Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 décembre 2014 2 09 /12 /décembre /2014 08:37

decalogue01.jpgUn livre aussi envoûtant que mystérieux qui porte le nom de « Nahik » contiendrait les dernières volontés du prophète Mahomet. Cet ouvrage serait susceptible de bouleverser entièrement les fondements de notre civilisation.C'est le destin de ce livre dangereux que vous invitent à suivre les auteurs du Décalogue.

 

decalogue01planche.jpgDe nos jours, un auteur raté reçoit un manuscrit datant de plusieurs siècles. Au début, il oublie ce manuscrit mais lorsque son propriétaire, une vieille dame, vient pour savoir s'il a pu le lire et qu'elle décède violemment après, il commence à s'y intéresser un découvre une roman fantastique qu'il traduit et propose à son éditeur sous son nom.

Le scénario de ce premier album est mystérieux et plein de rebondissements. La découverte de ce manuscrit bouleverse la vie de cet auteur sans talent. L'album possède une morale. L'auteur rencontre le succès, un succès volé, et finit sa vie tragiquement. L'histoire est prenante et la bande dessinée se lit facilement, rapidement et avec beaucoup de plaisir.

Le graphisme, quant à lui, peut ne pas plaire forcément. Le coup de crayon paraît brouillon mais les personnages sont bien réalisés. J'ai trouvé le dessin parfaitement adapté à l'ambiance voulu par le scénario. Indécis, manque de netteté, fuyant. En somme, l'album est assez bon, même très bon et cette saga démarre avec beaucoup d'envie et de rythme. Espérons une suite toute aussi détonante.

Repost 0
8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 08:23

asterix27.jpgLes cigognes ont perdu la tête : un bébé vient d'être livré par erreur chez Astérix et Obélix ! Au village, les rumeurs vont bon train sur la soudaine paternité d’Astérix.

Etrangement, les Romains, à commencer par le vil Brutus, s'intéressent au plus haut point au sort de ce bébé amateur de potion magique… Albert Uderzo réinvente tous les codes de la BD et redonne une seconde jeunesse à Astérix.

 

plancheasterix27.jpgDans cet album, un bébé est déposé devant la maison d'Astérix. Les villageoises commencent à médire sur l'origine de ce bébé. Mais Astérix et Obélix partent à la recherche de ses vrais parents.

Cet album est très réussi. L'histoire est bien construite et montre de nouveaux personnages, va au-delà des habitudes de l'univers d'Astérix. Cet album est comme un tournant dans l'univers d'Astérix, des événements marquent au fer rouge cette bande dessinée.

Au niveau du graphisme, il y a une petite évolution au niveau des personnages. Cléopatre est différente et le thème est loin d'être anodin. Nos deux héros ne voyagent pas dans cet album mais défendent leurs idéaux.

Enfin, le banquet est différent, et les gaulois ne se retrouvent pas seuls autour de la table, ni sur le plancher des vaches.

En somme, un album mature, différent, qui peut ne pas plaire car les bornes qui jalonnent l'univers d'Astérix sont bousculés. Uderzo a voulu réaliser un album pour relancer son héros après le décès de son scénariste. Le pari est réussi même si la critique de l'époque aura été dure.

Repost 0
7 décembre 2014 7 07 /12 /décembre /2014 08:22

labyrinthescouv04.jpgUne grande aventure mystico-exotique menée par un trio d’auteurs touchés par la grâce divine...
Dans certains cercles élégants, on aime s’adonner au spiritisme. Une manière comme une autre pour de riches oisifs ou des scientifiques en quête d’irrationnel de mettre un peu de mystère dans leur vie ! Si ce n’est qu’un certain jour de 1913, une des séances de la comtesse Isadora tourne mal, ou plutôt trop bien, puisqu’un esprit terriblement puissant rend soudain visite aux apprentis médiums. Et pas n’importe quel esprit, puisqu’il s’agit de l’esprit d’un dieu. D’un dieu qui souffre. Et qui les enjoint de le rejoindre en Argentine. Effrayés mais fascinés par la perspective de l’aventure, le professeur Ariane et ses amis font aussitôt leurs bagages. Sans s’imaginer qu’ils vont mettre à jour un nouvel ordre divin parfaitement insoupçonné, au sein duquel toute vie humaine ne vaut pas plus que celle d’un enfant perdu dans un labyrinthe...

 

labyrinthescouv04planche.jpgCe quatrième et dernier album de la série présente une ambiance et une époque encore différente. Avançons dans le temps et retrouvons le professeur Ariane toujours en quête de la vérité. Mais les maîtres de l'Agartha se dévoilent enfin et l'initie pour succéder à un maître proche de la mort.

Ce dernier album est assez réussi et conclut cette histoire alliant histoire, psychologie et mystère, avec un engouement plus élevé que précédemment. Le scénario est réussi et présente un dénouement mystique, paranormal qui devrait répondre aux attentes du professeur mais ce dernier se met à douter. Deviendra t-il un des élus ?

L'histoire est prenante avec quelques rebondissements maîtrisés comme sait le faire Le Tendre. Mais dans l'ensemble cette saga est assez fluctuante, présentant des scénarios de niveaux différents. On pourra trouver du plaisir dans les ambiances voulues au gré des années et de la vie du professeur, des événements historiques.

Le graphisme est toujours bien réalisé, fort en détails, ce qui rend cette bande dessinée plaisante à lire.

Un album et un dénouement intéressant, mais qui laisse une impression d'irrégularités.

Repost 0
6 décembre 2014 6 06 /12 /décembre /2014 08:44

velomaniacs01.jpgA Pignon-sur-Rut -petit coin du Sud renommé pour son anisette -si vous ne faites de vélo, vous êtes le Maillot faible !... Son équipe cycliste, Le Guidon's Club, porte haut et fier les couleurs locales. La lutte est rude avec les bourgades voisines, que ce soit les équipes de Coursan-la-Selle, Bâton-dans-les-Ruos, gros Braquet ou encore l'Amicale des Coureurs de Jupon. Tout est bon pour monter sur le podium et les coups volent bas ! Dans le peloton de l'humour, attendez-vous à une échappée victorieuse du Guidon's Club et de ses Vélomaniacs !...

 

velomaniacs01planche.jpgCe premier tome de cette série de Bamboo présente une équipe de coureurs. Mélangeant entraînement et courses, la bande dessinée est une série de gags sur ce thème sportif.

Les gags ne sont pas destinés à de jeunes enfants contrairement aux autres séries de chez Bamboo mais s'adressent plus à des adolescents et des adultes. Les gags sont réussis, comiques, mais les enfants ne trouveront pas leur compte. Les coureurs sont aussi des coureurs de jupons et finissent trop souvent dans les bras des admiratrices pulpeuses.

Le graphisme est sympathique et bien adapté au genre sportif. Ce n'est pas une bande dessinée qui vous marquera les esprits mais ça se lit facilement avec plaisir.

Repost 0
4 décembre 2014 4 04 /12 /décembre /2014 08:24

labyrinthes03.jpgUne grande aventure mystico-exotique menée par un trio d’auteurs touchés par la grâce divine...
Dans certains cercles élégants, on aime s’adonner au spiritisme. Une manière comme une autre pour de riches oisifs ou des scientifiques en quête d’irrationnel de mettre un peu de mystère dans leur vie ! Si ce n’est qu’un certain jour de 1913, une des séances de la comtesse Isadora tourne mal, ou plutôt trop bien, puisqu’un esprit terriblement puissant rend soudain visite aux apprentis médiums. Et pas n’importe quel esprit, puisqu’il s’agit de l’esprit d’un dieu. D’un dieu qui souffre. Et qui les enjoint de le rejoindre en Argentine. Effrayés mais fascinés par la perspective de l’aventure, le professeur Ariane et ses amis font aussitôt leurs bagages. Sans s’imaginer qu’ils vont mettre à jour un nouvel ordre divin parfaitement insoupçonné, au sein duquel toute vie humaine ne vaut pas plus que celle d’un enfant perdu dans un labyrinthe...

 

labyrinthes03planche.jpgDans ce troisième album, nous retrouvons le professeur Ariane accompagné d'autres scientifiques et savants en Afrique pour étudier un cas exceptionnel de possession par un animal. Le professeur Ariane semble être réceptif.

Le scénario est mieux réalisé, certainement parce que Le Tendre, absent du deuxième redonne un sacré coup de main. La quête est plus surprenante et les rebondissements suffisamment présents pour relancer constamment le lecteur dans l'histoire. Cet album est certainement le plus intéressant de ce début de saga et le terme Labyrinthe prend encore plus son sens grâce à l'esprit torturé du professeur Ariane.

Le graphisme est très réussi imprégnant les lecteurs dans une ambiance différente, celle de la savane africaine. Les détails sont toujours impressionnants et les personnages bien travaillés.

En somme, cet album donne un coup de fouet à la série en promettant une suite passionnante.

Repost 0
1 décembre 2014 1 01 /12 /décembre /2014 08:49

labyrinthes02.jpgUne grande aventure mystico-exotique menée par un trio d’auteurs touchés par la grâce divine...
Dans certains cercles élégants, on aime s’adonner au spiritisme. Une manière comme une autre pour de riches oisifs ou des scientifiques en quête d’irrationnel de mettre un peu de mystère dans leur vie ! Si ce n’est qu’un certain jour de 1913, une des séances de la comtesse Isadora tourne mal, ou plutôt trop bien, puisqu’un esprit terriblement puissant rend soudain visite aux apprentis médiums. Et pas n’importe quel esprit, puisqu’il s’agit de l’esprit d’un dieu. D’un dieu qui souffre. Et qui les enjoint de le rejoindre en Argentine. Effrayés mais fascinés par la perspective de l’aventure, le professeur Ariane et ses amis font aussitôt leurs bagages. Sans s’imaginer qu’ils vont mettre à jour un nouvel ordre divin parfaitement insoupçonné, au sein duquel toute vie humaine ne vaut pas plus que celle d’un enfant perdu dans un labyrinthe...

 

labyrinthes02planche.jpgCe deuxième tome démarre quelques années après le premier opus. Le professeur s'est allié à un autre scientifique pour mener à bien des expériences qui ont pour objectif de ramener à la vie des animaux morts. Mais un jour, le médecin du village amène un marin sans famille qui vient de décéder.

Cet album se déroule après la première guerre mondiale. On y retrouve une partie de l'équipe de la première partie. Le professeur paraît comme un homme intègre, passionné de physique et de mystères non résolus, mais garde une humanité qu'il ne veut pas perdre.

Le scénario est bien construit, sans beaucoup de rapports avec l'album précédent, mais possède une métaphore puissante menant le professeur au-delà de ce qu'il pouvait espérer. Quel est la part de réalité, de rêve, ou de mort... pour l'instant, seul le lecteur peut en juger et s'imaginer quelle serait réellement l'histoire de ce professeur Ariane.

Le graphisme est fidèle au premier album, avec toujours autant de détails dans les décors et les personnages permettant de s'imprégner de l'univers du professeur plus facilement.

Le récit est passionnant mené par un graphisme à la hauteur. Mystère et mythologie sont les maîtres mots de cette bande dessinée. C'est intéressant et le troisième album promet d'être encore plus passionnant.

Repost 0
30 novembre 2014 7 30 /11 /novembre /2014 08:13

labyrinthes01.jpgUne grande aventure mystico-exotique menée par un trio d’auteurs touchés par la grâce divine...
Dans certains cercles élégants, on aime s’adonner au spiritisme. Une manière comme une autre pour de riches oisifs ou des scientifiques en quête d’irrationnel de mettre un peu de mystère dans leur vie ! Si ce n’est qu’un certain jour de 1913, une des séances de la comtesse Isadora tourne mal, ou plutôt trop bien, puisqu’un esprit terriblement puissant rend soudain visite aux apprentis médiums. Et pas n’importe quel esprit, puisqu’il s’agit de l’esprit d’un dieu. D’un dieu qui souffre. Et qui les enjoint de le rejoindre en Argentine. Effrayés mais fascinés par la perspective de l’aventure, le professeur Ariane et ses amis font aussitôt leurs bagages. Sans s’imaginer qu’ils vont mettre à jour un nouvel ordre divin parfaitement insoupçonné, au sein duquel toute vie humaine ne vaut pas plus que celle d’un enfant perdu dans un labyrinthe...

 

labyrinthes01planche.jpgCe premier tome de Labyrinthes nous fait découvrir les personnages, l'époque et l'ambiance de cette dernière. Passionnés de spiritisme, un groupe d'amis s'adonnent à ce genre de loisirs en présence du Professeur Ariane. Après une possession de la comtesse Isadora par un esprit, le groupe se rend en Argentine pour résoudre le mystère.

Ce tome de cette histoire étalée sur quatre albums nous présente une ambiance presque pesante entre les membres du groupe, dans une époque de guerre, la naïveté d'un Professeur qui souhaite découvrir et donner au monde des avancées scientifiques. Le scénario est bien construit et les différents personnages sont réalistes. L'insouciance bourgeoise est dans une bonne partie de l'album assez marquante. L'ambiance est parfois lourde mais dans les moments calmes et doux de l'histoire, on ressent une certaine menace invisible.

Le graphisme est bien travaillée, les cases sont fournies et sont d'un grand réalisme. Les couleurs sont typiques des colorisation des années 90, mais l'ensemble reste vraiment très contemporain. Le travail est beau et rend un premier album vraiment intéressant.

Ce premier tome est une réussite et promet largement une suite bien passionnante.

Repost 0
28 novembre 2014 5 28 /11 /novembre /2014 08:41

graine4.jpgAu crépuscule de sa vie, Merlin livre une partie d'échecs contre le Chevalier Noir. L'enjeu de cette rencontre est la perpétuation de la croyance en Faërie dans le coeur des hommes. Le Chevalier Noir analyse la stratégie de Merlin et s'interroge : pourquoi échanger une Tour et un Fou contre sa Reine Noire, la Morrydwen ? Pourquoi préserver ce pion blanc ? Ignorant tout des forces à l'oeuvre, Igguk affronte un Géant de pierre. Quel est son rôle sur cet échiquier ?

 

grainedefolie04p.jpgCe quatrième et dernier tome de la saga est le dénouement le plus inattendu que j'ai eu à lire. On y retrouve dès le début deux joueurs d'échecs qui écrivent l'histoire de Faerie par leur jeu. L'un des deux joueurs est ni plus ni moins Merlin l'enchanteur.

Le dénouement le plus inattendu parce que le scénario jusqu'à maintenant était tellement bizarre, nébuleux et mauvais qu'il était impossible de s'attendre à une histoire plus compréhensible et plus passionnante. Ce dernier volet est épique, tragique aussi mais surtout porteur d'une morale magnifique. C'est dommage car combien de lecteurs ne seront pas arrivés à cet album tellement déçus des précédents. Certainement parce que le scénario était de Civiello lui-même et qu'enfin il a fait appel à Thomas Mosdi pour finir proprement.

Le graphisme quant à lui est toujours fidèle au grand talent de Civiello. Les planches sont belles, entraînantes. Le souffle redonné par le scénario sont bien portés par des scènes de combat sanglantes et réalistes.

C'est le meilleur album de la saga, indéniablement, mais qu'est ce qu'elle est décevante cette saga.

Repost 0
26 novembre 2014 3 26 /11 /novembre /2014 08:27

graine3.jpgAutour du Grand Arbre qui se dessèche doucement, d'innombrables corbeaux volent en tous sens, entament une danse macabre, et se fondent pour former un corps encapé de noir : la Morrydwen, symbole de guerre et de mauvais présages...

 

grainedefolie03planche.jpgCe troisième tome voit Igguk confronter la Morrydwen. Il s'en déroule un duel de sorcières. Il est difficile de réaliser un résumé de ce troisième volet tant le scénario paraît toujours autant nébuleux. Au fur et à mesure que l'histoire avance, on n'arrive pas à comprendre la présence de tel personnage, les allusions qui sont faites. Le scénario est vraiment mal défini et très mal construit.

Le graphisme est toujours beau mais on sent que Civiello peine à faire de cet album un bon album. La Morrydwen est belle de réalisme mais certaines planches sont un peu bizarrement travaillées.

En somme, cet album est le plus mauvais de la série. C'est difficile d'en arriver à ce niveau de médiocrité quand on apprécie le travail et le talent de Civiello.

Repost 0
25 novembre 2014 2 25 /11 /novembre /2014 08:13

campeurs02.jpgAvec Les Campeurs, revivez les joies de la communion avec la nature, de la tente qui s’envole à la moindre rafale de vent et de la promiscuité après l’apéro.. bref, à vous le rire avec un grand AIR ! Qu’ils soient adeptes de l’indémodable canadienne, de la caravane tout équipée ou du camping-car difficile à manoeuvrer, rien ne pourra entamer l’enthousiasme de ces bédouins modernes, pas même des sanitaires collectifs plus que douteux, pour se dorer la pilule au bord de la piscine et s’éclater en boîte avec des Hollandais (et plus si affinités). Si à la moindre chaleur, vos pieds ne peuvent résister à l’appel de la tong, si pour vous convivialité rime avec vacanciers bronzés ou si quand votre chien aboie, la caravane passe, alors ne cherchez pas plus loin : rejoignez Les Campeurs et ce sera tous les jours l’été !

 

campeurs02planche.jpgCe deuxième tome sur les campeurs édité par Bamboo est une série de gags humoristiques sur les campeurs, comme nous avons pu le voir au cinéma avec Franck Dubosc. Cet album est une série de clichés aussi pitoyables les uns que les autres. Déjà qu'en faire un film, c'est gros, mais là... c'est un peu n'importe quoi. Les campeurs de cette bande dessinée n'ont qu'une chose en tête apparemment, reluquer les belles hollandaises. C'est un peu mysogine et surtout dénigre les beaufs qui font du camping.

Le graphisme est correct et bien adapté à ce genre humoristique, mais le scénario et les gags qui se succèdent ne me semblent pas adapté au public visé, les jeunes qui n'y verront qu'un ramassis de mauvaise foi et d'obsédés.

Un mauvais album de chez Bamboo qui au lieu de sortir des albums de qualité s'est enfoncé dans la quantité médiocre.

Repost 0

Les lectures du moment

Le silence des agneaux
Thomas Harris
lesilencedesagneaux.jpg

Les sites à visiter