Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 20:10

filquichanteCe personnage immortel parcourt depuis 1947 l'histoire de l'ouest américain. Il y a rencontré des personnages célèbres (Jesse James, Calamity Jane, Billy the Kid, Sarah Bernhardt...). Lucky Luke est l'homme des missions impossibles, le défenseur des pauvres, des veuves et des orphelins, bref le parfait héros ! Son cheval, Jolly Jumper, est un parfait compagnon de ce "poor lonesome cowboy". Les frères Dalton se dressent perpétuellement sur le chemin de Lucky Luke ce qui permet à ce dernier de les poursuivre continuellement et de les confier à la justice. Autre personnage traditionnel de la série : Rantanplan, le chien le plus bête du farwest qui a vécut de façon autonome 2 albums. Lucky Luke est, avec Astérix et Tintin, le plus célèbre personnage de l'histoire de la BD : cette série, accessible à tous, est devenu un mythe grâce à Morris et Goscinny. Ce personnage a fait l'essentiel de sa formidable carrière dans les pages de SPIROU, PILOTE et LE JOURNAL DE LUCKY LUKE.

 

Le fil qui chante nous raconte comme le font si bien Morris et Goscinny la liaison entre l'est et l'ouest des États-Unis avec le télégraphe. Jusqu'alors, une zone de près de deux mille kilomètres n'était pas reliée et la communication se faisait à cheval. Il est demandé à Lucky Luke d'escorter le convoi qui doit poser les poteaux et relier enfin les deux côtes des USA.

Dans cet album, nous retrouvons une nouvelle fois le cow-boy solitaire. Il est entreprenant, généreux, mais certains défauts apparaissent pourtant, impatient et légèrement raciste envers les indiens d’Amérique. Bien sûr, toute une série de gags vous attend à chacune des pages de cette bande dessinée, toujours aussi originale l'une que l'autre. Le secret de Lucky Luke réside réellement dans le renouvellement des histoires, et les auteurs ont su constamment se remettre en question afin de pouvoir satisfaire les lecteurs.

En somme, cet album est assez moyen, bien que l'histoire soit finalement instructive, le comportement de Lucky Luke est... lunatique. Ce n'est pas le meilleur de la série.

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2012 4 19 /01 /janvier /2012 08:01

banditmmanchotCe personnage immortel parcourt depuis 1947 l'histoire de l'ouest américain. Il y a rencontré des personnages célèbres (Jesse James, Calamity Jane, Billy the Kid, Sarah Bernhardt...). Lucky Luke est l'homme des missions impossibles, le défenseur des pauvres, des veuves et des orphelins, bref le parfait héros ! Son cheval, Jolly Jumper, est un parfait compagnon de ce "poor lonesome cowboy". Les frères Dalton se dressent perpétuellement sur le chemin de Lucky Luke ce qui permet à ce dernier de les poursuivre continuellement et de les confier à la justice. Autre personnage traditionnel de la série : Rantanplan, le chien le plus bête du farwest.

 

Je suis toujours autant surpris à la lecture d’un Lucky Luke comment les auteurs arrivent à se renouveler sans cesse malgré le nombre impressionnant d’albums de la série. Dans Le bandit manchot, le scénariste est Bob de Groot remplace Goscinny, décédé quelques années plus tôt.

En plus de regorgés de gags toujours aussi hilarants, il faut noter le premier vrai dialogue entre Lucky Luke et Jolly Jumper. Le cheval, après avoir triché au dés, se retrouve sur le dos du cow-boy solitaire suite à un pari stupide. Et d’ailleurs, dans cet album, tout est sujet à un pari. Les frères Caille, passionnés de mécanique, invente une machine à sous et vont sur les routes, escortés de Lucky Luke, pour promouvoir leur invention.

Toujours aussi bon tireur, le cow-boy est susceptible et s’emporte pour un rien. A noter, tout de même, la présence de la caricature de Louis de Funès dans la deuxième moitié de l’album.

Le bandit manchot, qui désigne justement les machines à sous, est le quarante neuvième album de la série, avec un scénariste différent de Goscinny, mais qui malgré tout, ne décevra pas les amoureux du maigre héros qui tire plus vite que son ombre.

Partager cet article
Repost0
17 janvier 2012 2 17 /01 /janvier /2012 08:08

chasseurdeprimesCe personnage immortel parcourt depuis 1947 l'histoire de l'ouest américain. Il y a rencontré des personnages célèbres (Jesse James, Calamity Jane, Billy the Kid, Sarah Bernhardt...). Lucky Luke est l'homme des missions impossibles, le défenseur des pauvres, des veuves et des orphelins, bref le parfait héros ! Son cheval, Jolly Jumper, est un parfait compagnon de ce "poor lonesome cowboy". Les frères Dalton se dressent perpétuellement sur le chemin de Lucky Luke ce qui permet à ce dernier de les poursuivre continuellement et de les confier à la justice. Autre personnage traditionnel de la série : Rantanplan, le chien le plus bête du farwest.

 

Nous pourrions nous imaginer une certaine lassitude alors que nous lisons ce « je ne sais plus combientième » album de Lucky Luke, mais il n’en est rien. L’atout principal des auteurs, Morris et Goscinny, a été leur renouvellement incessant des thèmes abordés. Et dans cet album, il est traité du métier de Lucky Luke, les chasseurs de primes.

Nous découvrons notre héros, toujours aussi bon à la gâchette, un peu bagarreur, mais aussi généreux. Bagarreur, parce qu’il n’hésite pas à rosser un personnage, généreux, parce qu’il reverse les primes des bandits qu’il ramène à la justice. Mais cet album, pour une fois, fait la part belle à un personnage, un chasseur de primes détestables, qui additionne tous les défauts. Et c’est en mettant ce personnage en premier plan que les qualités de Lucky Luke ressortent.

Dans les personnages secondaires, Bronco est extrêmement amusant. Lucky Luke retrouve aussi un ami chercheur d’or. Les anecdotes parsèment cet album comme d’habitude. En somme, un album fidèle à la série, intéressant et comique.

Partager cet article
Repost0
15 janvier 2012 7 15 /01 /janvier /2012 08:38

buckdannyt2De la guerre du Pacifique aux troubles des pays de l'Est, Buck est de tous les combats dans le ciel comme sur terre ou en mer. Des aventures palpitantes, et un document exceptionnel sur l'histoire de l'aviation moderne.

 

Ce deuxième album des aventures de Buck Danny est bien différent de son prédécesseur. Nous nous trouvons toujours dans le Pacifique. Notre héros monte en grade et il lui est confié encore plus de missions. Nous découvrons un personnage engagé, courageux, et c’est plus ses compétences qui le sauve que la chance. A chaque page de cette bande dessinée, les auteurs ne laissent pas de répit au petit lecteur l’envoyant par monts et par vaux. Un coup à terre, essayant de se tirer d’affaire après s’être abîmé en mer, un coup dans les airs à combattre l’ennemi en surnombre. Toujours proche de la réalité, les auteurs nous apprennent les détails de ces conflits aériens. De plus, cet album propose un graphisme plus travaillé qui nous permettent de prendre encore plus de plaisir à admirer les planches des combats aériens.

En somme, un album intéressant et bien travaillé graphiquement, qui indéniablement relève le niveau du premier opus.

Partager cet article
Repost0
13 janvier 2012 5 13 /01 /janvier /2012 19:50

buckdannyt1De la guerre du Pacifique aux troubles des pays de l'Est, Buck est de tous les combats dans le ciel comme sur terre ou en mer. Des aventures palpitantes, et un document exceptionnel sur l'histoire de l'aviation moderne.

 

Avant de faire une critique, je tiens à préciser que ce premier album des aventures de Buck Danny date de 1948. C’est certainement pour cette raison que le dessin, loin du graphisme très poussé d’aujourd’hui laisse place à des cases un peu vides comprenant parfois seulement le personnage et un arbre comme décor. Les couleurs sont assez décevantes, vous l’aurez compris. Mais ce premier album de Buck Danny trouve son charme dans les scènes d’action, les batailles aériennes entre les américains et les japonais.

Cet album démarre en 1942 et nous découvrons la guerre du pacifique. Les auteurs, bien documentés, proposent pour les amateurs du genre un cours sur l’histoire. Les personnages haut en couleur sont détaillés, les avions ayant pris part au conflit et aussi les insignes. Des plans permettent de comprendre les stratégies des deux pays en guerre.

Buck Danny s’en sort toujours avec un peu de chance et beaucoup de courage, nous permettant de prendre connaissance de faits historiques tout en prenant du plaisir à lire une bande dessinée. Buck Danny ne sera pas lu par tout le monde, seuls les passionnés de l’histoire et plus particulièrement de la deuxième guerre mondiale et les amateurs d’avions et de batailles aériennes y trouveront leur compte, quant aux autres, passez votre chemin.

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2012 1 09 /01 /janvier /2012 19:10

lesfonctionnaires10Une grande vague de départs à la retraite déferle sur notre administration. Les futurs retraités n'ont jamais été aussi débordés ! En effet, ce n'est si simple d'organiser son pot de départ ! Même notre syndicaliste ne sait plus où donner de la tête. Pouvoir d'achat, crise, service minimum, augmentation du prix du gobelet de café... les raisons de manifester se multiplient alors que les banderoles viennent à manquer ! Suivez nos fonctionnaires dans ces nouveaux gags pleins d'humour !

 

Les éditions Bamboo propose une parodie dessinée des fonctions et métiers dont les clichés leur font la vie dure. Cet album, le dixième de la série les Fonctionnaires, traite des pots, d’arrivée, de départ à la retraite, de vacances… Dans les bureaux de la fonction publique, ils ont un travail difficile qui essaye d’agrémenter de moments de détente et le thème du pot est traité jusqu’à plus soif. Autant vous dire immédiatement que c’est assez mauvais. Les fonctionnaires ne sont déjà pas si bien perçus qu’ils sont encore plus enfoncés. De l’avis de deux lecteurs, un enfant et un adulte, cet album n’est pas bon. Les gags sont décevants et le graphisme n’est pas à la hauteur. Un album qui vous fait regretter son achat.

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2012 7 08 /01 /janvier /2012 08:31

gendarmes11Plus délirants que ceux de Saint-Tropez, plus efficaces que le GIGN, ils vont vous en faire voir de toutes les couleurs ! Gendarmes, maîtres chien, motards, maritimes ou de haute montagne... personne n'est épargné par l'avalanche de gags - inspirés de faits réels ou tout droit sortis de l'imagination débordante des auteurs - qui débaroule au fil des albums. Ceux qui ont parfois tendance à nous faire trembler vont cette fois nous faire mourir de rire. Alors profitons-en !

 

Onzième album des Gendarmes. Onzième et pas une ride. On pourrait facilement s'imaginer que l'inspiration s'étiole au fil des parutions mais c'est tout le contraire. Ce onzième album vous promet de franche rigolade. Alors peut-être que les clichés et les "a-priori" sur cette fonction tant utile sont foison mais les auteurs de cet opus savent nous surprendre. Dès les premières planches, on prend un énorme plaisir à lire leurs gags toujours aussi originaux. D'ailleurs, il n'y a pas que les gendarmes qui sont de la partie puisqu'un des leurs est muté en Corse. Avec un dessin sympathique, les auteurs nous servent ici un onzième album qui saura vous ravir.

Partager cet article
Repost0
6 janvier 2012 5 06 /01 /janvier /2012 08:35

lesprofs9Approchez, Mesdames et Messieurs ! Venez découvrir les seuls vrais aventuriers modernes : LES PROFS ! Suivez le prof d'histoire débutant, le prof de gym sur-vitaminé, la prof de français sexy, le prof de philo blasé et la prof d'anglais peau de vache dans leur croisade contre l'ignorance et le poil dans la main ! Plus forts que Zorro, plus courageux qu'Indiana Jones et bien moins payés que James Bond, ils pénètrent dans la jungle étouffante des lycées pour affronter les tribus d'élèves hostiles. Puis, épuisés, ils se réfugient dans leur oasis la salle des profs ! Là, entre la machine à café en panne et les 150 copies à corriger pour demain, ils refont le monde de l'éducation et des plans pour les vacances. Recommandé par le ministre de l'éducation nationale, cet album est pour tout le monde les profs, les élèves, les parents d'élèves, les parents de profs, les surdoués et les cancres (il y a de jolies images). Et heu... nous demandons aux profs de ne pas noter les auteurs trop sévèrement : ils n'ont pas pu préparer l'interro, leur grand-mère était malade...

 

J’avais déjà lu un album des Profs et malheureusement, j’avais été un peu déçu. Ce deuxième album que je lis m’a, une nouvelle fois, déçu. Autant, lorsqu’on lit des bandes dessinées sur une fonction ou un métier qui est tourné à la dérision comme dans la série des Gendarmes, on s’imagine découvrir des gags nouveaux prenant leur source dans les clichés habituels. L’intelligence des auteurs lorsqu’ils ont puisé cette ressource est de nous faire rire des situations qu’ils peuvent rencontrés. Avec les Profs, il n’y a pas de clichés revisités mais la triste réalité. On pourrait m’accuser de me fourvoyer sur le métier mais lorsqu’on l’a côtoyé pendant près de vingt ans, il est difficile de ne pas en connaître quelques rudiments, ni d’avoir vécu soi-même ce genre de situation. Oui, cet album des Profs ne déroge pas à la règle, ce n’est pas des gags se moquant de la fonction, mais bien la réalité représentée graphiquement par des personnages imaginaires. Vous retrouverez toujours les mêmes têtes pathétiques, prônant le contraire de ce qu’elles font, geignardes et mécontentes. Rien de bien nouveau. Heureusement que le graphisme remonte le niveau. Une série sans grand intérêt qui ravira les primaires qui ne connaissent pas encore cet univers et les profs eux-mêmes qui y verront une caricature de leur profession.

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2011 7 11 /12 /décembre /2011 10:56

jessejamesCe personnage immortel parcourt depuis 1947 l'histoire de l'ouest américain. Il y a rencontré des personnages célèbres (Jesse James, Calamity Jane, Billy the Kid, Sarah Bernhardt...). Lucky Luke est l'homme des missions impossibles, le défenseur des pauvres, des veuves et des orphelins, bref le parfait héros ! Son cheval, Jolly Jumper, est un parfait compagnon de ce "poor lonesome cowboy". Les frères Dalton se dressent perpétuellement sur le chemin de Lucky Luke ce qui permet à ce dernier de les poursuivre continuellement et de les confier à la justice. Autre personnage traditionnel de la série : Rantanplan, le chien le plus bête du farwest.

 

Jesse James nous conte les pérégrinations d’un bandit ayant réellement existé. Cet épisode débute différemment par rapport aux autres. Il traite avec beaucoup d’humour le statut de braqueur de banques, volant aux riches pour donner aux pauvres, puis les pauvres devenus riches, les volant pour rendre aux riches devenus pauvres. On découvre aussi un Lucky Luke touché dans sa fierté, parfois un peu orgueilleux, lorsque la ville décide de rendre la liberté à l’un des bandits. Le plus intéressant est de suivre l’évolution de Jolly Jumper qui dans cet album nous montre une nouvelle facette. Nous le connaissions un peu sarcastique, il est tour à tour joueur d’échecs, rouleur de cigarette, et un cheval très rapide. Les auteurs utilisent énormément de clichés pour en rigoler simplement en se moquant un peu parfois. Aussi, certains personnages ressemblent à s’y méprendre avec d’anciens protagonistes d’albums précédents. Mais dans l’ensemble ce Jesse James reste un album intéressant contenant beaucoup de gags.

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2011 5 09 /12 /décembre /2011 18:47

daltoncityCe personnage immortel parcourt depuis 1947 l'histoire de l'ouest américain. Il y a rencontré des personnages célèbres (Jesse James, Calamity Jane, Billy the Kid, Sarah Bernhardt...). Lucky Luke est l'homme des missions impossibles, le défenseur des pauvres, des veuves et des orphelins, bref le parfait héros ! Son cheval, Jolly Jumper, est un parfait compagnon de ce "poor lonesome cowboy". Les frères Dalton se dressent perpétuellement sur le chemin de Lucky Luke ce qui permet à ce dernier de les poursuivre continuellement et de les confier à la justice. Autre personnage traditionnel de la série : Rantanplan, le chien le plus bête du farwest.

 

Dans cet épisode, Lucky Luke nettoie une ville de desperados. Il envoie le responsable de cette déroute en prison qui raconte son histoire aux prisonniers. Les Dalton font partie de ces prisonniers et s'évadent pour faire de cette ville leur repaire. Affolé, les autorités font appel à Lucky Luke pour nettoyer à nouveau cette ville renommée Dalton City.

Cet opus comporte beaucoup d'humour. La manière dont Lucky Luke se moque des Dalton est vraiment amusante. Même Jolly Jumper se roule par terre tellement c'est comique. C'est un réel plaisir de retrouver les Dalton et de découvrir leurs petites faiblesses, Averell fait un excellent cuisinier alors que Joe tombe amoureux. On retrouve aussi Rantanplan, le chien le plus bête de tout le l'ouest. Finalement, bien que le l'histoire soit un peu pauvre, cet album est bourré de gags en tout genre, et sa lecture en devient hilarante.

Partager cet article
Repost0

Les lectures du moment

Le silence des agneaux
Thomas Harris
lesilencedesagneaux.jpg

Les sites à visiter