Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 octobre 2014 1 27 /10 /octobre /2014 08:10

commerciaux2.jpgL'Oeil vif, le cheveu brillant, le costard repassé et la cravate bien nouée, nos amis les commerciaux sont de sortie. Dignes représentants de l'humour made in Bamboo, ils vous proposent une profusion de gags à un prix déliant toute concurrence. Ainsi, le jeune Benoît Kinenveu, tout droit sorti de l'école, fait le dur apprentissage du porte-à-porte. Pendant ce temps-là, son mentor Francky Lagagne parvient sans difficulté à placer une dizaine d'avions aux Chinois... La sculpturale Gina réussit l'exploit de faire signer un gros contrat à ses clients sans qu'ils n'aient même pensé à regarder la marchandise... Quant au pauvre Berthier, il se couvre de ridicule en essayant de vendre un peigne à un chauve... Mais c'est vrai qu'à la Globarep, on vend tout ce qui s'achète ! Vous l'avez compris, avec les commerciaux de Radôche, Plumeri & Boitelle, pas de gags au rabais !

 

commerciaux02verso.jpgCe deuxième tome dédié à la profession des commerciaux est une saga éditée par Bamboo, habitué à proposer des séries sur différents métiers. Cette série se déroule dans une société qui vend un peu de tout. Nous nous retrouvons dans l'équipe commerciale avec ses différents personnages typiques de l'univers du représentant. Il y a le beau gosse capable de tout vendre avec un sourire clinquant, il y a le débutant, le chef bedonnant et la beauté brune au décolleté magnifique.

Cet album est une suite de gags tous aussi caricaturaux les uns que les autres. Les gags se succèdent avec bonne humeur. Les caricatures sont celles que l'on attend bien sûr, mais parfois c'est vraiment très léger. Certains gags sont un peu vide et d'autres prennent une page complète pour ne rien raconter.

Au niveau graphique, c'est typique d'un album de ce type. Le travail est soigné et les enfants comme les grands y trouveront leur compte.

En somme, cet album est d'un niveau moyen donnant l'impression que Bamboo essaye de sortir un album sur tout et n'importe quoi et là malheureusement c'est un peu sur n'importe quoi.

Repost 0
25 octobre 2014 6 25 /10 /octobre /2014 08:01

aerospostale2.jpg12 mai 1930, Jean Mermoz, parti de Saint-Louis-du-Sénégal, tente d’établir la traversée de l’Atlantique sud à bord du Laté 28 baptisé "Comte de La Vaulx". Il est loin de penser qu’il va devoir affronter une des pires épreuves de sa grande carrière de pilote : un "pot-au-noir" ! Beaucoup de marins sont terrorisés à l’évocation de cette énorme masse de nuages noirs qui couvrent toute la surface de l’océan. Dans la chaleur moite et étouffante de cette tempête, Mermoz se remémore un autre épisode tragique où il avait failli mourir de chaud : sa capture dans le désert sud marocain par les Maures. À la merci des dissidents sahariens, il doit mettre toutes ses forces dans la bataille et lutter pour sa survie.

 

aerospostale2planche.jpgCe deuxième tome de l'aéropostale est consacré à l'un des pionniers de l'aviation et plus particulièrement d'un aviateur qui transporte le courrier. C'est Mermoz qui est le héros de cet album. Aviateur pendant la guerre, il ne rêve que d'une chose lorsqu'elle se termine, c'est de piloter à nouveau.
L'histoire se déroule lors des plus grandes aventures de l'aviation qui soit et le danger rencontré pour l'époque est l'un des plus dangereux.
Le scénario est assez perturbant. L'histoire est découpé en deux, tantôt au dessus de l'océan, tantôt au dessus du désert. Le pilote est talentueux, téméraire, mais surtout, ce scénario nous fait découvrir que finalement les plus faits qui restent dans l'histoire sont le courage allié à une dose conséquente de chance, qui fait que le pilote n'est pas tombé dans l'oubli dès sa première sortie dans les airs. Il n'en reste pas moins que l'histoire est assez mal proposée et ne donne pas beaucoup d'éléments pour rêver et se rendre compte de l'exploit du moment.
En revanche, le graphisme est époustouflant. Les planches sont magnifiques. Que ce soit au dessus de l'océan, sous un ciel noir, que sur le désert, les paysages sont magiques. Le travail du dessinateur est soigné et rend à juste titre un hommage à ce pilote d'exception. Les couleurs sont aussi d'une réalisation extrêmement soignée et le rendu est vraiment à couper le souffle.
En somme, cette bande dessinée n'est peut-être pas la meilleure mais le graphisme vous emmènera loin d'ici et vous fera voyager pour un moment de lecture particulier.
Repost 0
24 octobre 2014 5 24 /10 /octobre /2014 08:56

ducobu8.jpgL’Élève Ducobu est un gamin sympathique et farceur, mais un cancre notoire. Une «qualité» qui n’est pas de tout repos. C’est qu’il faut être drôlement débrouillard pour réussir à éviter l’humiliant bonnet d’âne ! Bien sûr, il y a sa voisine Léonie qui sait tout sur tout. Mais, cette chipie déteste les copieurs... Alors, les réponses que ses œillades ne lui ont pas apprises, Ducobu les invente !

 

ducobu8planche.jpgAlors que les albums précédents prenaient de la maturité, celui-ci est plus décevant. Au niveau graphique, il y a quelques nouveautés comme l'en-tête de chaque gags qui se personnalise avec le thème du gag. Dans cet album, nous ressentons moins l'année qui passe car les gags peuvent facilement se lire un peu n'importe quand. Le dessin est mieux travaillé et les couleurs sont aussi mieux finies. Même le papier de cette édition est de meilleure qualité. Jusqu'à présent, les premières éditions étaient en papier normal, et cet album est en papier glacé.

Les gags sont de plus en plus régulièrement étalés sur plusieurs pages et bien plus que les précédents albums. Les gags mettent en scène moins souvent l'entourage indirect comme les parents et se déroulent principalement en classe avec Latouche et Gratin. Malheureusement, cet album prend trop le parti contre les professeurs et l'éducation nationale en général. Il apparaît parfois très cynique et acide contre la bêtise de l'enseignement. Latouche en prend une sacrée couche sur le coin du nez... mais cet humour est mieux connu dans Le Profs qu'ici alors que nous lisons normalement une bande dessinée humoristique pour un public jeune, de primaire même.

Finalement, c'est le premier album décevant de la saga Ducobu. En espérant que le niveau remonte rapidement...

Repost 0
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 08:44

lavieestcourte.jpglavieestcourteplanche.jpgCe premier tome de la petite saga de La vie est courte, faite de gags, contenus généralement dans une seule image. Sur une seule page, il y deux à trois gags dont les thèmes sont assez variés. Des personnages comme JCVD sont récurrents mais généralement, les sujets de cette série de gags parcourent un panel assez large. Si vous souhaitez rire de tout, c'est une série faite pour vous.

Le graphisme est efficace, incisif, parfois très léger mais le ton est donné et les dessins sont très largement compréhensibles. En revanche, les gags sont assez moyens. Parfois, l'humour voulu est mal restranscrit et la chute est... déplorable. Bien sûr, quelques gags sont justes et essayent de relever le niveau, mais l'ensemble est assez décevant. En somme, ce premier album n'est pas convaincant de par la faiblesse de ses gags. Les auteurs nous ont pourtant habitué à mieux, c'est dommage.

Repost 0
21 octobre 2014 2 21 /10 /octobre /2014 08:26

peterpan1.jpgLondres - Hiver 1887
Peter est un enfant parmi tant d'autres à Londres, pauvre et misérable. Il a cependant cette faculté de raconter des histoires à ses camarades, et parvient à apporter dans leur vie un peu de soleil et de rêve, où ils puisent la force de survivre. Pour cela, il s'invente une mère aimante et belle pour oublier la sienne qui, rongée par l'alcool, ne lui offre plus ni nourriture, ni amour.
Heureusement, Peter a fait la connaissance de Monsieur Kundal, un vieux docteur qui l'a pris en charge. Il lui offre à manger, mais s'occupe également de son éducation en lui apprenant à lire, écrire et compter mais aussi en offrant à son imaginaire les contes et légendes.
Un beau jour, il lui apprend qu'il a bien connu le père de Peter, et lui remet un livre sur la mythologie grecque lui ayant appartenu. C'est pour Peter le seul fragment d'un père disparu.
A l'issu d'une dispute particulièrement violente avec sa mère, au cours de laquelle il se défend pour la première fois, Peter cours se réfugier dans le Vieux Port et entame la lecture du livre de son père. C'est alors que lui apparaît une étrange créature, une petite fée très agitée, qui lui demande de la suivre...

 

peterpanplanche1.jpgCe premier tome de Peter Pan scénarisé et mis en image par Loisel débute à Londres. Peter, un jeune garçon, est le fils d'une mère alcoolique. Un vieillard le prend sous son aile en lui apprenant à lire et à écrire et lui permet aussi de manger à sa faim. Alors qu'il se retrouve dans la rue, froide, il émet un vœu en voyant passer une étoile filante. Une fée apparaît et l'emmène avec lui.

Ce premier tome est plus que convaincant. Loisel, connu pour son œuvre La Quête de l'Oiseau du Temps avec Le Tendre, propose ici un récit moins clinquant du conte de Peter Pan. A la fin de ce premier tome, la sensation d'avoir lu l'original, et que le conte n'en est qu'une pâle copie pour les enfants, est très tenace.

L'histoire est glauque, vivante, avec une ambiance presque pesante parfois. Le jeune garçon Peter est attachant. Malheureux, pauvre, battu, il ne rêve que d'une chose, rester un enfant car le monde des adultes le repousse.

Au niveau du graphisme, le talent de Loisel est indéniable et prouve ici qu'il maîtrise l'ambiance autant par l'écrit que par le dessin et les couleurs.

Ce premier tome est excellent, plein de promesses pour la suite. A lire absolument.

Repost 0
20 octobre 2014 1 20 /10 /octobre /2014 08:56

histoiresecrete4.jpgXVIe siècle, en Italie. La guerre fratricide des Archontes s'est soldée par la destruction de la lignée des Hohenstoufen. Les alliances d'hier n'ont plus cours et chaque maison poursuit ses propres objectifs. Ridée par Michel de Nostredoame, Aker mène une enquête sur l'apparition de phénomènes qui ne peuvent s'expliquer que par l'utilisation de cartes aux pouvoirs comparables à ceux de ses frères et sœurs, des Eikôns, mais qu'aucun d'entre eux, pourtant, ne semble contrôler.

 

histoiresecrete04planche.jpgCe quatrième tome de l'Histoire Secrète, celle qui a modelé notre monde se déroule à l'époque de Nostradamus. Les conflits pour la puissance d'un empire est toujours de mise entre la fratrie, mais le fait marquant de cet épisode est la possibilité donnée à des hommes de pouvoir reproduire et utiliser les icônes jusque là réservées aux archontes.
Cet album est un peu mieux construit que les épisodes précédents, mais il est toujours très perturbant de constater que nous n'arrivons pas à s'attacher ou simplement à situer rapidement les personnages de l'époque. Passées les premières pages, la trame semble alors se fait plus claire et l'histoire s'installe alors plus facilement. On dirait même que l'auteur arrive à mieux gérer son histoire par rapport aux albums précédents dans lesquels les scénarios semblaient assez brouillons.
Un élément assez important fait de cet épisode un rebondissement non négligeable dans la saga et nous comprenons rapidement quel avenir compte t-il donner à sa saga et quels sont les événements tragiques de l'humanité qui vont en résulter.
Le graphisme est toujours aussi moyen, bien que les personnages sont enfin mieux travaillés et leurs expressions plus... expressives. Le graphisme était un gros problème et il semble s'améliorer, en changeant les dessinateurs certes, mais en palliant aux déficits artistiques des précédents, à moins que ce soit plus pour produire rapidement les albums, en même temps quasiment.
Cet album relève largement le niveau de la série mais n'est pas encore à la hauteur bien que l'idée soit réellement un atout indéniable. Je pense qu'il faut encore un peu persister pour voir...
Repost 0
19 octobre 2014 7 19 /10 /octobre /2014 08:25

asterix25.jpgRien ne va plus chez les Gaulois ! Dans un petit village semblable à celui d’Astérix, les querelles succèdent aux querelles. Tournedix et Ségrégationnix revendiquent tous deux la place de chef. Aucun terrain d’entente n’ayant pu être trouvé, la solution choisie est radicale : le village est séparé en son milieu par un grand fossé qui rend chaque moitié, administrée par l’un des deux chefs, inaccessible à l’autre !
Un véritable déchirement pour Comix, le courageux fils de Tournedix, et Fanzine, ravissante fille de Ségrégationnix, dont la belle histoire d’amour est condamnée par les rivalités de leurs pères respectifs. Un bonheur en revanche, pour l’infâme Acidenitrix, sombre manipulateur à tête de hareng saur, qui se voit déjà épouser la belle Fanzine… C’en est trop pour Comix qui file au Village d’Astérix pour requérir l’aide des Irréductibles Gaulois !

 

asterix25planche.jpgDans ce premier album sans Goscinny, un village gaulois est séparé en deux par un fossé. Un gaulois fourbe, aux allures de poissons, se propose de trouver une solution en échange de la main de la fille du chef. La partie adverse fait appel au gaulois que nous connaissons depuis vingt quatre albums.

Cet album est assez étrange. Le scénario est d'Uderzo et semble être fait de quelques références comme Roméo et Juliette, et pas qu'un peu. Les personnages comme Comix, le fils du chef ou Acidenitrix, le gaulois à la tête de hareng, dénotent complètement avec les personnages et les caricatures habituels. Ils semblent même être sortis d'une autre bande dessinée tellement l'écart est flagrant. C'est assez déstabilisant et l'avis ne peut être que mitigé à la lecture de cet album.

Le scénario est assez pauvre et trop linéaire. Il y a peu d'actions et il y a trop de références à d'autres oeuvres, des références sans finesse, trop flagrantes.

En revanche, le graphisme est bon. Les personnages sont bien réalisés et Uderzo nous prouve qu'il aurait à l'époque se lancer des oeuvres différentes et peut être plus sérieuse qu'Astérix.

En somme, l'album est assez décevant, mais l'auteur nous montre un dessin flamboyant qui remonte tout de même le niveau.

Repost 0
18 octobre 2014 6 18 /10 /octobre /2014 08:00

histoiresecrete3.jpgFin du XIIe siècle. Reka, l'un des quatre Archontes, use de son influence auprès du pape pour étendre son pouvoir à toute la chrétienté. Elle fonde la Sainte Inquisition dans le but secret de s'emparer du Graal, l'ivoire perdu de Dyo, son frère tombé sous sa domination. Alors qu'Erlin sort de sa réserve face aux risques liés à la reproduction des ivoires, Aker, soucieuse de porter un homme providentiel au pouvoir, s'allie au Saint Empire romain germanique des Hohenstaufen.

 

histoiresecrete03planche.jpgDans ce troisième tome de cette saga se déroule quelques temps après le second tome. Les archontes continuent à s'affronter pour le pouvoir. Reka tente de retrouver le saint Graal afin de pouvoir asseoir sa puissance sur le monde chrétien.

Bien que cette album soit une suite assez proche chronologiquement du deuxième épisode, il apparaît en effet un scénario mieux construit mais qui fait parfois défaut. Il serait intéressant de découvrir des personnages et de s'y attacher sur plusieurs albums mais encore une fois il n'en est rien. Nous repartons du début d'une nouvelle époque, une nouvelle génération et nous devons reconstruire nos connaissances sur les personnages de cette époque.

Au niveau du graphisme, les défauts rencontrés dans les précédents albums sont toujours les mêmes. La colorisation apparaît encore plus bâclée que d'habitude.

Le changement de graphisme en plein milieu de la bande dessinée et sur quelques pages est même troublant car ce graphisme plus glauque et aux couleurs plus travaillées font que le reste de la bande dessinée paraît d'un coup bien fade.

Pourquoi les auteurs ont décidé de nous choquer, sauf pour nous faire comprendre qu'ils font les mauvais choix ?

Cette saga est particulièrement bizarre, dans les choix scénaristiques mais aussi graphiques. C'est dommage parce que le thème est original et entraînant. On suit encore un peu... juste pour voir.

Repost 0
17 octobre 2014 5 17 /10 /octobre /2014 08:08

ernest2.jpgLa vie n'est pas facile tous les jours ! Entre des parents qui se déchirent, une grande sur qui a ses propres soucis et un tonton qui voudrait la forcer à prendre ses médicaments, Rebecca a fort à faire pour conserver insouciance et joie de vivre. Et puis, il y a cette santé fragile qui voudrait la cloîtrer à l'intérieur... Mais, Rebecca a la parade: elle est devenue l'amie de son microbe, Ernest. Celui-ci lui a promis d' apprendre à devenir un bon microbe et de réconcilier ses parents. Une jolie plongée dans le monde de l'enfance, que nous offrent Bianco et Dalena.

 

ernestetrebecca02planche.jpgDans ce deuxième album d'Ernest et Rebecca, nous retrouvons cette petite fille constamment maladie, pseudo étudiante en microbie, grande amie d'un microbe vert, moche, mais sympa. La ligne principale de cet album est le nouveau petit ami de sa mère, Sam, qu'elle doit combattre en s'entraînant préalablement, dans la neige par exemple.
Il faut reconnaître que l'humour est omniprésent dans cette bande dessinée, un humour très jeune, tout à fait adapté aux petits lecteurs. Autant ma fille de neuf ans que moi, un papa plus âgé, nous avons ri en suivant cette petite Rebecca dans son imagination débordante. Mais hormis ces dizaines de gags hilarants, l'un des atouts de cette bande dessinée réside dans le graphisme. Le coup de crayon est très contemporain, avec une inspiration manga tout en restant très européen. C'est agréable à regarder. Les détails sont impressionnants, sur le visage des personnages comme dans le décor. Les plis de la nappe comme le nez du docteur qui prend quelques coups sont très réalistes. Les couleurs sont ici aussi très bien réalisées, avec une palette très large et une belle douceur.
En somme, nous avons un album très bien réussi, qui se lit avec plaisir.
Repost 0
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 08:05

zombies2.jpgDes mois après la contagion, le mot vivre est devenu obsolète, survivre l’a remplacé. L’avenir ne se conjugue qu’entre de nouvelles tragédies. Pourtant, Sam et la caravane de bateaux menée par Lapointe ne perdent pas espoir. À chaque fois qu’ils tuent un zombie ou qu’ils sauvent une vie, ils entretiennent le rêve d’un monde nouveau... Mais une rumeur silencieuse, affamée et mortelle vient vers eux, une nation de morts est en marche. Les zombies ne rôdent plus sans but, ils semblent animés d’une volonté unique et avancent tous dans la même direction. Celle des survivants.
97 % MORT - 2 % VIVANT - 1 % NE SE PRONONCE PAS (ENCORE)

 

zombies2planche.jpgDans ce deuxième tome, le petit garçon a survécu, et est suivi par le médecin du groupe dirigé par une ancienne vedette du cinéma. Il apparaît aussi qu'il est immunisé puisqu'il ne passe pas de l'autre côté. Dans le même temps, le personnage central découvre que sa fille est vivante, mais mordue et immunisée. Alors que la recherche de vivants et d'une solution est primordiale pour la survie de l'espèce humaine, une horde gigantesque de zombies arrive sur eux, emportant tout sur son passage.
Ce deuxième tome est extrêmement bien construit au niveau du scénario. Les rebondissements sont nombreux faisant de ce deuxième opus un album bien meilleur que le précédent. L'histoire est entraînante, haletante, et malgré le manque évident d'imagination des auteurs, à cause du nombre de ressemblances frappantes avec d'autres écrits ou bandes dessinées, l'atout réside malgré tout dans le scénario.
Le graphisme est fidèle au premier album et nous sombrons petit à petit dans le gore. Les couleurs ajoutent une dimension plus profonde à l'horreur.
En somme, cet album se lit avec beaucoup de plaisir et même si l'histoire manque d'originalité, il n'en demeure pas moins que la saga Zombies est intéressante. A suivre... bien sûr.
Repost 0

Les lectures du moment

Le silence des agneaux
Thomas Harris
lesilencedesagneaux.jpg

Les sites à visiter