Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 juin 2013 1 03 /06 /juin /2013 08:29

nostradamusParis, 1559. Le médecin astrologue Nostradamus prophétise à Catherine de Médicis la mort d'Henri II lors d'un tournoi. Aux yeux de tous, cette tragédie laissant le royaume de France désemparé à un moment crucial serait synonyme de grands malheurs. Nostradamus n'est pas sans savoir qu'il s'agit du régicide parfait, prévu de longue date par une adversaire redoutable, pour une raison bien précise.

 

nostradamusplanche.jpgCe troisième tome de cette série originale retrace une partie des dernières années de Nostradamus, alors qu'il est au service de la Reine de France, suite au décès lors d'une joute du Roi.

Le scénario est assez imprécis dans les premières pages. L'histoire paraît un peu brouillonne jusqu'à la moitié de l'album, mais Nostradamus se révèle être un homme plein de ressources. En effet, jusqu'à la moitié, nous nous posons la question, qu'a pu amener Nostradamus dans la quête des Veilleurs, car il semble avoir un rôle assez réduit dans les rouages et les contre-rouages. Mais les révélations de la seconde partie sont largement à la hauteur de nos attentes et rattrapent cette première moitié décevante.

Le dessin est magnifique comme d'habitude et les couleurs sont belles. Le travail est appliqué et hormis un début un peu fastidieux, ce troisième tome se présente comme un moment clé de cette série.

Partager cet article
Repost0
31 mai 2013 5 31 /05 /mai /2013 08:05

spirou26.jpgDes extra-terrestres suivent des cours de mycologie chez le comte de Champignac. Un incident éclate quand certains d'entre eux sont surpris en flagrant délit de vol de cidre.

 

spirouplanche26.jpgCe vingt sixième tome des aventures de Spirou et Fantasio confronte les deux partenaires à la venue, plus qu'improbable, d'extra-terrestres chez le Comte.

Le scénario, adapté aux jeunes lecteurs, nous mène dans le village du Comte ,un personnage récurrent de la série. Il accueille des petits hommes venus en soucoupe volante friands de cidre. Rien d'anormal jusque là. En effet, les deux compères n'ont pas l'air plus surpris que ça. Mais sans compter sur des espions étrangers venus dans le seul but d'en kidnapper un pour l'étudier.

L'atout de cette série ne vient pas de Spirou, Fantasio ou de leur écureuil, mais des personnages secondaires. La caricature, légèrement poussée, sans être extrême, nous fait découvrir des caractères comiques. Le maire du village, dans ses discours interminables, utilisant un vocabulaire et des tournures longues pour ne pas dire grand chose, le militaire moqueur ou encore les espions à l'accent d'un autre pays, nous prenons plaisir à les rencontrer. Spirou et Fantasio devenant eux-mêmes, pour un moment, les personnages secondaires.

Le dessin est, quant à lui, assez bien travaillé, et bien réalisé, pour l'époque. Il est même plus évolué que les premiers albums et c'est avec plaisir que nous pouvons nous amuser à redécouvrir les héros de notre enfance avec nostalgie et surtout sans ce sentiment de lire une vieille bande dessinée.

Partager cet article
Repost0
21 mai 2013 2 21 /05 /mai /2013 08:39

cassio1145 après J.-C. Lucius Aurelius Cassio, un des hommes les plus riches et les plus influents de Rome, est victime d'une conjuration. Au coeur de sa propre demeure, quatre assassins masqués le frappent de leur poignard.
Près de deux mille ans plus tard, l'enquête commence. L'archéologue Ornella Grazzi découvre des parchemins de la main de Cassio. Elle cherche, page après page, à dévoiler les visages des quatre meurtriers.
Et bientôt, une figure étrange, puissante, surgit lentement du passé. Cassio. Sa mort. Et sa vengeance.

 

Cassio1planche.jpgCe premier tome de Cassio nous propose une idée originale. Le dicton « la vengeance est un plat qui se mange froid » peut s’appliquer dans cette série. Entre Cassio, jeune avocat de l’antique Rome, tué froidement il y a de cela deux mille ans et aujourd’hui, où une archéologue essaye de retrouver les assassins en cherchant des indices. Nous la sentons impliquée, trop pour n’être intéressée que par l’attrait historique de cette recherche.

L’originalité du concept est particulièrement intéressant et rapidement on se prend au jeu de l’enquête menée deux millénaires plus tard. Le dessin est assez bien réalisée et les couleurs sont belles. Le scénario nous tire vers un dénouement qui nous donne envie de continuer la quête et présage d’une deuxième tome alléchant.

Partager cet article
Repost0
19 mai 2013 7 19 /05 /mai /2013 08:20

elric1Une figure mythique de la fantasy adaptée en bande dessinée !
Empereur de l'antique île aux Dragons de Melniboné, Elric, albinos et malade, règne sur un peuple plurimillénaire à la puissance héritée des dieux. Mais sa santé fragile l'oblige à user de drogues et de magie pour survivre. Son cousin Yyrkoon, qui méprise ces faiblesses, tente de remettre en cause sa légitimité à posséder le trône de rubis. Apprenant qu une attaque de pirates sanguinaires se prépare, Elric saisit l'occasion pour tenter de restaurer son autorité. Il va révéler ainsi une personnalité complexe, mais aussi son allégeance aux sombres desseins d'Arioch, le plus puissant des Seigneurs du Chaos...


Elric de Melniboné, le héros tourmenté, personnage mythique créé par Michael Moorcock, adapté à la bande dessinée. Ce premier tome est très alléchant. Il commence par une lettre ouverte aux lecteurs du créateur d'Elric, Moorcock. A la fin de l'ouvrage sont présentées des esquisses des personnages ainsi que quelques planches magnifiquement réalisées.
Ce premier tome débute l'histoire d'Elric de Melniboné. Après une présentation du peuple cruel de l'île aux Dragons, on découvre un cousin jaloux et envieux du trône. Elric, malade et faible, use des charmes magiques de Cymoril, pour survivre, sa maîtresse et cousine. Mais Elric est trahi...
Un empereur complexe partagé entre des sentiments opposés font du personnage d'Elric un être passionnant. Faible et puissant, il est confronté à sa propre maladie et les desseins malsains de son cousin, aidé par la magie qu'il maîtrise et les Seigneurs du Chaos qui l'assistent.
Le scénario place rapidement les personnages dans l'histoire, Elric étant au centre de toutes les attentions. La mise en page est soignée et la disposition des cases permettent à la bande dessinée de prendre du rythme et de le conserver jusqu'à la dernière page.
Le dessin est le point fort de cette bande dessinée. Elric, l'oeuvre de Moorcock, est une saga complète, indémodable et incontournable. La difficulté était l'adaptation pour créer un scénario viable sur une cinquantaine de pages pour ce premier épisode. Le pari est réussi. Mais revenons à l'aspect graphique. Le dessin est conforme à l'idée que j'avais du personnage et de son univers. La couleur ajoute une profondeur rarement égalée. Certaines planches sont de vraies oeuvres d'art.
Ce premier épisode d'Elric est largement à la hauteur et dépasse les attentes élevées du lecteur que je suis. Cette bande dessinée m'a donné envie plus que jamais de me relancer dans la fantastique saga d'Elric.
Je remercie Babelio et Glénat pour ce partenariat.
---
babelio
Partager cet article
Repost0
18 mai 2013 6 18 /05 /mai /2013 08:38

gaspardbesse.jpgGaspard de Besse est un personnage historique du 18ème siècle du Var et plus particulièrement du coeur de cette région, à Besse sur Issole. Gaspard de Besse est le Robin des Bois provençal. Alors prenez l’accent, et nous voici partis sur les traces de Gaspard adaptée en bande dessinée pour offrir une chance aux jeunes générations de découvrir l’histoire de leur magnifique région.

Gaspard est une jeune garçon, qui après une soirée bien arrosée se retrouve enrôlé dans l’armée avec ses amis. Refusant d’aller se faire tuer pour le Roi, il devient un fugitif puis un brigand lorsqu’ils se mettent à détrousser les riches pour donner l’argent aux pauvres.

Le scénario est assez bien réalisé et l’histoire se lit facilement, bien que la police utilisée pour le texte soit assez illisible. Le dessin est adapté aux enfants, sympathique. Les couleurs sont simples et le rendu final est parfait pour un lecteur d’une dizaine d’années.

Partager cet article
Repost0
13 mai 2013 1 13 /05 /mai /2013 08:35

rienadeclarer.gif1er janvier 1993 : La Convention de Schengen promulgue l'ouverture des frontières en Europe. Deux douaniers, l'un Belge, l'autre Français, apprennent la disparition prochaine de leur petit poste de douane fixe respectif. Voisins de douane et ennemis de toujours, ils doivent désormais faire équipe et sillonner les routes de campagnes frontalières à bord d'une 4L d'interception des douanes internationales.

 

rienadeclarerplanche.jpgCette bande dessinée est une adaptation graphique du film Rien à déclarer avec Dany Boon.

Nous nous retrouvons à la douane franco-belge lors de l'ouverture des frontières. Entre un belge raciste et un français amoureux de la sœur dudit belge, une amitié va naître, des propriétaires d'un restaurant de frontière qui tente de passer de la drogue pour pouvoir subvenir à leurs besoins, et des trafiquants stupides, rendent cette épopée comique.

Le scénario existe déjà et il aura suffit, même si la tâche n'est pas aisée, de le faire rentrer dans des petites cases. Le dessin est sympathique, attrayant, et les personnages sont reconnaissables dans les traits que le dessinateur leur a donné. Les couleurs sont vives, jolies, mais elles rendent le dessin sans profondeur. Elles manquent de dégradé, mais le travail, même si le rendu est plus que correct, nous laisse penser qu'il a été réalisé dans des temps impartis trop courts.

Une bande dessinée qui ravira tous les jeunes lecteurs qui auront apprécié le film.

Partager cet article
Repost0
10 mai 2013 5 10 /05 /mai /2013 08:22

chroniqueluneDepuis 1989, les Chroniques de la Lune Noire sont un grand classique de l'héroïc fantasy. Il y a de tout, dans les Chroniques. Des combats dignes de l'apocalypse. Des héros valeureux et des forces obscures. De l'humour et du second degré. Et un dessin à couper le souffle, au service d'un scénario parfaitement maîtrisé. Vous avez dit magistral ?

 

chroniquesdelalunenoire01.jpgPremier tome de la bande dessinée Les Chroniques de la Lune Noire, une bande dessinée fantasy des années 90 célèbre et reconnue. Wismerill et Pile-ou-face font route ensemble en pillant et profitant de ce que la vie propose jusqu'au jour où ils tombent nez à nez avec une bande puissante avec à sa tête un ogre. Ils rejoignent la bande, découvrent l'amour et sont menés au cœur d'une fantastique bataille.

Un scénario typiquement fantasy avec des êtres comme les elfes ou les ogres, des batailles et du sang, de la magie. Le mélange est fait et il prend. De l'action et des périodes de calme, de réflexion et de sentiments. L'histoire pose les bases d'une quête que ce premier tome nous donne envie de découvrir. Certains rebondissements sont un peu louches et ne paraissent pas très crédibles, mais l'ensemble est satisfaisant.

Le dessin est bien réalisé, certaines planches sont superbes, et même si les couleurs n'ont pas la technique d'aujourd'hui, elles restent correctes. Il reste tout de même des cases un peu brouillon, soit dans le dessin, soit dans les couleurs.

Un premier tome prometteur et qui laisse présager une suite passionnante.

Partager cet article
Repost0
17 avril 2013 3 17 /04 /avril /2013 08:27

queteoiseauQuand la belle Pelisse, fille de Mara la magicienne, part avec le chevalier Bragon sur les traces d'un fabuleux volatile, la Quête de l'oiseau du temps peut commencer...

 

quetedeloiseaudutemps01planche.jpgPélisse, la fille de Mara, a pour mission de convaincre Bragon de retrouver la conque de Ramor pour éviter une catastrophe. Cette belle jeune femme se révèle être la fille de Bragon et c'est ensemble qu'ils partent en quête de la conque.

Ce premier album de la Quête de l'Oiseau du Temps date de 1981, autant dire un éternité dans le monde de la bande dessinée, et pourtant cette série n'a jamais cessé de vivre. La Quête de l'Oiseau du Temps est reconnu comme étant la première bande dessinée de fantasy française. Dans l'univers d'Akbar, nos héros sont confrontés à une apocalypse imminente, égrené d'humour et jalonné d'actions, leur quête va se révéler être périlleuse.

Le scénario est passionnant, le dessin est superbe, la jeune Pélisse est vraiment... magnifique, mais les couleurs datent, et manquent de profondeur, donnant une sensation de platitude désagréable à l'ensemble.

Ayant commencé la série créée après la Quête et se nommant Avant la Quête, je connaissais déjà le personnage de Bragon, et la ressemblance de Pélisse avec sa mère Mara est frappante, et le fouet qu'utilise Pélisse, héritage de sa mère capricieuse, fait aussi une apparition fracassante.

Un premier album intéressant qui sans aucun doute laisse présager d'une suite toute aussi excitante.

Partager cet article
Repost0
1 avril 2013 1 01 /04 /avril /2013 12:44

http://idata.over-blog.com/2/88/64/74/lecture401/nuitmort2.jpgL'Est des Etats-Unis est en proie au chaos depuis que des hordes de zombies s'attaquent aux humains. Et les seules informations qui parviennent à la population sont les flashs spéciaux diffusés à la télévision. Comment échapper aux morts-vivants quand il n'y a plus d'endroits où se cacher... ? Vous pourrez également savourer un récit de Noël tournant au bain de sang et au cannibalisme... Et ce n'est pas de père Noël qui descendra par la cheminée !

 

lanuitdesmorts2.jpgCe deuxième tome de La nuits des mort-vivants n'est pas une suite comme nous pourrions l'imaginer mais plusieurs suites. Cet album est constitué de trois histoires composées par des scénaristes, dessinateurs et coloristes différents. On ressent cette différence dans le dessin et principalement la couleur. Ces trois histoires se déroulent toutes à la même période et poursuivent l'horreur que le lecteur découvre dans le premier tome. Une sorte de virus ressuscite les morts qui deviennent agressifs et cannibales.

Bien que le dessin soit réussi, les couleurs sont belles, les scénarios de ces histoires sont assez pauvres. C'est le cas typique du film d'horreur, des jeunes un peu bêtes mais beaux fuient l'invasion, en prime, nous avons droit à de grosses paire de seins généreuses qui se baladent un peu partout, quelques fesses, et beaucoup de sang. Le type même du scénario basique de film un peu gore.

Rien de bien spécial dans ce deuxième tome, et c'est dommage, ça ne donne pas très envie de continuer.

Partager cet article
Repost0
19 mars 2013 2 19 /03 /mars /2013 08:09

murena3....Seul ? Enfin presque. Dans l’ombre, sa mère, Agrippine, seconde épouse de l’empereur, a bien l’intention de faire ce qu’il faut pour " mordre à ce fruit pourri qu’est le pouvoir. " Le corps de Britannicus enduit de plâtre finit à peine de brûler sur un bûcher battu par la pluie que la lutte pour le pouvoir reprend de plus belle. Néron apprend de Locuste l’empoisonneuse comment Agrippine a fait assassiner Claude. Il la prend à son service. Agrippine riposte en faisant empoisonner l’empoisonneuse. Néron se sent si seul qu’il appelle auprès de lui sa tante, Domitia Lepida, bête noire de l’impératrice. Agrippine riposte en obligeant son fils à signer lui-même la condamnation à mort de Domitia. Agrippine, la meilleure des mères...

 

murena3planche.jpgTroisième tome de la série Murena, une bande dessinée historique au temps des romains, à l'époque de l'empereur Néron. Période tumultueuse pour les personnages principaux que sont Néron et sa mère dans cet épisode où se mêlent convoitise, trahison et fidélité. La convoitise du pouvoir par la la mère de Néron, la trahison des proches de l'empereur, et la fidélité d'un numide envers son maître. Le rôle de chacun n'est pas facilement délimité, tous ont leur part d'ombre, pour certains elle est visible, pour d'autres elle est enfoui, mais à tout moment elle est prête à surgir pour emporter la Rome dans son sillage. Bien documenté, les auteurs nous proposent ici des événements qui petit à petit vont ébranler la stabilité de l'Empire. Le dessin est toujours aussi magnifique, mieux travaillé peut-être. Les visages sont expressifs, les corps musclés des gladiateurs et ceux dénudés des esclaves sont très réalistes. Cette bande dessinée cumule des atouts qui expliquent son énorme succès, un scénario bien construit, alambiqué agrémenté d'un superbe graphisme.

Partager cet article
Repost0

Les lectures du moment

Le silence des agneaux
Thomas Harris
lesilencedesagneaux.jpg

Les sites à visiter