Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 novembre 2012 2 06 /11 /novembre /2012 08:13

borderline2Fernando Villa n’a pas oublié Wanda. Pourtant il vit aujourd’hui avec Estelle. Mais même s’il le voulait, il ne pourrait pas l’oublier. Car, la nuit, elle se rappelle à son bon souvenir. En effet, il est à nouveau victime de transes d’écritures nocturnes, et cette fois, c’est Wanda elle-même qui raconte sa vie. Ce qui ne le rassure guère, étant donné que la dernière personne à lui avoir dicté son histoire lors de ces nuits de perte de contrôle, était une personne décédée.
Poussé par la volonté farouche de la retrouver, Fernando commence à mener son enquête, quitte à prendre des risques, en se servant de ce que Wanda lui fait écrire chaque nuit pour la suivre à la trace…

 

Borderline2.jpgDans ce deuxième tome de la série Borderline, Fernando Villa continue d'écrire pendant la nuit, alors qu'il est en transe. Mais il écrit sur Wanda, la prostituée qu'il cotoyait dans le premier épisode. Il s'inquiète alors et part à sa recherche.

Ce nouvel épisode suit immédiatement l'album précédent. La richesse du scénario est indéniablement l'atout de Borderline et j'avoue que c'est certainement l'une de mes séries préférées, peut-être même le meilleur scénario que j'ai jamais lu. Il y a ici tous les bons ingrédients pour faire un excellent thriller.

Le dessin est toujours aussi bien travaillé et réaliste. Les détails sont impressionnants tant par leur quantité que la leur qualité. Il est à noter que sans un dessin aussi bien réalisé, le scénario aurait pu faire l'affaire à lui tout seul, mais la série est carrément au dessus du lot. Le scénario comme le dessin sont impeccables. On ne peut qu'être subjugué par le talent conjugué du scénariste qui concocte ici une histoire digne d'un grand roman et du dessin au réalisme époustouflant.

Le personnage principal est attachant et se retrouver avec lui dans sa quête est tout simplement passionnant. Je vous conseille de découvrir cette série.

Partager cet article
Repost0
4 novembre 2012 7 04 /11 /novembre /2012 08:12

bandedessinéeUn beau matin, Lewis Trondheim appelle son complice Sergio Garcia pour lui proposer de faire un album qui servirait à mieux comprendre la bande dessinée. Aussitôt dit, aussitôt fait, les deux larrons partent pour une promenade au fil des pages pour évoquer la fonction narrative des cases, des bulles, du découpage, et décortiquer les arcanes créatives du 9e Art…

 

bdapprendre.jpgLewis Trondheim et Sergio Garcia proposent aux lecteurs de bandes dessinées de découvrir comment créer une bande dessinée. Le thème est traité sérieusement tout en laissant la place à l'humour. C'est ainsi que nous apprenons énormément de choses intéressantes sur la création d'une bande dessinée, la mise en page, le dessin, le texte et le scénario sont passés au crible par les deux auteurs qui se représentent dans cet album.
Le dessin est simple et les couleurs aussi, sans fioriture, presque enfantin. La trame, quant à elle, essaye de retracer vraiment toutes les facettes de la bande dessinée sans paraître trop compliqué ni trop simpliste.
Cet album est asse bien réalisé et plaira à tous les amateurs du neuvième art.
Cet album a été dédicacé par Sergio Garcia au festival de bande dessinée de Solliès-Ville en 2012.
Partager cet article
Repost0
26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 08:10

pavillonnoir2Nous avons laissé Dark Dan et ses compagnons en bien mauvaise posture : le vaisseau pirate « Black Joke » a jeté l’ancre au large d’une petite île inconnue, révélée par la carte que Dark Dan a acquise auprès d’un mystérieux aristocrate, contre quelques gouttes de son sang. À la tête de son équipage, Dan s’enfonce au cœur de l’île, à la recherche d’un trésor dont il ignore la nature. C’est alors qu’un phénomène improbable se produit : un gigantesque édifice à l’architecture inconcevable surgit devant eux, comme jailli du néant ! Accompagné de Killing Howie, Dan s’introduit dans l’étrange bâtiment qui disparaît aussitôt, comme absorbé par la brume…

 

pavillon2.jpgVoici le deuxième opus de Pavillon noir, une série dédiée à la piraterie, thème très apprécié et très en vogue en ce moment. Ce deuxième album commence en nous donnant quelques détails sur l'acquisition de la carte par le Capitaine Dan, et se poursuit dans la continuité du premier album. Mahalia disparaît, Bonnie se lance à sa recherche et tombe sur l'entrée d'un temple. Peut-être le même dans lequel Dan et Howie sont rentrés.
Cet album comporte des plans magnifiques, avec des détails travaillés. Les couleurs assez sombres et instaurent une ambiance aussi sombre qu'est l'univers de la piraterie. J'ai trouvé par contre que certains moments d'action, lors des combats, la perspective des personnages ne donne pas un rendu crédible.
Le scénario est toujours aussi intéressant, avec un nombre important de personnages. La fin de deuxième album laisse présager un troisième album passionnant.
Partager cet article
Repost0
12 octobre 2012 5 12 /10 /octobre /2012 08:11
legrimoireSur les terres d’Akbar, plusieurs meurtres d’enfants de Princes Sorciers entachent la – relative – quiétude de la région. Détail troublant, chaque victime porte un signe sur son corps : la mystérieuse secte de « l’Ordre des signes » serait-elle responsable de ces assassinats ?
De son côté, depuis la mort de Javin, Bragon s’est endurci au contact de Frange qui lui a appris le maniement des armes. Sur les conseils de ce dernier, Bragon décide de partir dans la cité de Vaguamare afin de participer aux combats qui lui permettront de s’aguerrir plus encore. Et, peut être, d’attirer l’attention du redoutable Rige même si certains affirment que ce personnage n’a jamais existé et qu’il ne serait qu’une légende. C’est aussi pour lui une façon de s’éloigner de la troublante princesse Mara dont il est secrètement amoureux. Mais comment, lui un roturier, pourrait-il séduire une dame de son rang ?
Inquiet des événements, le père de Mara pense que « l’Ordre des signes » prépare une conspiration et décide d’envoyer sa fille retrouver un grimoire dans lequel les Dieux ont inscrit leurs pouvoirs magiques qui ont neutralisé le terrible dieu Ramor. Persuadé que ce dieu pourrait se réveiller, il est convaincu que seul le grimoire pourrait les sauver. Seul hic : ce précieux document se situe quelque part au coeur du Matbâta, une forteresse naturelle infranchissable et dangereuse...

quetedeloiseaudutempsgrimoirDans ce deuxième épisode du prélude à la Quête de l'Oiseau du Temps, Bragon, qui vient de perdre son ami Javin, est toujours en colère contre Mara, la princesse. Mais les deux jeunes gens grandissent et leurs prétentions pour l'avenir ne sont pas et ne peuvent être communes. Bragon se trouve un nouvel objectif qui lui permettra de gravir les échelons de l'échelle sociale. Mais pour cela, il doit trouver le Rige.
Lentement, mais sûrement, cette série, Avant la quête, installe les protagonistes de la première série tant réputée. Bragon et Mara s'aiment, se désirent, mais il est rancunier à cause de la perte de son ami Javin. Mara, qui devient une femme, est en danger et va devoir faire le nécessaire pour s'en sortir, sans l'aide de Bragon.
Le scénario est encore plus palpitant que le premier opus. Cette quête s'annonce des plus passionnantes. Les personnages sont attachants, avec leurs défauts qui font d'eux des êtres presque réels.
Le dessin est toujours aussi bien travaillée, avec beaucoup de détails, aussi bien pour les personnages principaux que les décors, et c'est un réel plaisir de lire ces pages avec des ambiances différentes.
Ce deuxième tome ne pourra pas décevoir, il est à la hauteur et dépasse même nos espérances. Une série qu'il faut lire et pourquoi pas, avoir dans sa bibliothèque.
Partager cet article
Repost0
30 septembre 2012 7 30 /09 /septembre /2012 08:07

canyonapacheCe personnage immortel parcourt depuis 1947 l'histoire de l'ouest américain. Il y a rencontré des personnages célèbres (Jesse James, Calamity Jane, Billy the Kid, Sarah Bernhardt...). Lucky Luke est l'homme des missions impossibles, le défenseur des pauvres, des veuves et des orphelins, bref le parfait héros ! Son cheval, Jolly Jumper, est un parfait compagnon de ce "poor lonesome cowboy". Les frères Dalton se dressent perpétuellement sur le chemin de Lucky Luke ce qui permet à ce dernier de les poursuivre continuellement et de les confier à la justice. Autre personnage traditionnel de la série : Rantanplan, le chien le plus bête du farwest qui a vécut de façon autonome 2 albums. Lucky Luke est, avec Astérix et Tintin, le plus célèbre personnage de l'histoire de la BD : cette série, accessible à tous, est devenu un mythe grâce à Morris et Goscinny. Ce personnage a fait l'essentiel de sa formidable carrière dans les pages de SPIROU, PILOTE et LE JOURNAL DE LUCKY LUKE. Une exploitation merchandising et audiovisuelle (dont aux États-Unis) a permis d'introduire Lucky Luke auprès d'une très large couche de la population et auprès de plusieurs générations de lecteurs. A noter qu'après la disparition de Goscinny, plusieurs scénaristes ont travaillé sur la série : Vicq, De Groot, Fauche et Léturgie, Lodewijk, Lo Hartog Van Banda et Vidal.

 

canyonapache.gifDans cet épisode, Lucky Luke est envoyé dans une garnison pour comprendre et tenter d'arrêter le conflit qui oppose les indiens aux "cow-boys" américains. Les auteurs profitent d'une nouvelle aventure de leur héros pour critiquer vivement la manière dont les américains ont traité le conflit avec les indiens. Lucky Luke fait face à la bêtise des hommes (l'expédition punitive menée suite à une expédition punitive...). L'histoire comporte heureusement toujours beaucoup d'humour et le cow-boy solitaire est toujours plus astucieux que jamais pour essayer de se sortir des ennuis dans lesquels il se trouve avec son fidèle compagnon, Jolly Jumper. Finalement, nous constatons que les guerres entre les peuples n'est pas réellement le fruit du hasard, surtout quand le chef d'une tribu n'est pas un indien de souche !
Cet album est un bon album qui nous apprend toujours beaucoup d'anecdotes sur l'univers des indiens et des colons américains comme la torture des fourmis ou le défilé de canyon apache.
Partager cet article
Repost0
28 septembre 2012 5 28 /09 /septembre /2012 08:43

lelotusbleuPoursuivant jusqu'en Chine les trafiquants rencontrés dans "Les Cigares du pharaon", Tintin fera dans "Le Lotus Bleu" (1936) la connaissance de Tchang, un jeune chinois qui lui fera perdre ses derniers préjugés. En Rastapopoulos, il se découvrira par contre un redoutable ennemi qu'il retrouvera d'ailleurs à plusieurs reprises.

 

tintinlelotusbleu.jpgCet album fait suite à l'épisode des Cigares du Pharaon. Alors qu'il se trouve toujours chez le Maharadjah de Rawhajpoutalah, un messager chinois vient lui demander de partir pour la Chine. Arrivé là-bas, il se retrouve au centre d'un conflit entre le Japon et la Chine.

Cet album est le premier des albums dans lequel Hergé s'est documenté de manière très approfondie. On ressent un travail de fonds important tant au niveau du décor - la Chine -, que le scénario.

Dans cette histoire, Tintin a de moins en moins recours à la chance, mais plus à son intelligence et son esprit de déduction. Il est toujours aussi naïf bien sûr, mais il arrive à se dépêtrer des ennuis dans lesquels il se fourre.

Il y a beaucoup de nouveaux personnages, et cet album ouvre la porte, ou plutôt les cases, à un ennemi en la personne de Rastapopoulos, et en un ami qui lui sera très cher, Tchang, qu'il sauve de la noyade.

Hergé nous fait découvrir la Chine et nous sommes loin des propos discriminatoire des tous premiers albums. Par contre dans celui-ci, il n'hésite pas à montrer la bêtise des occidentaux qui y habitent et qui n'hésitent pas à dénigrer les autochtones. Les Dupont et Dupond font une apparition assez remarquée et commencent à se sentir proches de Tintin. Et l'anecdote sur la Poldévie est assez comique.

L'un des personnages, ennemi de Tintin, utilise une expression qu'un certain capitaine emploiera à de multiples de reprises. Dans cet épisode, Tintin est blessé mais grâce à l'hospitalité des familles chinoises, il se remettra rapidement.

Hergé arrive toujours autant à mettre du rythme dans ses cases, et cet album est réellement plus que réussi, devenant le meilleur des cinq premiers albums. A posséder dans sa bibliothèque...

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2012 1 24 /09 /septembre /2012 08:55

lescigaresDans "Les cigares du pharaon" (1934), Tintin se trouve impliqué, par hasard et malgré lui, dans un trafic de stupéfiants qui va l'entraîner jusqu'en Inde. Entre-temps, il aura rencontré Dupond et Dupont, deux policiers balourds dont les rôles vont s'affirmer progressivement.

 

tintinlescigaresdupharaon.jpgDans ce quatrième album des aventures de Tintin, notre jeune héros belge se retrouve entraîné dans le démantèlement d'une organisation de trafic d'opium. Hormis l'habituel scénarisation combinant action et rebondissements, Hergé ajoute un peu de piment dans la sauce avec une part de mystère. C'est aussi l'occasion de nous faire découvrir la première apparition des agents Dupont et Dupond ainsi que l'homme d'affaires Rastapopoulos.

Au niveau de la mise en scène, Hergé était bien en avance avec sa manière particulière de mettre du rythme dans ses cases. Tintin, avec sa naïveté et sa gaieté, arrive toujours à déjouer les tours des malfrats qu'il poursuit grâce à la chance. Ce quatrième album nous permet de continuer à faire le tour du monde en changeant de continent une nouvelle fois.

Une particularité lorsqu'il rencontre le Cheik prouvant encore l'intelligence d'Hergé. Lorsque le Cheik prouve qu'il suit les aventures de Tintin en lui montrant l'un de ses albums. Dans la version en noir et blanc, il montrait un album précédemment édité alors que dans la version en couleur, il montre un album qui ne sortira que bien plus tard.

Il est à noter aussi que cet album est la première partie d'une histoire en deux parties... La suite dans Le lotus bleu...

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2012 7 23 /09 /septembre /2012 08:20

rani11743. La belle et fougueuse Jolanne de Valcourt va connaître une vie tumultueuse, entre passion et grande aventure, qui la conduira de la France jusqu’aux Indes… Une épopée adaptée d’une série écrite pour la télévision par Jean Van Hamme (XIII, Largo Winch, Thorgal…), et illustrée par Francis Vallès, dessinateur de la saga à succès Les Maîtres de l’Orge.

 

rani1.jpgNous sommes au XVIIIème siècle. Jolanne est au couvent lorsqu'elle apprend que son père vient de décéder. Son demi-frère, héritier, est un personnage bouffi d'ambition, qui tente de la déshériter par tous les moyens. Elle se retrouve donc à fuir pour survivre.

Cette série que je découvre avec ce premier tome n'est pas une série historique comme on pourrait le croire. Bien qu'elle se déroule dans la première moitié du XVIIIème siècle, les faits historiques n'apparaissent qu'en toile de fonds. L'histoire tourne principalement autour du personnage principale, Jolanne. Jolanne est une jeune femme, brune, grande, mince, à la plastique parfaite, en somme, une très belle femme. Et aucune occasion n'est perdue pour qu'elle se balade les seins à l'air. Un mélange de sexe, mais gentil, et de complot, dans un contexte historique, font de ce premier album une sorte de série d'espionnage à l'ancienne. Entre complots et fesses, l'histoire, bien que très intéressante, me paraît perdre un peu de crédibilité.

Le dessin, quant à lui, est vraiment réussi. Les personnages sont réalistes, dans leurs expressions, et les décors sont bien travaillés.

Un premier épisode qui se laisse découvrir et qui me donne envie de continuer malgré toutes ces nudités faciles.

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2012 5 14 /09 /septembre /2012 08:29

murena2Néron, fils d'Agrippine, devient empereur. Sa mère lui ayant acheté les faveurs de l'armée et du sénat, elle croit pouvoir gouverner. Mais à dix-sept ans, Néron n'est déjà plus un enfant, et elle va l'apprendre à ses dépens. Britannicus, fils de Claude, a été écarté du pouvoir. Mais Pallas, pour se venger de Néron qui lui a enlevé Acté, son esclave préférée, remet à Britannicus un parchemin qui peut changer la face du monde : l'acte de répudiation marqué du sceau de son père, qui élimine Néron de la succession. Pendant ce temps, Murena recherche les assassins de sa mère tandis que Néron s'arrange pour régler le problème Britannicus.
Un dessin réaliste très fouillé, un scénario qui restitue trait pour trait l'histoire de Rome (à quelques détails près, puisqu'on n'a jamais retrouvé le testament de Claude) dans toute sa violence, mettant en scène des acteurs qui, dévorés par la cupidité et le goût du pouvoir, accumulent cruautés, crimes et trahisons sans la moindre scrupule.

 

murena2Dans le premier épisode nous est conté comment le père adoptif de Néron est empoisonné. Dans ce deuxième opus, Néron tombe amoureux d'une esclave qu'il s'octroie en la volant à Pallas, un ancien conseiller de sa mère. Mais Pallas détient un document qui compromet le règne de Néron.

De sang et de sable est encore plus compliqué dans l'histoire que le premier album. La trahison est le maître mot qui relie chacune de ces pages. Dans une Rome décadente, l'accession au pouvoir passe par le meurtre, mais les hommes, même les plus puissants, obéissent à des règles primaires, comme le sexe, qui les font se déchirer entre eux comme des animaux. Néron est un personnage complexe, d'une grande bonté, et qui commence à adorer le pouvoir. Sa mère est une manipulatrice habituée aux rouages de la politique. Cet album passionnant n'est pas fait que de complots, il y a aussi de la violence, du sang et du sexe.

Doté d'une histoire travaillée, cet album possède un graphisme d'une grande qualité, réaliste et beau.

Les personnages sont soignées, les gladiateurs sont de magnifiques athlètes, et les femmes ont des corps de déesse. Les visages sont extrêmement bien dessinés.

Ce deuxième opus de Murena est un très bon album qu'il faut absolument découvrir.

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2012 7 09 /09 /septembre /2012 08:10

lanuitdesmortt1En 1968, John Russo co-écrit avec Georges A. Romero ce qui deviendra l'un des chefs-d'œuvre de l'histoire du cinéma d'horreur : La Nuit des Morts-Vivants. Aujourd'hui, assisté du scénariste de comics Mike Wolfer, Russo revisite les personnages, les lieux et les événements du film, en racontant dans un album, massif comme les fans aiment, comment tout a commencé. Jusqu'ici, nous n’avions de la naissance des morts-vivants que des bribes de journaux télévisés diffusés sur un petit écran en noir et blanc, mais nous allons enfin découvrir toute la vérité !

 

La nuit des morts-vivants raconte comment dans une petite ville des Etats-Unis, un groupe de jeunes gens, enfermés dans un restaurant, vont faire face à l’invasion de morts-vivants.

La nuit des morts-vivants est l’adaptation du chef-d’œuvre de Romero, le cultissime film d’horreur qui lança le zombie dans notre ère au rang de monstre mythique, en bande dessinée.

Il faut avouer que la couverture est magnifique et que l’achat fut assez impulsif. Il aura suffit de feuilleter quelques secondes cet album pour me pousser à l’achat.

Ce premier tome est très représentatif des films d’horreur de l’époque par ses couleurs et son coup de crayon et l’ensemble est tout simplement sublime.

Vous y trouverez ce qui agrémente tout bon film d’horreur, du sang bien sûr, des mecs qui se prennent pour des héros, des jolis filles dénudés par les monstres, le mélange prend et le rendu est largement à la hauteur.

Un album qui vaut le détour, un premier tome qui promet une suite aussi bien, même mieux je l’espère.

Partager cet article
Repost0

Les lectures du moment

Le silence des agneaux
Thomas Harris
lesilencedesagneaux.jpg

Les sites à visiter