Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 08:22

cequiladvintduAu milieu du XIXe siècle, Narcisse Pelletier, un jeune matelot français, est abandonné sur une plage d'Australie. Dix-sept ans plus tard, un navire anglais le retrouve par hasard : il vit nu, tatoué, sait chasser et pêcher à la manière de la tribu qui l'a recueilli. Il a perdu l'usage de la langue française et oublié son nom. Que s'est-il passé pendant ces dix-sept années ? C'est l'énigme à laquelle se heurte Octave de Vallombrun, l'homme providentiel qui recueille à Sydney celui qu'on surnomme désormais le "sauvage blanc". Inspiré d'une histoire vraie, Ce qu'il advint du sauvage blanc a été récompensé par huit prix littéraires, dont le Goncourt du premier roman 2012.

 

Ou l'histoire de quand un homme civilisé rencontre l'univers sauvage et que de sauvage il redevient civilisé. Narcisse Pelletier est matelot sur le Saint-Paul, il a dix-huit ans. Il est abandonné sur une plage d'Australie et recueillit par une tribu de sauvage. Dix-huit ans plus tard, un navire anglais le recueille et le ramène. Octave de Vallombrun le ramène en France, espérant pouvoir raconter ce qu'il advint du sauvage blanc pendant ces deux décennies passées au sein d'une tribu d'Australie.
Le récit se découpe en deux parties imbriquées l'une dans l'autre pour suivre aussi bien la découverte du matelot par les anglais et son retour en France que l'arrivée de Narcisse Pelletier dans la tribu et son accueil. La première partie est descriptive et raconte la vie de tous les jours du matelot dans un univers complétement opposé au sien. La deuxième partie est le courrier qui permet au Vicomte de Vallombrun de rendre compte de ses découvertes à la Société de Géographie dont il fait partie.
L'histoire nous permet ainsi de découvrir comment un jeune homme se retrouve coupé de tout et comment il doit s'adapter à sa nouvelle vie. Elle nous permet de le retrouver près de vingt ans plus tard, n'ayant plus le souvenir de son monde d'origine et comment il découvre ce nouveau monde, loin du sien qui l'avait accueilli. Le récit est passionnant. On y découvre comment l'homme blanc se considérait par rapport aux autres peuples. On y trouve des indices sur les tribus nomades qui, contrairement à l'homme civilisé qui est prévoyant, vit au jour le jour. Mais aussi que quelque soit le degré de civilisations, l'homme reste un être discriminatoire envers le sexe "faible" et que seule l'intellectualisation, par l'éducation ou la féminisation, à outrance de notre société permet de pallier ce défaut que l'on pourrait définir presque comme "génétique". Mais on s'écarte du débat et de la critique de ce roman. Il n'empêche que l'intérêt de ce livre est multiple et permet de découvrir deux sociétés opposées.
L'écriture est très fluide et la partie constituée du courrier de Vicomte est écrit simplement, sans tournure difficile, permettant au lecteur de s'imprégner de la teneur des avancées des recherches de cet explorateur passionné.
Un très bon roman, qui oblige le lecteur à une réflexion, résumée en quelques lignes dans les derniers paragraphes. Une aventure passionnante où Robinson rencontre l'indigène.

Partager cet article

Repost 0
Published by Skritt - dans Aventure
commenter cet article

commentaires

Les lectures du moment

Le silence des agneaux
Thomas Harris
lesilencedesagneaux.jpg

Les sites à visiter