poisson d'avril, et surtout la dernière planche est vraiment un instant de grande vérité qui fait qu'on ne peut aimer Ducobu toujours plus fort.

Au niveau du graphisme, rien à noter de particulier sauf au niveau des nouvelles élèves qui sont dessinées différemment et donnent une réelle impression de cristallisation de la part de Ducobu, le résultat en est toujours plus intéressant.

Un cinquième album très intéressant avec lequel vous prendrez, je n'en doute pas, beaucoup de plaisir.

Repost 0
23 août 2014 6 23 /08 /août /2014 16:00

luchar.jpgMerlin est un druide dont la magie est sur le déclin. Alors qu'il ne voyait plus l'avenir, l'épreuve de sa captivité semble lui redonner des forces. Morgane grandit... Espiègle et rebelle, elle cherche dans le passé l'explication de son avenir. Elle est une pièce maîtresse pour qui souhaiterait régner. Et justement, Cernunnos, ce Dieu ancien veut régner sur l'île. Mais il n'est pas le seul, plus au sud, les chefs bretons se disputent l'épée quitte pour cela à ce que le sang coule. Urien dont la grandeur d'âme risque de se perdre pour l'amour d'une femme mariée... mais aussi Lochar, cette brute sanguinaire dont le fils n'est qu'un pervers psychotique. Et Viviane, la dame d'Avalon qui concourt au nom d'un enfant de 6 mois prénommé Arthur...

 

Plancheluchar.jpgCe troisième tome de la saga Excalibur est certainement le meilleur de ce début de série. Nous retrouvons Merlin emprisonné par Cernunnos et Morgane élevé par ce dernier pour devenir une reine. Patricius retrouve foi et repart combattre les sorcières d'Avalon. L'entraînement du fils de Luchar démontre que le jeune garçon est un être différent palliant ses faiblesses par une haine féroce contre la vie.

Le scénario est bien mieux établi dans cet album faisant de celui-ci le plus abouti. Reprenant les événements passés, il annonce un futur encore plus voué à la violence et aux intrigues. Les personnages sont abordés un peu plus profondément nous laissant nous habituer au caractère de Natre. Quelques personnages font leur apparition et nous ne doutons pas de les retrouver plus tard.

Le graphisme est magnifique. Les personnages sont superbes, majestueux et les émotions sont bien restranscrites grâce à des yeux expressifs. Les couleurs sont superbes et méritent d'être mises en avant dans cet album tant nous imaginons le travail qui a été fait a pu être minutieux. Brion, le dessinateur, a un grand talent dans la colorisation de ses réalisations. Le découpage des cases est lui aussi un point fort ajoutant du rythme à la lecture.

En somme, ce troisième album de la saga Excalibur est bien au-dessus de nos attentes et lance réellement cette nouvelle série de la collection Soleil Celtic.

Repost 0

Les lectures du moment

Le silence des agneaux
Thomas Harris
lesilencedesagneaux.jpg

Les sites à visiter