Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 08:21

thorgal2A quelques heures de son mariage, enfin accepté par la communauté viking, Aaricia est enlevée par trois aigles pour le compte d'un mystérieux cavalier. Thorgal se lance à sa recherche. Echoué sur un iceberg, il est recueilli par un Slug, habitant le "l'île des mers gelées", le domaine de la magicienne Slive...

 

thorgalile.jpgCe deuxième tome des aventures de Thorgal mène notre héros jusqu’à la sorcière Slive. Alors qu’ils sont en train de préparer la cérémonie pour se marier, Aaricia se fait enlever par deux aigles. Thorgal poursuit les assaillants et prend la mer. Il se retrouve sur une île gelée où un peuple soumis travaille au fonds d’une mine pour des dieux.

Dans cet épisode, Thorgal n’est plus confronté à Gandalf, le père d’Aaricia, mais à son fils. Valeureux, courageux, fidèle et bon, Thorgal pense avant tout à son prochain et surtout à délivrer Aaricia. Le scénario est intéressant mais s’il est un peu trop linéaire, mais le dénouement est le plus important, dans lequel nous apprenons les origines de Thorgal. Le dessin est réaliste même si les couleurs sont un peu passées, l’album date de la fin des années 70. Certaines cases sont belles et les scènes sont très cinématiques.

L’avantage de cette édition permet de découvrir des représentations de peinture à l’huile magnifiques, mettant en scène Thorgal et le Seigneur aux trois aigles ou Aaricia.

Cet album nous fait découvrir une part plus importante de mystère et de fantastique du monde de Thorgal.

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2013 4 03 /01 /janvier /2013 08:12

gaston1Présente-t-on Gaston Lagaffe ? Ce personnage rêveur et inventif, aux trouvailles aussi inattendues que catastrophiques, est l'un des plus fameux de toute la bande dessinée. Qu'il se mêle d'améliorer la vie de bureau, de s'occuper d'un chat ou d'une mouette, d'inventer des instruments de musique ou de perfectionner sa voiture, Gaston déclenche immanquablement explosions, incendies et désastres, pour la plus grande joie de lecteurs écroulés de rire. Créée par le grand André Franquin, une série incontournable de la BD, à mettre d'urgence dans les mains de tous ceux, petits et grands, qui ne la connaitraient pas encore.

 

gastont1.jpgCe premier album de Gaston Lagaffe nous permet de découvrir quel sorte de héros est né dans les années 60 et qui toujours nous paraît indémodable. Au départ, créé par Franquin pour quelques gags seulement dans les pages Journal de Spirou, Gaston devient vite un personnage atypique qui plaît énormément aux lecteurs.

Toujours avec une bonne foi et de la volonté, Gaston découvre le monde du travail en essayant tant bien que mal de s’y adapter. Inventeur génial, il met aux services de Spirou et Fantasio son intelligence aussi plate qu’une huître la plupart du temps, mais qui peut s’éclairer d’un seul coup et vous illuminer.

Dans ce premier album son inclus les réclames faites pour une marque de boisson et qui apparaissaient de temps en temps dans les pages du magazine sous la forme d’un gag de Gaston.

Un premier album réussi aux gags hilarants, qui donnent envie de continuer.

Partager cet article
Repost0
30 décembre 2012 7 30 /12 /décembre /2012 08:45

escouade126Enquête fantastique dans la France d'entre-deux guerres. Quand un ancien héros de la Grande Guerre massacre sa famille et dévore partiellement les corps, les services secrets français décident de recomposer la Cellule Prométhée, chargée de résoudre des enquêtes à la frontière de la légalité et du paranormal. Deux des membres sont les rescapés de l’'ancienne cellule, dissoute après le fiasco d’une opération risquée. Ils devront s’accommoder du commandement d’un ancien missionnaire, récemment rapatrié du Congo pour mener le groupe. Au croisement de l'’horreur et du drame psychologique, Patrice Larcenet et James nous mettent sur la piste d’un tueur singulier, en compagnie d’'un groupe de personnages pleins de relief.

 

promethee1planche.jpgPremier album d'une nouvelle série dans la collection Treizeétrange édité chez Glénat qui a vu le jour avec la collaboration de Larcenet et James. Une cellule qui s'occupe du paranormal ré-ouvre ses portes suite à l'assassinat d'une famille entière par un médaillé de la Grande Guerre. Nous pourrions croire à un X-Files à la française, et rien de mieux que de représenter la France dans les années 30, mais il n'en est rien, même si nous nous trouvons à moitié sur la vague du fantastique, l'histoire est plutôt une enquête faite par des détectives hors du commun.

Dès la première page, une sensation bizarre vous envahit. Vous refermez l'album et lisez les auteurs, Larcenet et James. Un gros doute. Vous revenez sur la page et continuez un peu, mais il persiste. Larcenet et James et non Trondheim et Sfar. Les personnages sont dessinés dans la même veine pourtant. Des têtes d'animaux dans un style qui se veut facile. L'inspiration est certainement là mais les couleurs sont plus sombres et l'humour décadent est présent par petites touches.

L'histoire est assez intéressante et rapidement prenante. Nous découvrons cette cellule très spéciale ainsi que le contexte de sa réintroduction dans la société. Les personnages sont assez caricaturés dès les premiers abords et il ne suffira d'un unique album pour s'y attacher.

Le dessin est réussi, travaillé, et les couleurs rendent bien l'ambiance. Au niveau des ombrages, elles ne sont réalisés que grâce au hachuré et non à des tons différents de couleurs. C'est assez particulier,  un peu vieillot mais le résultat est réussi et donne un style particulier à la bande dessinée.

Dans l'ensemble, ce premier tome de La Cellule Prométhée réussit à surprendre le lecteur et le deuxième album sera le bienvenu.

Je remercie Babelio et Glénat pour ce partenariat.

---

babelio

Partager cet article
Repost0
28 décembre 2012 5 28 /12 /décembre /2012 08:24

parvaterra3La légende veut que, jadis, les Adultes ont disparu du monde sans laisser de trace. Depuis, nous, les Enfants, nous sommes les seuls habitants de Parva Terra. Le temps s'est arrêté et nous sommes devenus immortels. Nombreux sont ceux qui pensent que les Adultes ont existé un jour. D'autres affirment que les Enfants ont toujours gouverné ce monde. C'est la raison pour laquelle nos tribus sont en conflit. Cependant, une ancienne prophétie annonce le jour où nous devrons découvrir les secrets du passé... Un jour où, tous ensemble, nous nous dresserons contre un fléau qui menacera à nouveau notre petit monde. Même si, bien sûr, tout cela n'est qu'une légende...

 

parvaterra3.jpgCe troisième tome des Légendes de ParvaTerra est le dernier de la première partie de cette série de Raul Arnaiz. Léo, le cheveux-blonds, retourne chez les mages, où ils découvrent que Jan est son petit frère. Ils partent en bateau pour traverser les mers et arriver sur l'île où se terre le monstre. Roméo, quant à lui, s'est définitivement tourné vers le mauvais côté et compte se venger de Léo et des mages.

Le scénario de ce troisième tome est tourné vers l'amour que découvre Léo pour son frère et une fille, Zenda. On le retrouve avec des sentiments qu'il n'a pas l'habitude de connaître. Ce tome est le plus épique et le plus abouti. Le dessin est toujours aussi beau, les couleurs sont magnifiques. Le personnage principal prend sa place, et devient plus intéressant, avec ses qualités et ses défauts.

Ce troisième album de ParvaTerra est l'aboutissement de cette première partie, et ce, à tous les niveaux, en somme, c'est le meilleur et l'histoire promet de continuer avec beaucoup de panache.

Partager cet article
Repost0
23 décembre 2012 7 23 /12 /décembre /2012 08:42

excalibur1Merlin un vieux druide visionnaire mais pas infaillible. Uther Pendragon, une jeune brute qui apprend à devenir un véritable roi. Ygerne, une femme battue pour ses convictions religieuses. Gorloix un pervers sadique accroc de Dieu et bourreau de sa femme. Et Morgane une adorable enfant qui voit les choses que personne ne voit, pas même Merlin. Une enfant qui souffre de savoir qu’un jour, elle sera infailliblement mauvaise.

 

excalibur1.jpgExcalibur est une nouvelle série sur la légende d'Avalon, de Merlin et Morgane, du Roi Arthur et de son épée Excalibur. Ce premier tome s'occupe de traiter de la manière dont a été conçu Arthur. Uther Pendragon est un roi belliqueux, qui tente de réunifier les tribus bretonnes face aux envahisseurs. Mais il tombe amoureux d'Ygerne, la femme d'un autre roi aussi belliqueux que lui. Merlin, au milieu de ce tumulte, manipule Uther pour permettre au destin de se faire.
Le dessin est magnifique, travaillé, beau, le cadrage est différent pour chaque page et met en valeur, presque de manière cinématique les personnages, leurs actions. Les couleurs sont sombres, sombre comme le décor pluvieux, sombre comme les batisses majestueuses ou se lient et se délient les amitiés, les rivalités, les amours.
Le scénario, quant à lui, me paraît, mitigé. Certains passages me paraissent un peu baclés, un peu facile. Au niveau du texte, les mots et les noms sont francisés, sauf un, castel. Il paraît absurde de laisser un terme aussi décalé alors que tous les autres sont adaptés.
Ce premier tome ne me paraît pas à la hauteur au niveau scénaristique, mais le dessin est tellement bien travaillé, que pour le plaisir des yeux, vous pouvez vous le procurer.
Partager cet article
Repost0
16 décembre 2012 7 16 /12 /décembre /2012 08:24

mythos1La mythologie grecque revisitée par un humour légendaire ! Il existe un pays où les êtres sont légendaires. Où des gens mi-hommes mi-animaux côtoient des demi-dieux. Où certains ont une force surhumaine et où d’autres transforment en or tout ce qu’ils touchent. C’est ici qu’habitent Atlas, Hercule, le Minotaure, Aphrodite et tous les autres petits Mythos, au pied d’une Olympe dirigée par un Zeus au bord de la dépression. Mieux que Mythique.com pour faire des rencontres, garanti pure Grèce animale, tournez les pages de cet album et entrez vous aussi dans la légende. L’anti-mythe est fourni.

 

mythos1.jpgNouvelle série des éditions Bamboo, Les petits Mythos traite avec humour des divinités de la Grèce Antique. Les dieux, encore enfant, se cherchent, se découvrent pour essayer de satisfaire Zeus et rentrer à l'Olympe.

Sur un concept original, Cazenove et Larbier revisitent l'histoire. L'humour est sympathique et adaptée aux jeunes. Les plus grands se lasseront un peu vite de ces gags un peu facile. Malgré tout, c'est avec soin que le dessin a été fait et l'atout de ce premier album, hormis l'originalité, se trouve dans les couleurs qui sont chatoyantes et attrayantes.

Ce premier album nous fait découvrir cette nouvelle série avec un personnage un peu plus traité que les autres, le Minautore, dit Totor.

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2012 2 11 /12 /décembre /2012 08:55

richochet9Un matin d’avril à Paris, Ric Hochet et le commissaire Bourdon vont à un mystérieux rendez-vous fixé par le professeur Hermelin. Celui-ci leur confie une nouvelle mission : Le gouvernement a entrepris des recherches sur le « laser » et il s’est adressé à lui pour les mener à bonne fin. Toujours méfiant, le professeur exige que ce soient nos amis qui se chargent de sa protection. Il n’a pas tort car un groupe de malfaiteurs, avec à sa tête un certain Diamant, a décidé de s’emparer de cette invention. Ric essaie bien-sûr de déjouer leurs plans mais il a en face de lui un adversaire de taille, dont l’identité pourrait lui réserver une grosse surprise...

 

RicHochet09.jpgDansce neuvième album, Ric Hochet est invité à protéger les inventions d'un professeur. Il fait la rencontre de son double qui n'est autre que son père. Oui, plus de dix ans avant L'Empire contre-attaque de Georges Lucas, nous bénéficions d'une réplique chargée d'une grande valeur cinématographique... Ric, je suis ton père !

Le scénario est assez basique, sans rebondissement rocambolesque, hormis la découverte de ce père perdu. Cet épisode tourne autour des retrouvailles des deux hommes et comment en se déguisant l'un pour l'autre ils arriveront à déjouer les plans du bandit qui apparaît dans chaque épisode.

Le dessin reste fidèle aux albums précédents mais est tout de même pour son époque une réalisation soignée. Le scénario, quant à lui, est trop pauvre pour en faire un bon album. On gardera à l'esprit la rencontre avec le père qui est, pour un enfant abandonné et orphelin qu'est Ric Hochet, un événement particulier.

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2012 7 02 /12 /décembre /2012 08:32

richochet8En Europe, un racket extraordinairement organisé s’étend progressivement : un groupe de malfaiteurs fait du chantage à l’explosion à différents groupes pétroliers. La technique est toujours la même, le P.D.G. de la compagnie est contacté par téléphone et on lui impose un dilemme : ou bien remettre 2000 titres au porteur de la société dans les 48h... ou bien l’attentat criminel. Le résultat est que la bourse panique et que la presse tempête. Le commissaire Bourdon, avec l’aide de son ami Ric Hochet, est bien décidé à mettre fin à ces sabotages. Un soir, notre journaliste est contacté en grand secret par les responsables d’une compagnie pétrolière, elle aussi menacée, afin qu’il coince le coupable avant l’échéance fatidique. Le plus urgent est de trouver le groupe de terroriste et savoir qui se cache derrière lui mais Ric n’est pas au bout de ses surprises...

 

RicHochet08planche.jpgRic Hochet, journaliste à la solde de la police, enquête sur un groupe d'individus menaçant les industriels européens de leur fournir des actions en contrepartie de ne pas détruire leurs industries. Ric Hochet est approché par des hommes d'affaires sommés de fournir des actions. Il se rend à l'étranger pour enquêter.
Ric Hochet est une bande dessinée d'action typique des années 60-70. Le personnage, physiquement, est digne de James Bond, costume, coupe de cheveux, bronzage, machoire carrée. Le dessin est réaliste et travaillée. Les couleurs, par contre, sont simples, sans intérêt. Le scénario est lui bien ficelée, même si beaucoup de rebondissements sont complètement irréels.
C'est une bande dessinée idéal pour les adolescents, trop compliqué pour des petits, pas assez pour des adultes. Ric Hochet est un héros parfait pour ceux qui adorent les polar en bande dessinée.
Partager cet article
Repost0
27 novembre 2012 2 27 /11 /novembre /2012 08:28

thorgal1Quand débute l'histoire, Thorgal Aegirson est déjà en bien mauvaise posture: il est enchaîné à un rocher et est condamné à mourir, noyé par la marée montante. Son crime est d'avoir osé aimer Aaricia, la fille du roi des Vikings du Nord, lui, le bâtard né d'on ne sait qui et on ne sait où. Il doit son salut à une magicienne qui le sauve en échange de son obéissance pendant un an.

 

thorgal1planche.jpgThorgal est emprisonné par Gandalf-le-fou et sacrifié à la mer. Mais une femme apparaît et le sauve en échange d'un an de sa vie.

Thorgal est certainement la première série d'Heroic-Fantasy dans l'univers de la bande dessinée et la plus aboutie.

Le dessin est précis, appliqué, réaliste et magnifique. Les couleurs sont soit trop criardes, soit trop fades, mais pour l'époque, elles sont parfaites. Le scénario quant à lui est vraiment au-dessus de la moyenne, mêlant aventure, combat, sentiment.

Dans ce premier, constitué en réalité de deux histoires, nous apprenons à connaître le héros. Un guerrier amoureux, intègre et valeureux. Prêt à se battre pour une cause, aimant une magnifique viking, fille du chef, et surtout fier, et défendant ses idées. La deuxième histoire, bien que courte, nous montre un Thorgal épris de liberté.

Un peu de magie et de rêve, de l'héroïsme, et de l'amour, et Thorgal avec ce premier album, annonce une série devenue un classique.

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2012 7 11 /11 /novembre /2012 08:30

 borderline3Fernando Villa est un écrivain maudit. Ses nuits, il les passe à écrire des tragédies inconnues mais bien réelles. Sa seule piste : la tocohuaca, une herbe chilienne qu’il fume régulièrement. C’est ainsi que Fernando embarque pour Valparaiso à la recherche d’un Indien mapuche qui pourra le renseigner.
Pendant ce temps, ailleurs au Chili, Hans Decker fait de terribles cauchemars. L’objet de ses mauvais rêves : un homme qu’il ne connaît pas et qu’il n’a jamais rencontré, Fernando.
La nuit suivante, Fernando se remet à écrire compulsivement. L’objet de son récit, Juan Huiscaleo, un Indien jadis victime d’un homme de main du Général Pinochet, un certain Hans Decker. Désormais, les destins de l’écrivain et de l’ex-tortionnaire allemand se croisent… jusqu’à la mort ?

 

borderline3.jpgFernando Villa décide de se rendre au Chili pour découvrir quelle drogue a t il fumé lorsque son ami est rentré de ce pays. Arrivé là-bas, ses transes reprennent.
Ce troisième tome de Borderline diffère un peu des précédents mais est dans la continuité de l'histoire. A peine remis de ses nuits harassantes et suite à la découverte du meurtrier de Wanda, Fernando souhaite connaître les origines de son mal, les morts qui apparaissent et qui l'incitent à écrire leur calvaire.
Dans cet épisode, il y a des révélations importantes sur l'explication de son comportement. Nous sommes à la limite du surnaturel. Tout comme les précédents tomes, le scénario est toujours aussi bien travaillé, ainsi que le dessin et la couleur, faisant de cette série un incontournable de la bande dessinée. Le mélange est impressionnant et le talent fait le reste, lorsque un scénariste et un scénario indéniablement excellent s'associent avec une dessinatrice au dessin réaliste, soigné, bourré de détails, le résultat ne peut qu'être bluffant.
La meilleure série que j'ai jamais lue est certainement Borderline. A découvrir absolument.
Partager cet article
Repost0

Les lectures du moment

Le silence des agneaux
Thomas Harris
lesilencedesagneaux.jpg

Les sites à visiter