Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 août 2013 1 26 /08 /août /2013 08:34
leveildudemonL’action débute quelque part en Syrie, alors qu’on exhume une étrange tombe templière scellée de plomb, et dont certains ossements paraissent n’être pas humains. Simultanément, à Paris se produisent des meurtres d’une sauvagerie choquante…

planchedark2.jpgEn lisant le quatrième de couverture, on s'attend à lire une bande dessinée un peu gore avec du sang et des tripes. Grand amateur de littérature du genre et de films aussi, c'est avec beaucoup d'ardeur que j'entame donc la lecture de ce deuxième volume Dark.
Un démon envoyé dans un univers parallèle pour y être emprisonné il y a plusieurs centaines d'années. Des meurtres horribles perpétrés par un monstre. Des enquêteurs un peu dépassés. Voilà comment on pourrait résumer cette épisode.
Dès les premières pages, le dessin paraît trop réaliste, comme si le dessinateur avait tracé les traits d'une photo. Les couleurs sont déplorables. Elles sont comme passées et donnent la réelle impression de n'être réalisées que par un logiciel de retouche. Le niveau général est passable.
Le scénario est brouillon. Trop de personnages apparaissent et peu d'explications. Sur la même page, on passe d'un point à un autre, et c'est assez perturbant. Et quand on commence un petit à saisir la finalité de chacun, le dénouement détruit nos espoirs d'avoir saisi une bribe de compréhension.
En somme, cette bande dessinée est lamentable.
Partager cet article
Repost0
18 août 2013 7 18 /08 /août /2013 08:33

ducobu3.jpgLa vie à l'école n'est pas un long fleuve tranquille. Pour certains, l'année scolaire est même plutôt celle de tous les dangers ! Que serait une classe sans son cancre ? Un peu comme un potage sans sel. Du sel, l'élève Ducobu en apporte assurément dans le quotidien de ses copains de classe. Avec lui, les cours ne manquent pas de saveur et sont de perpétuelles récréations. Bien sûr, il y a toujours Léonie, la surdouée à qui on ne la fait pas et pour qui, le savoir ne se partage pas. Bien sûr, il y a toujours l'instituteur dont l'index s'avère plus menaçant que jamais... Notre sympathique cancre a cependant fait son choix. Les réponses ou la vie ?

 

ducobu03planche.jpgCe troisième tome des aventures de Ducobu est un album qui démontre la volonté des auteurs à nous proposer une série toujours plus travaillée. Ce tome prouve le début d'une belle maturité de la série et pose des bases pour les futurs albums avec un humour toujours aussi hilarant.

Déjà entrepris dans l'album précédent, les auteurs commencent à prendre l'habitude de nous proposer des gags s'étalant sur plusieurs pages. Cette fois-ci c'est le plombier qui installe une lavabo dans le coin de la classe. Ducobu est toujours autant au centre des gags, peut-être un peu plus qu'il ne le faudrait. Attendons de voir sa collègue et amie Léonie et le professeur Latouche dans les prochains albums s'ils seront plus présents. Ce personnage de Ducobu est attachant et nous souhaitons le connaître mieux, lui et ses acolytes.

Un troisième opus très intéressant, une série à suivre...

Partager cet article
Repost0
16 août 2013 5 16 /08 /août /2013 08:17
leroyaumeIl était une fois un royaume paisible où il faisait bon vivre. C'était un petit pays oublié par ses puissants voisins et leurs guerres incessantes. Un charmant petit bout de terre sur lequel vivaient tout un tas de gens qui, chaque jour, jouissaient de ce que leur offraient la terre et le ciel.
Il y a le Roi, bien entendu ; Thibaut et Adrien, ses fils très laids, mais si gentils et serviables ; la Reine, acariâtre et médisante, Cécile, la princesse qui monopolise la salle de bain, et Anne. La jolie Anne. Anne, qui chante au soleil levant ; Anne, qui enchante les nuits du Roi ; Anne, qui parle aux oiseaux... Anne, elle est tellement jolie, elle est tellement... Anne qui ouvre une taverne où se retrouve tout ce petit monde.

leroyaumeplanche1.jpgVoici une bande dessinée qui sent la fraîcheur. D'un premier abord, la couverture est attrayante, le dessin est souple et les couleurs sont franches. On se prend même à scruter les détails. Le dessin peut paraître simple mais l'artiste arrive en quelques coups de crayon à laisser une atmosphère, et nous laisser imaginer le reste, ce que le dessin ne retranscrit pas.
Anne, le premier tome de la série Le Royaume, décrit la vie d'une jeune femme, qui travaille dans le chateau sous les ordres du Roi. Le Roi est gentil et bon mais la Reine est tellement jalouse qu'elle la fait renvoyer. Le Roi lui donne alors une vieille bâtisse et quelques deniers. Anne en fait une taverne.
Le scénario est original et laisse la place à l'humour avec parcimonie. Nous retrouvons le Roi pressé faire ses besoins sur le balcon ou encore les deux oiseaux qui parlent créer des histoires. Il n'y a rien de vulgaire et cette bande dessinée, malgré quelques gros mots, peut être lue par les jeunes lecteurs.
L'atout de ce premier tome reste, et de loin, la qualité du dessin et des couleurs, qui sont un réel plaisir pour les yeux.
Un premier tome prometteur qui donne envie de continuer.
Partager cet article
Repost0
12 août 2013 1 12 /08 /août /2013 08:56

ducobu2b.jpgCe n'est pas en comptant les mouches au plafond que l'on devient fort en maths... C'est qu'il faut être drôlement débrouillard pour réussir à se soustraire au doigt interrogateur de l'instituteur et à l'humiliation du bonnet d'âne ! Et cette Léonie qui déteste les copieurs ! Alors, les réponses qu'il n'a pas pu voler à sa voisine, Ducobu les invente. Mal lui en prend car, bien que très fertile, son imagination lui joue souvent de vilains tours et ses traits de génie échouent régulièrement «au coin» !

 

ducobu2planche.jpgCe deuxième épisode de l'élève Ducobu, bande dessinée de la fin des années 90, et qui n'aurait jamais dû voir le jour sous la forme d'album, est devenue célèbre grâce à son adaptation cinématographique, est la suite souhaitée des admirateurs du cancre le plus connu au monde.

Les gags qui égrènent cet album sont hilarants. Nous commençons une nouvelle année scolaire en enterrant les vacances, au sens propre du terme, puis nous découvrons quelles sont les nouvelles techniques de copie de Ducobu, élève ingénieux que l'école rebute. Nous avons droit à quelques gags qui s'étalent sur plusieurs pages et qui auront inspiré le film. On ne s'ennuie pas une seule jusqu'à la fin où le Professeur Latouche regrette amèrement l'arrivée des vacances.

Le dessin est parfait, comique et fidèle au travail des auteurs. Une bande dessinée humoristique qui plaira autant aux jeunes qu'aux grands.

Partager cet article
Repost0
27 juillet 2013 6 27 /07 /juillet /2013 08:29

sienna1Femme d'une froideur implacable, Sienna est consultante dans la finance le jour et exécutrice pour la CIA la nuit. Gabrielle est son contraire. Avocate engagée et humaine, elle prend de gros honoraires à de riches clients pour pouvoir se consacrer aussi à ceux qui ne peuvent pas la payer.
Tout oppose ces deux diplômées de la prestigieuse université de Yale et pourtant, elles doivent au même homme d'être ce qu'elles sont.
Cet homme, leur mentor, c'est le recteur de Yale. Un homme qui vient de mourir mystérieusement. Un mystère que, chacune de leur côté, refusent les deux femmes.
Tout séparait Sienna et Gabrielle, le besoin de vérité va les réunir...

 

sienna01pl.jpgCe premier tome de la série Sienna présente les deux personnages principaux que sont Sienna, l'héroïne et Gabrielle. Sienna est un personnage ambigü, dans la journée elle travaille dans la finance et la nuit elle exécute des hommes et des femmes pour le compte de la CIA. Femme sensible et douce, son travail de l'ombre est sordide. Gabrielle est son contraire, une femme qui joue à Robin des bois grâce à ses compétences en tant qu'avocate, elle est d'un caractère énergique, une battante. Elles ont pourtant un point commun, le doyen de Yale, le Dean, est décédé. Elles se refusent pourtant à croire qu'il est parti de façon naturelle.

Ce premier tome cadre le début de l'histoire mais laisse des parts importante dans l'ombre, tant sur les personnages que sur le scénario. Le début reste prometteur même si certains passages paraissent trop "politiquement correct".

Le dessin est bien travaillé ainsi que les couleurs. Il y a ce qu'il faut de charme et quelques actions. Les auteurs auront trouvé le juste milieu.

Je remercie l'éditeur pour l'acquisition de cette bande dessinée durant l'opération 48h de la BD.

Partager cet article
Repost0
14 juillet 2013 7 14 /07 /juillet /2013 08:15

lamourexplique.jpgSi la terre semble être une destination de choix pour les visiteurs extra-terrestres, ce n'est pas tant pour la beauté de ses paysages, la variété de ses climats ou la succulence de sa cuisine mais plutôt pour l'incroyable créativité de ses habitants en matière de reproduction et d'amour.

 

planchelamourexplique.jpgCette bande dessinée s'adresse aux adultes, et je vous déconseille de la laisser entre les mains d'un enfant, même d'un pré-ado. Bien que le titre parle d'amour, pendant toute la lecture de cet album, j'en ai cherché quelques traces, mais il n'en est rien. Ce n'est pas d'amour que cet album veut expliqué à des extra-terrestres, mais plutôt de sexe et de pratique sexuelle.

Avec humour, un éventail un peu crade est détaillé à nos visiteurs. En fait, c'est même un peu dégueulasse, oui, carrément. Les premières pages sont sympas, mais après quelques minutes de lecture, l'ennui s'installe pour faire face à une pléthore de gags sans grand intérêt.

Le dessin quant à lui est typique des bandes dessinées de Fluide Glacial. Rapide et efficace, mais j'avoue que j'aurais préféré des dessins plus sophistiqués pour relever le niveau scénaristique extrêmement bas. Alors, vous pouvez la lire mais par petite dose.

Partager cet article
Repost0
2 juillet 2013 2 02 /07 /juillet /2013 08:19

letueur1Homme solitaire et froid, méthodique et consciencieux, le tueur ne s'embarrasse ni de scrupules ni de regrets. Tapi dans l'ombre, il guette sa prochaine victime. Plus l'attente dure et plus il s'énerve. Si les cartes sont truquées, il n'en sait rien encore. Gare aux éclaboussures.

 

plancheletueur.jpgPremier tome d'une série entreprise en 1998 et qui en est à son onzième épisode. Le thème traite d'un tueur à gage. Loin des héros télévisés, ce tueur est un homme assez ordinaire. Vivant seul, il en est arrivé à devenir un tueur par opportunité. Son caractère solitaire se prête bien à cette activité différente.

Ce premier tome fait un focus sur l'accession du tueur à ce métier puis sur ces années de solitude faites de meurtres camouflés en accident. Pas une seule fois, le tueur cherche à se trouver une excuse pour se justifier. Il explique, froidement, comme son caractère peut l'être, sa vie, simplement.

Le thème est original, traitant d'une sorte d'anti-héros, faisant parfois rêver, mais calmant les ardeurs des aventuriers en herbe.

Mais l'atout de cette bande dessinée réside dans la mise en page des cases. Chaque page est différente et mets du rythme là où il n'y en a pas. Le dessin se prête au genre. Bien travaillé, mais aux couleurs parfois ternes, pour enfoncer le lecteur dans une ambiance de solitude un peu glauque.

Ce premier tome est excellent et donne envie de continuer la série pour connaître la vie de ce tueur un peu plus en profondeur.

Je remercie l'éditeur pour l'acquisition de cette bande dessinée durant l'opération 48h de la BD.

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2013 1 01 /07 /juillet /2013 08:16

lolosucette4.jpgSur la corde raide Coïts et chuchotements - déjà tout un programme - relève un pari osé : rire de tout. Du plus vulgaire, du plus glauque, du sinistre. Fer de lance de la collection Humour libre, les scénarios de Yann et la plume acérée de Hardy peignent avec un rire grinçant le milieu de la prostitution parisienne. Ni dénonciation, ni misérabilisme, mais une enfilade de petites scènes de vie chez les fleurs de macadam. Le tout sur fond du Paris des bas quartiers, avec ce qu'il faut de crasse et de petites ou grandes misères. Les deux héroïnes éponymes assument sans complexes bas résilles et talons hauts sur leur coin de trottoir. Comme de juste, elles aiment leur mac, un affreux gigolo genre latin lover qui s'envoie des pastis au tripot du coin. Chaque gag est un instantané, comme un petit guide illustré et cocasse de la prostitution au jour le jour. Souligner la misère d'une situation sans s'y complaire, c'est tout l'art de l'ellipse. Le cul s'assume comme valeur marchande, on en parle toujours, on n'en voit que fort peu. Retrouvant les meilleures ficelles du polar, Coïts et chuchotements se vautre, se délecte même, dans les icônes un peu trash qui font la gloire du genre. La grosse putain mal soignée, la rouquine un peu garce; et plus que tout un grand bestiaire des turpitudes de l'époque. Tout y passe : le zoophile honteux, le puceau faussement canaille, l'inspecteur de impôts qui bande mou . Au cœur de l'actualité, qu'elle parle de l'Internet (on notera le gag particulièrement sordide de la pute qui fond en larmes parce qu'elle a le "virus" … sur son ordinateur !) ou du Viagra, Lolo et Sucette est une chronique mordante de notre société, vue du caniveau. Comme le résume fort bien Sucette, philosophe et un brin poète : "les porcs attendent les morues"…

 

planchelolo.jpgCe quatrième tome des aventures de Lolo et Sucette, deux prostituées parisiennes, est une étude comme l'un des gags en parle si bien, de la sexualité débridée des européens. Les gags se succèdent, certains comiques, d'autres le sont moins, ou trop glauques peut-être. Grâce à cette bande dessinée, les auteurs prouvent que l'on peut rire de tout et de n'importe quoi, même de la prostitution. Les situations sont parfois cocasses, mais il en ressort un sentiment plus vicieux que l'humour. C'est assez glauque dans l'ensemble, et trop souvent, j'ai été à la recherche de l'humour.

Les dessins quant à eux sont sympathiques, mais me paraissent de temps en temps un peu trop vite travaillés. J'aurais apprécié des dessins plus jolis pour compenser les gags en mal de rire.

En somme, ce quatrième tome est une bande dessinée humoristique grincante, irritante aussi, mais assez sympathique pour y jeter un oeil.

Partager cet article
Repost0
18 juin 2013 2 18 /06 /juin /2013 08:33

akiratome02

Capturé par l'armée et envoyé dans un laboratoire secret, Tetsuo prend petit à petit conscience de l'étendue de ses pouvoirs. Le Colonel espère que le jeune garçon, devenu le Numéro 41, sera l'un de ses plus brillants cobayes, mais Tetsuo possède une force indomptable : le goût de la rébellion. Une fureur chaotique stimulée par l'appel d'Akira dont les rêves filtrent à travers les tonnes de béton sous lesquelles il dort. Parmi les initiés, certains ont déjà compris que l'enfant va s'éveiller...

 

AkiraCouleurs02p.jpgAkira continue. Tetsuo est conscient qu'il a des pouvoirs grandissants. Mais les conséquences sont désastreuses pour lui, les douleurs dans le crâne sont persistantes et seule la drogue arrive à calmer momentanément ses crises. Dans le même temps, il prend le contrôle d'une bande et se retrouve confronté à Kanéda, son meilleur ami.

Ce deuxième tome en couleur est dans la continuité du premier opus. Un histoire complexe et complète et une multitude de personnages font du scénario un moment privilégié de lecture d'une bande dessinée.

Ce deuxième tome est fidèle à la série avec ses plus de 180 pages, autant dire que ce manga est généreux. Il faut avouer que la couleur ajoute de la profondeur au dessin et cette version est bien meilleure même si le scénario est identique.

Partager cet article
Repost0
15 juin 2013 6 15 /06 /juin /2013 08:20

adam4-copie-1Ce quatrième tome de Adam, le père au foyer, nous raconte avec humour la vie d'un homme, papa, au foyer, s'occupant de ses trois enfants, alors que sa femme est au travail.

Il faut avouer que ce quatrième tome tend à s’essouffler. Bien que l'humour soit présent, certains gags semblent réellement un peu tiré par les cheveux. Autant le premier tome est hilarant du début à la fin, autant celui-ci puise au fond du puits pour nous trouver les quelques perles qui parsèment cet album. Le dessin reste fidèle au premier tome, adapté, léger et suffisant pour le genre.

En somme, un album bourré d'un humour suranné, qui reste néanmoins sympathique pour se détendre.

Partager cet article
Repost0

Les lectures du moment

Le silence des agneaux
Thomas Harris
lesilencedesagneaux.jpg

Les sites à visiter