Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 octobre 2013 2 22 /10 /octobre /2013 08:36

le-royaume--tome-2.jpgLe Royaume est un coin de terre paisible où il fait bon vivre, dirigé par un Roi plutôt bonne pâte.
À ses côtés, la Reine, parfois un peu acariâtre, et ses enfants : Thibault et Adrien, gentils mais pas très malins et Cécile, plutôt très maligne et pas très gentille enfin surtout avec ses frères.
Il y a longtemps, le Roi avait un frère, mais celui-ci ne rêvait que de guerre. Alors le Roi l'a fait emprisonner, le temps qu'il revienne à de plus pacifiques projets.
Au moment où commence ce récit, le frère du Roi a non seulement réussi à s'évader, mais il a en plus pris Cécile en otage.
Heureusement la valeureuse Anne va délaisser momentanément sa taverne et voler à la rescousse du Roi et de sa famille.
Aidée du fidèle François et d un des petits piafs moqueurs du village, elle va rejoindre l'équipée lancée à la poursuite du frère félon.
Une aventure pleine d'humour et de rebondissements de Benoît Feroumont, réalisateur de films d'animation il a notamment participé à la réalisation des Triplettes de Belleville.

 

ROYAUME-02-F-04.jpgCe deuxième tome du Royaume de Feroumont est largement à la hauteur du premier opus. Dans cet épisode, Anne tient toujours sa taverne accompagnée des oiseaux. Nous découvrons dans le même temps que le Roi laisse emprisonner dans les geôles du château son frère aîné. Malheureusement, ce prisonnier particulier s'enfuit avec la princesse, la fille du Roi. Le Roi est désemparé est part à la recherche de sa fille chérie en compagnie d'Anne, François et du valeureux Jean-Michel.

Fidèle à la première bande dessinée, le dessin paraît même mieux, plus graphique. Les personnages sont mieux travaillés et sont plus vivants. Les expressions des visages sont mieux réalisées que dans le premier tome. Les couleurs restent fidèles et sont très belles.

L'histoire est assez linéaire mais garde beaucoup d'humour et de dérision tout en gardant un minimum de sérieux. Une bande dessinée qui ravira le jeune public féminin, mais pas que...

Partager cet article
Repost0
20 octobre 2013 7 20 /10 /octobre /2013 08:27

blueberry.jpgBlueberry est affecté à Fort Navajo. En cours de chemin il rencontre le Lieutenant Graig et ils tombent sur le ranch des Stanton complètement calcinée et jonchée des cadavres de ses habitants. Tout porte à croire qu'il s'agit d'un coup des indiens et le Lieutenant Graig décide de suivre leur piste pour délivrer le fils Stanton qui est entre leurs mains. Blueberry va devoir manoeuvrer entre l'inconscience de Graig et la haine des Indiens qui anime le commandant Bascom, bras droit du Colonel Dickson à Fort Navajo. Quand un rattle-snake entre dans la partie, tout se complique...

 

Blueberry01p.jpgCe premier tome de Blueberry installe, comme tout bon premier opus d'une nouvelle série, les personnages et les décors. Nous voici donc dans un pur western aux côtés d'un lieutenant bagarreur mais au gros coeur. Blueberry est une bande dessinée qui raconte la vie dans l'ouest am éricain, avec ses habitants, les indiens, et les colons américains, les civils comme les militaires. On apprend que chaque album a été travaillé pour essayer d'y relater des faits réels qui se sont déroulés. Les auteurs nous propose de l'aventure donc, mais avec un fonds documentaire étudié.
L'histoire donc ne se termine pas dès le premier album, mais va se poursuivre telle une saga dans la série. Blueberry est envoyé à Fort Navajo et va se confronter à la bêtise d'un gradé raciste, obtus, qui hait les indiens. Arrivera t-il à l'arrêter à temps, avant qu'une nouvelle guerre éclate ?
Le dessin, malgré les cinquante ans qui nous séparent de ce premier album, est réaliste et travaillé. Les couleurs, un peu passée, mettent en avant la cinématique choisie par les auteurs. Nous avons le plaisir de découvrir une bande dessinée utilisant des techniques de cinéma pour mettre un rythme et garder le lecteur jusqu'à la dernière page.
Blueberry est une bande dessinée sérieuse qui n'a malheureusement pas eu le même succès qu'un concurrent, plus abordable, Lucky Luke. C'est avec plaisir que vous découvrirez ou redécouvrirez cette série, même si le graphisme para ît vieillot. Un petit atout non négligeable, la couverture, signée par un autre dessinateur, est magnifique et devrait largement vous convaincre d'ouvrir ce premier épisode d'un très bon western.
Partager cet article
Repost0
14 octobre 2013 1 14 /10 /octobre /2013 08:37

mistinguette.jpgMistinguette est une bande dessinée centrée sur les préoccupations des pré-adolescentes. Dans cet univers très frais auquel les jeunes lectrices peuvent s’identifier, Chloé, alias Mistinguette, évolue au fil des tomes, se liant à de nouveaux amis, rencontrant des joies et des peines de coeur… mais surtout cherchant sa place auprès des autres élèves tout en restant fidèle à ses principes. Ça y est ! Mistinguette entre en 3e ! Une année très attendue où elle devient « La Grande » du collège, statut très envié par la petite nouvelle de 6e, Elise, à qui elle s’est vite attachée. La 3e, c’est aussi l’année de la responsabilisation. Mistinguette a enfin le droit d’aller sur Internet et de tenir son propre blog. Un passe-temps qui la rassure alors qu’Alexandre entre en 2nde en internat et qu’elle ne le voit plus que le week-end… Mais sa vie de rêve est vite bouleversée quand elle découvre que sa petite protégée subit les persécutions des trois pestes du collège. Son blog va donc devenir un outil de dénonciation pour lutter contre cette injustice…

 

Ce troisième tome de Mistinguette met en scène l'adolescente, un peu égoïste comme toutes les adolescentes, à l'entrée de la troisième. Elle veut s'investir dans la vie du collège pour devenir le modèle des autres collégiens. Dans cet opus, la surveillante est une tortionnaire et Mistinguette souhaite combattre cette injustice.

Le dessin, aux premiers abords, paraît être du graphisme obsolète, le même coup de crayon se retrouve dans des BD des années 90, mais les couleurs sont contemporaines, rattrapant ainsi le niveau général.

L'histoire, quant à elle, est pauvre. L'intérêt est inexistant, le style est très linéaire, ne laissant pas de place à quelques rebondissements ou d'action pouvant inciter les lectrices à bénéficier d'une histoire quelque peu moralisatrice.

Cette série, si vous la découvrez par cet album, me paraît malheureusement pas très intéressante.

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2013 7 13 /10 /octobre /2013 08:20

ernestrebecca1

Elle s'appelle Rebecca, elle a six ans, bientôt et demi. Ses défenses immunitaires sont un peu faibles, mais elle ne compte pas se laisser faire: elle va prouver au monde qu'elle n'est pas une puce. Partie chasser la grenouille par temps de pluie, Rebecca attrape finalement Ernest, un drôle de microbe qui n'a pas la langue dans sa poche. Le genre d'ami bien utile à l‘heure où les parents se perdent dans leurs disputes de grands. Un nouvel album-jeunesse des plus originaux qui marie un graphisme très moderne avec une grande sensibilité dans le scénario.

 

AlbernestEtRebecca1.jpgLe premier tome de cette bande dessinée dont le public visé est principalement les jeunes lectrices. Le thème de cette BD est une petite fille, à la santé fragile, aux parents en instance de divorce, et qui se lie d'amitié avec un microbe.

En lisant ce premier opus aux dessins sympathiques et aux couleurs douces, j'ai trouvé les gags qui se suivent intéressants. La bande dessinée se trouve être très contemporaine et en phase avec les attentes des lectrices de primaire qui peuvent facilement s'identifier avec Rebecca, une grande soeur dans l'âge rebelle, des parents qui se disputent...

En somme, cette bande dessinée, qui comportent quelques phrases que vous retrouverez dans la bouche de votre petite fille, est parfaite pour les jeunes lectrices. Un dessin et des couleurs plaisants à l'oeil, un thème actuel, tout le succès est là, dans ces pages.

Je remercie l'éditeur pour l'acquisition de cette bande dessinée durant l'opération 48h de la BD.

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2013 5 04 /10 /octobre /2013 08:07

boulardRetrouvez le cancre de tous les exploits – on parle tout de même de celui qui conduit régulièrement les Profs au bord de la crise de nerfs - dans de toutes nouvelles aventures signées Erroc et Mauricet. De ses pathétiques techniques de drague à ses plus épiques moments de glande sur le canapé, vous connaîtrez tout du plus mou des rebelles : Thierry Boulard (vous pensiez à un autre ado de votre connaissance ?).

 

boulardplanche.jpgCe premier album de Boulard est tiré du personnage créé pour la série Les Profs. Il existe une adaptation cinématographique des Profs et ce Boulard est sorti au même moment, le personnage étant interprété par une célébrité du moment.
On se retrouve donc à suivre un adolescent, fainéant, cancre, amoureux de sa prof de français. Rien de bien fantastique jusque là et surtout rien de bien innovant. Les gags se succèdent sans beaucoup de conviction.
Les auteurs sont connus chez Bamboo, Erroc et Mauricet, et prouve leur efficacité au niveau des dessins et de l'enchaînement des gags, même moyens, le rythme est soutenu du début jusqu'à la fin.
Le plus gros reproche que l'on peut faire à cette bande dessinée est le thème du cancre que l'élève Ducobu a déjà visité sur une quantité impressionnante d'albums. Boulard n'est ni plus ni moins un Ducobu devenu lycéen. On retiendra le succès grandissant de ce personnage qui n'aurait jamais existé sans la série initiée par Pica et Erroc avec Les Profs.
Partager cet article
Repost0
1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 08:38

louLou est une petite fille qui ne connaît pas son papa, qui vit seule avec sa maman et le petit chat qu'elles ont adopté. Toutes les deux ont une grande complicité, elles jouent à la console, dînent dans des pizzerias... Lou est amoureuse de son voisin d'en face mais, bien sûr, n'ose pas lui avouer... C'est une petite fille très à la mode avec des dons de styliste. Sa meilleure copine s'appelle Mina, et ensemble elles partagent beaucoup de choses. Lou se dit aussi que Richard, qui vient d'emménager sur son palier, pourrait très bien plaire à sa mère. D'ailleurs, elle va se débrouiller pour les faire se rencontrer...Nouvelle série de Tchô ! la collec , Lou nous conte la vie d'une petite fille d'aujourd'hui, croquée avec énormément de tendresse, d'intelligence et de poésie... Une bande dessinée pleine de charme qui séduira autant les enfants et les adolescents que les adultes.

 

lou1.jpgCette bande dessinée est destinée, comme la couverture le pr étend immédiatement, à un jeune public féminin. Les filles et les adolescentes sont les cibles premières des auteurs de Lou.
Au dos des couvertures, on commence par une présentation du personnage ainsi que de son entourage. Nous entrons rapidement dans le bain. Lou est une petite fille intelligente qui manie l'humour avec facilité et n'hésite à utiliser l'auto dérision pour décontracter le lecteur.
L'album est une série de gags qui nous permettent de découvrir la vie de cette petite fille au regard d'adulte sur les événements qui se produisent.
Le dessin est réussi et se prête bien au personnage et à l'histoire, soigné et coloré, il nous transporte dans l'univers décal é de Lou.
Ce premier tome est un régal, même pour un adulte masculin. L'esprit bon enfant et le dessin sont des atouts indéniables de cette bande dessinée, et l'auteur aura réussi le pari de plaire aux filles, mais pas que...
Partager cet article
Repost0
17 septembre 2013 2 17 /09 /septembre /2013 08:02
pascalbrutalPascal porte le bouc, des Adidas Torsion et une grosse gourmette. Il a pour passion la baston à mains nues, roules sur des gros cubes et à conscience de son charme. Mais attention à ne pas le résumer trop superficiellement : parfois, il pense.

 

pascalbrutalplancheLe dessin, le thème, le scénario, tout dans cette bande dessinée est digne de l'humour de Fluide Glacial. Autant vous pourrez parfois être déçu par la lourdeur d'un scénario mal réalisé ou encore de dessins bâclé, mais ce Pascal Brutal est dans la veine d'une bonne bande dessinée à l'humour noir et décalé, cynique, et aux dessins cohérents à l'univers créé par l'auteur.

Ce Pascal Brutal, qui ne se balade qu'avec sa gourmette en argent et ses basket Torsion, est un personnage en réalité complet et même complexe. Une vraie brute dans une France où la délinquance est omniprésente, où même le Pas-de-Calais a acquis son indépendance, Pascal bastonne et aime comme n'importe qui, mais avec beaucoup d'excès. Le personnage est ambigu, il aime les femmes comme les hommes, tape facilement sur tout ce qui bouge.

Cette bande dessinée fait la critique aussi de la société française avec quelques informations sur son devenir si rien ne bouge, et malheureusement rien ne bougera.

Pascal Brutal est une bande dessinée à l'humour grinçant idéal pour se divertir sans se prendre la tête.

Je remercie l'éditeur pour l'acquisition de cette bande dessinée durant l'opération 48h de la BD.

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 08:03

bandeabambooCette bande dessinée fait penser, rien qu'à son titre, à un album promotionnel de l'éditeur Bamboo. Et cette impression est rapidement confirmée en le feuilletant. Cette bande dessinée comporte des extraits de neufs séries déjà existantes allant de Sunny Bay à Boulard en passant par Gladiatorus ou les Petits Mythos.

Bien sûr, les extraits choisis sont de bons gags que vous pourrez retrouver en lisant les albums des séries concernées. Mais quel intérêt de créer une bande dessinée promotionnelle, uniquement à titre commercial, alors que les autres éditeurs auront jouer le jeu de proposer des premiers albums de série.

Donc dans l'ensemble, si vous souhaitez connaître ce que les lecteurs en pensent, référez-vous aux critiques des séries déjà lues.

Je remercie l'éditeur pour l'acquisition de cette bande dessinée durant l'opération 48h de la BD.

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2013 7 08 /09 /septembre /2013 08:36

walking2Toute la force du comics d'horreur au service d'un récit profondément touchant et bouleversant d'humanité. Après Walking Dead, vous ne regarderez plus un zombie de la même manière...
Regroupés autour de Rick, les survivants s'organisent et gèrent au mieux les tensions naissantes au sein de leur petite communauté. Chaque journée écoulée est une victoire sur l'horreur qui les entoure. Rick, devenu leur leader par la force des choses, doit à présent trouver le moyen de survivre un jour, une semaine, un mois de plus. Et cette survie ne se fera qu'au prix de lourds sacrifices...

 

walking2plancheLe groupe continue à avancer dans ce second tome. Il découvre un lotissement infesté et le fils de Rick se fait grièvement blessé par inadvertance. Le tireur les emmène dans une ferme où un vétérinaire vit avec ses enfants.

Dans cet épisode, le groupe formé dans le premier tome change. Des personnes se font tuer mais d'autres préfèrent s'arrêter pour continuer une vie différente. Ce deuxième opus propose davantage une vision psychologique de l'horreur vue par les personnages principaux que l'horreur elle-même avec ces monstres dévoreurs de chairs fraîches. Finalement, le groupe ne reste pas très longtemps à un endroit mais la bande dessinée finit sur une découverte qui laissera au lecteur une lueur d'espoir.

Le dessin est toujours en noir et blanc ajoutant beaucoup de profondeur à l'histoire. Ce manque de couleur permet au lecteur de s'appuyer encore plus sur l'histoire des personnages, ce qu'ils racontent et ce qu'ils pensent.

Un deuxième épisode qui donne à la série un début très prometteur, à suivre...

Partager cet article
Repost0
4 septembre 2013 3 04 /09 /septembre /2013 08:54

walkingdead1Rick est policier et sort du coma pour découvrir avec horreur un monde où les morts ne meurent plus.
Mais ils errent à la recherche des derniers humains pour s'en repaître.
Il n'a alors plus qu'une idée en tête : retrouver sa femme et son fils, en espérant qu'ils soient rescapés de ce monde devenu fou.
Un monde où plus rien ne sera jamais comme avant, et où une seule règle prévaut : survivre à tout prix.

 

walkingdeadp.jpgJe connaissais la bande dessinée depuis quelque temps, mais je ne l'avais jamais lu. J'hésitais à me lancer dedans par rapport au nombre exubérant de tomes existants. J'ai découvert la série télévisée adaptée de la bande dessinée que j'ai immédiatement adoré et suivi jusqu'au bout. Elle m'a poussé, donné l'envie de me lancer dans la bande dessinée. Je voulais connaître la source de l'épidémie Walking Dead.

Rick se réveille à lhôpital plusieurs jours après s'être fait blessé lors d'une fusillade .Lorsqu'il sort de la chambre, les patients et le personnel ont l'air malade, et agressif. Tant bien que mal il arrive à sortir et à rentrer chez lui. Il se rend compte qu'une épidémie à frapper les Etats-Unis. Il apprend que la population a été déplacée à Atlanta. Il décide de s'y rendre pour rejoindre sa femme et son fils qui probablement s'y sont rendus.

Cette bande dessinée dans un genre horreur est en noir et blanc. Bien que le thème n'est pas original, les personnages principaux sont l'atout de cette BD. Le travail des auteurs a été axé sur la psychologie des personnages qu idoivent se battre becs et ongles contre une invasion de rôdeurs. On rencontre des gens qui font face avec plus d'aisance que d'autres, qui s'enfoncent dans le gouffre de la dépression.

Ce premier épisode qui correspond à peu près à la première saison télévisée est réussi. Il diffère de l'adaptation sur plusieurs points et il est intéressant de découvrir une série en BD qui perdure depuis quelques années.

Le dessin est réussi et le noir et blanc rehausse l'horreur de l'événement. Les auteurs, bien que traitant de morts-vivants, n'ont pas sombré dans le style facile de mettre quelques zombies et de jolies filles. Il y a en effet quelques zombies mais juste ce qu'il faut, et pas une seule paire de seins à l'horizon, ce qui changera des lecteurs de l'adaptation en BD de La nuit des morts-vivants.

Une bande dessinée à suivre...

Partager cet article
Repost0

Les lectures du moment

Le silence des agneaux
Thomas Harris
lesilencedesagneaux.jpg

Les sites à visiter